LA JOURNÉE DES GRANDS-PARENTS, EN CONNAISSEZ-VOUS L’EXISTENCE? 

Les temps ont changé : autrefois, il y avait deux ou trois grands-parents pour 14 petits-enfants et plus alors que, aujourd’hui, avec les familles éclatées, monoparentales et recomposées, il peut y avoir 4 à 8 grands-parents pour 2 ou trois petits-enfants.  Les grands-parents d’aujourd’hui accèdent à leur nouveau rôle à un plus jeune âge et ils peuvent compter sur une plus grande longévité.  En outre, comme la majorité des parents travaillent à l’extérieur une bonne partie de la journée, cumulant parfois plusieurs emplois, ce qui réduit le temps de présence auprès de leurs enfants, souvent placés en garderie, les grands-parents peuvent leur être, diversement, d’un grand secours.  De là, le rôle des grands-parents prend une toute nouvelle importance, ne serait-ce que pour donner à leur progéniture le sens d’appartenir à une lignée, ce dont ils ont tellement besoin dans le monde individualiste actuel.  Encore, si le cœur leur en dit, ils peuvent tGRANDS-PARENTSransmettre les valeurs sociales, les histoires familiales, les traditions, tout un savoir.  Et, pour le faire, ils détiennent la sécurité du déjà-vu et du déjà-vécu, ce qui renvoie à leur expérience, par rapport à leurs parents, qui apprennent sur le tas.

 Les grands-parents d’aujourd’hui se sentent plus libres d’exprimer leurs attentes en regard du lignage familial et ils peuvent être portés à prendre de la distance par rapport aux devoirs parentaux et à n’accepter, des relations avec leurs petits-enfants, que les avantages et les plaisirs, ce qui est tout à fait légitime, puisqu’ils en ont à peu près terminé avec leur rôle fonctionnel dans lequel ils ont fait leur part.  Mais, dans la nouvelle relation magique qu’ils peuvent nouer, la plupart d’entre eux ne se contentent pas de distribuer des cadeaux, ils se sentent la capacité de leur offrir d’autre présents dans l’expression du devoir intime de compenser pour ce que les parents de leurs petits-enfants ne peuvent leur apporter, mais dans le respect des attentes et des principes de formation de ces derniers.  Déjà, par le nom ou le surnom qu’ils acceptent de porter, qui révèle comment ils occupent cette place spéciale, ils donnent un bon indice de l’implication qu’ils se préparent à accepter auprès de ces nouveaux venus.

L’avantage des grands-parents, c’est que, avec leurs petits-enfants, ils peuvent vivre librement un lien rempli de tendresse et d’admiration réciproque, qui n’en comporte pas moins ses limites, qu’ils ont avantage à établir doucement mais fermement.  Ils peuvent se permettre de jeter sur eux un regard de joie, de fierté et de reconnaissance.  Ils peuvent tenir le rôle de confidents qui leur portent une oreille attentive, qui partagent des secrets et qui développent des complicités parce que, ne portant pas de responsabilités d’éducation, ils éliminent d’emblée nombre de sources de conflit.  Il ne leur reste qu’à donner l’exemple de la conduite irréprochable et responsable de gens intègres, harmonieux et heureux, qui peuvent révéler les aspects constructifs de la vie.  D’autre part, ils détiennent la compétence d’êtres qui ont déjà joué le rôle de parents, ce à quoi ils peuvent ajouter la démonstration qu’ils savent toujours relever des défis et se réinventer à leur rythme.  Il leur est plus facile d’être à la  hauteur d’un rôle privilégié qui leur permet de faire sentir à chaque enfant qu’il est unique et merveilleux, tout en renforçant son développement social.

En principe, dans la relation avec leurs petits-enfants, les grands-parents n’ont à partager que le bonheur d’être ensemble.  Mais ils peuvent encore, dans certains cas, s’offrir à les garder, quand le besoin s’impose, à titre de personnes reconnues comme fiables, capables d’offrir la sécurité, dans un engagement indéfectible.  Le lien familial renforce toujours le sens de la responsabilité.  Les grands-parents peuvent en profiter pour offrir une présence solide, rassurante et compréhensive dans le partage des plaisirs de la vie au jour le jour, effectué à un rythme plus lent.  Formés à la sagesse du temps, Ils peuvent représenter auprès d’eux un modèle d’identification et leur offrir une continuité, l’assurant dans un oasis de paix et de joie sereine, dans des jeux et des rires.  Ils peuvent leur transmettre le sens de la passion et du rêve qui gardent dans l’émerveillement.

Les grands-parents peuvent eux-mêmes tirer nombre d’avantages de leurs relations avec  leurs petits-enfants, une source de renouvellement constant.  Dès l’annonce de la conception, des étoiles commencent déjà à briller dans leurs yeux, confirmant un certain espoir.  Et ils n’ont plus qu’un désir, c’est de pouvoir contempler ce nouveau-né, ne serait-ce que pour vérifier ce qu’il a gardé de la génétique de leurs parents.   Ainsi, en les recevant ou en les visitant, ils peuvent s’actualiser dans le temps présent, ils peuvent occuper leur vie à des fins utiles, par exemple en préparant des petits plats ou en leur confectionnant diverses choses à partir de leur dextérité.  Ce contact peut encore  dissiper leur ennui du fait de pouvoir se redécouvrir une nouvelle carrière.  Ils peuvent recevoir d’eux une bonne dose d’amour dans le développement d’un lien spécial.  Rien que les voir grandir et s’épanouir suffit à maintenir leur joie de vivre.  C’est ainsi que les grands-parents, devenus un peu gaga, ne tardent pas à raconter à tous ceux qui veulent bien les entendre qu’ils ont les petits-enfants les plus beaux, les plus intelligents, les plus ingénieux, les plus merveilleux du monde.

Dans le calendrier mondial, il existe une Journée des grands-parents, pour bien insister sur leur importance dans la famille.  Cette journée annuelle des grands-parents poursuit les buts suivants : honorer les aïeuls de la famille;  leur donner une occasion particulière de démontrer leur amour à leurs petits-enfants;  et les aider à nouer ou à renouer les relations intergénérationnelles dans l’intérêt de la famille.  À vrai dire, l’histoire a commencé en 1970, alors qu’une femme au foyer de la Virginie occidentale, Marian Mc Quade, lança une campagne afin qu’on consacre une journée spéciale aux grands-parents pour reconnaître leurs droits auprès de leur progéniture.  Grâce à l’appui de leaders sociaux, du monde des affaires, de nombreux dirigeants religieux et politiques, cette campagne remporta un succès éclatant dans cet État étasunien. grands-parents-enfants

C’est ainsi que, poussé par le peuple, le gouverneur de cet État, Arch Moore, proclama la première «Journée des grands-parents» en 1973.  La même année, le sénateur Randolph présenté une résolution afin que cette journée des grands-parents soit sanctionnée par le Sénat des États-Unis. La résolution tarda à progresser au sein du comité sénatorial.  Impatiente, madame Mc Quade, épaulée par ses supporteurs de toujours, lança une intense campagne médiatique.  Puis elle  contacta les gouverneurs, les sénateurs et les membres du Congrès de chaque État américain.  Elle a même envoyé des communiqués aux nombreux organismes nationaux voués à la cause des aînés.

En 1978, cinq ans après son instauration en Virginie occidentale, le Congrès des États-Unis adopta le décret proclamant le premier dimanche après la Fête du travail (Labour’s Day) «Journée nationale des grands-parents».  Le président Jimmy Carter signa le décret fixant cette célébration annuelle en septembre pour évoquer que l’âge d’or correspondait à l’«automne» de la vie.  Aujourd’hui, on souligne cette journée dans l’ensemble des États-Unis.

Au Québec, différents groupes, dont l’Association des grands-parents du Québec et la FADOQ (la Fédération de l’Âge d’or du Québec), soulignent l’événement chaque année, au début de septembre.   Ainsi, cet organisme voué à la cause des personnes âgées a décrété que le dimanche suivant la «Fête du Travail» deviendrait cette «Journée des grands-parents».

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur