LA GALVANOPLASTIE SPIRITUELLE, POUR AMÉLIORER L’ESPÈCE… 

La galvanoplastie spirituelle désigne le phénomène spirituel, expliqué par Michaël Omraam Aïvanhov, dès 1938, qui se produit lorsqu’une personne choisit un modèle idéal auquel elle s’identifie.  Il consiste à construire dans son mental l’image nette, claire, précise et vivante de la réalité que l’on veut devenir pour attirer les énergies intérieures qui la manifesteront.  Par ce moyen, un être humain attire progressivement à lui tout ce qu’il faut pour réaliser son archétype ou prototype idéal à travers lui, d’où l’importance de choisir un modèle très élevé.

Du haut en bas de l’univers, les deux principes masculin et féminin reproduisent l’activité des deux grands principes cosmiques créateurs que l’on appelle le Père Céleste et la Mère Divine. Ces deux principes fondamentaux se reflètent dans toutes les manifestations de la nature et de la vie. La galvanoplastie spirituelle représente une application dans la vie intérieure de la science des deux principes.   À partir de ce principe, il recommandait aux mères désireuses de mettre un enfant au monde d’appliquer cette technique spirituelle pour attirer l’attention de galvanoplastiegrandes âmes, en instance d’incarnation, vers le fœtus qu’elles s’apprêtaient à porter.  Tant mieux si le père acceptait de l’accompagner dans cette longue préparation à la conception, mais c’est la mère qui peut y jouer le rôle prépondérant, de par sa situation prolongée de porteuse de l’être en gestation.

Le Maître spirituel explique lui-même : «La mère connaissant la loi de galvanoplastie décide de l’utiliser pour mettre son enfant au monde. Dès qu’elle a reçu le germe dans son sein (la cathode), elle place dans sa tête (l’anode) une lame d’or, c’est-à-dire l’idéal le plus sublime. La circulation s’établit et le sang qui parcourt le corps apporte au germe le métal supérieur. L’enfant grandit enveloppé de ces vêtements d’or et, quand il est robuste, capable de vaincre les difficultés, les maladies, les influences nocives.»  Et il finit par faire une transposition générale en assurant que tous les êtres humains pouvaient utiliser ce même processus pour mettre de l’or dans leurs pensées, une image divine dans leur cœur, et se lier sans cesse au centre d’où proviennent toutes les forces vivifiantes.  En effet, l’être humain ne possède-t-il pas des pouvoirs extraordinaires pour arriver à la perfection, et la méditation est l’un des moyens les plus efficaces pour obtenir le contrôle de soi et l’harmonie intérieure?

Les Rosicruciens appellent ce phénomène la «loi d’Assomption».  Le principe de l’Assomption consiste à opérer un échange de lieu (téléportation), de personne (identification) ou de pouvoir (initiation).  Ce mot vient de assumer au sens de «présumer», de «prendre pour acquis», d’«imaginer de façon créatrice»  ou de «faire comme si…»  Ce procédé est rendu possible en raison de l’unité de la Conscience cosmique et de l’existence des Archétypes.  Ainsi, pour obtenir un résultat ou pour accéder à un état de conscience particulier,  tout être conscient peut s’imaginer ne faire qu’un avec eux, leur ressembler au point de devenir eux.  Par exemple, en imaginant qu’on peut se «christifier» ou accéder à la Conscience christique, on peut assumer que l’on devient soi-même le Christ et le devenir effectivement, au point de manifester à travers soi son essence, sa nature et ses attributs.

Autrement dit, avec le temps, on peut devenir ce que l’on pense de soi et croit fermement.  On comprendra qu’il ne s’agit pas ici de la prétention du névrosé, du sujet atteint de psychose ou de l’illuminé qui se prend pour le Christ, mais sans jamais rien faire pour lui ressembler vraiment.  Il s’agit plutôt de la transmutation progressive de celui qui confcouple-femme-enceinteorme sa conduite aux enseignements du Christ, qui focalise son attention sur son individualité grandiose, qui centre ses énergies sur ce modèle idéal et qui parvient ainsi à attirer les énergies christiques à travers lui au point de lui ressembler.  Alors, il vit l’initiation de la transfiguration.  Puisque l’homme a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, il n’y a rien d’exceptionnel dans le fait qu’il puisse progressivement intégrer l’une de ses hypostases au cours de son évolution.  Chaque Étincelle divine incarnée reste une part du Créateur qui est en voie de réalisation et d’identification avec lui-même.

Toutefois, il n’est pas souhaitable qu’un individu établisse un transfert subtil d’énergie de ce type avec des personnalités en évolution ou avec des aspects secondaires de Dieu.  Cela pourrait engendrer à la fois un parasitage subtil et une dépersonnalisation préjudiciable.  Car, par la Causalité, celui qui demande à autrui contracte une dette envers lui, pouvant en devenir le tributaire obligé, s’il ne sait pas comment se libérer de son emprise.  L’idéal, c’est qu’il tente de fusionner avec la Source suprême par l’intervention directe de son Centre divin.

Pour mieux comprendre et appliquer ce principe extraordinaire d’alchimie spirituelle, il conviendrait de lire l’œuvre originale de l’auteur publiée sous le titre de La Galvanoplastie spirituelle et l’avenir de l’humanité, aux éditions Provesta.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur