DIEU, ACCUEILLERAS-TU DANS TON ROYAUME ÉTERNEL LES HOMOSEXUELS ET LES AUTRES HUMAINS D’ORIENTATIONS SEXUELLES MARGINALES?

 

Pourquoi me poses-tu la question et en des termes aussi teintés de religiosité?  Ouais, je connais tes antécédents de séminariste.  Il paraîtrait que je me suis déjà prononcé sur ce sujet dans ce que vous appelez la «Thora», la «Bible» ou «L’Ancien Testament», et que, dans mon courroux, j’ai lancé sur eux mes foudres d’anathème et de destruction.  Mais, comme je suis très vieux, je ne me souviens pas de l’avoir fait.  Je dois commencer à souffrir de sénilité!

À mes yeux, l’homosexualité est une orientation sexuelle comme une autre.  Dans mon kaléidoscope, il existe des êtres dont la polarité est trop éloignée de celle de leur sexe, donc trop proche de celle du sexe opposé, pour être en affinité sexuelle avec les membres de l’autre sexe.  Et avant que tu me poses la question, j’ajouterai qu’il en va de même pour la bisexualité… et la poly-sexualité, si elle existe!  Car, dans le même kaléidoscope, il existe des êtres dont la polarité est tellement centrée qu’elle s’établit facilement en affinité avec les membres de n’importe quel sexe… même de n’importe quel être vivant.  Et si tu étudies bien les diverses espèces animales, tu réaliseras que la plupart des animaux n’échappent pas à cette orientation, même que certains d’entre eux ont la faculté de donner à leur corps les attributs du sexe opposé dans certaines circonstances.

Pour cette raison, l’être humain qui ne cherche dans l’échange sexuel que le plaisir, le sexe de la personne ne compte pas.  À ce moment, c’est la qualité de l’échange et la question de préférence qui déterminent la valeur spirituelle de leur choix.

Il y a les homosexuels de naissance et il y a les homosexuels par entraînement.  Et après!  Il n’est pas pire que deux personnes du même sexe se «frottent» et se «masturbent»  que deux personnes de sexes différents le fassent.  Et c’est à cela que se résume la majorité des relations sexuelles entre deux êtres humains, même entre époux légitimes, quand ils font l’amour pour le simple plaisir, en prenant tous les moyens pour ne pas concevoir d’enfant.  Est-ce que les hétérosexuels ne font l’amour que pour procréer?

Dans ce domaine, ce qui est questionnable, c’est le prosélytisme dans l’idéologie, cette tentative d’essayer de convaincre que sa manière de penser, d’agir ou de vivre est la seule bonne ou qu’elle est supérieure aux autres, pour recruter des adeptes, ce qui englobe autant les hétéros sexuels que les membres d’autres orientations sexuelles;  le viol, la domination sexuelle par la force ou la relation imposée à une personne qui ne donne pas son consentement;  et la relation sexuelle d’un adulte avec un mineur, lorsqu’il y a entre eux une trop grand différence d’âge, donc de compréhension ou de degré de conscience.

Ceux qui attaquent le plus férocement les homosexuels et les bisexuels sont en fait des êtres jaloux et frustrés.  «C’est anormal» ou« C’est contre nature», clament-ils.  Et ils concluent sommairement : «Ces gens-là n’ont pas le droit de vivre!»  Alors, eux non plus n’y auraient pas droit, car vos savants, surtout vos psychologues, pourraient démontrer que tout être présente, à divers degrés, des affinités bisexuelles et qu’aucun n’est parfaitement hétérosexuel.  Chez l’être humain, ces attitudes s’intègrent, se mélangent ou pas.

Psychologiquement, toute personne reste, consciemment ou inconsciemment, envieuse de l’autre sexe, à cause d’un sentiment de manque et du désir de posséder ce qu’elle n’a pas.  Mais, dans la profondeur de son être, elle désire ce qu’elle n’a pas comme ce qu’elle déplore ne pas avoir.  Et, à divers degrés encore, si vos valeurs ou votre milieu vous l’interdisent, vous regrettez tous de ne pas pouvoir vous ouvrir à votre nature bisexuelle ou de pouvoir l’afficher, même si certains jurent le contraire.  Comme ces désirs s’expriment dans l’inconscient et le subconscient, non dans le conscient, il vous est facile de le nier.

En fait, comme vous êtes très curieux, vous aimeriez tous tenter toute expérience au moins une fois pour pouvoir vous prononcer par vous-mêmes sur elle.  Vous regrettez toujours de ne pas exercer une fonction dont vous avez l’aptitude, mais que vous refusez, pour une raison ou une autre, surtout à cause d’une morale obtuse ou d’une société répressive.  Mais vous n’osez pas vous l’avouer et vous vous empressez de masquer ce regret, qui couvre votre culpabilité et votre envie, par la haine et la réprobation du comportement des autres qui, plus courageux, se le permettent.

Vous procédez tous de mon Être.  En tant que Créateur, je suis la Réalité asexuée, la Source de la bipolarité et de la multiplicité.  Alors, croyez-vous que je pourrais réprouver l’une ou l’autre des aspects ou des pôles de ma polarité dans une expérience d’échange?

Évidemment, je concède que deux personnes du même sexe ne «feront jamais des enfants forts», comme vous le dites au Québec.  Mais la sexualité ne comporte pas que la fonction de reproduction.   Elle comporte une fonction d’échange et d’harmonisation entre les êtres; une fonction de vitalisation et de régénération physiques; une fonction sacrée de transmutation et d’accomplissement.  Dans ce dernier cas, je réfère à la montée de la force vitale ou à l’élévation de la conscience jusqu’aux chakras supérieurs.

Ainsi, celui qui a assumé sa plénitude sexuelle, fût-il homosexuel ou bisexuel, est bien supérieur à la femme qui, succombant à la tentation de la surcompensation féminine, joue à la femme fatale, séductrice, envoûtante, d’allure exagérément féminine et aguichante, ou au macho, cet homme qui succombe à la surcompensation masculine et qui prend des airs mâles et virils exagérés, se montrant costaud, dominateur et prétentieux.

Honnir ou envier ceux qui ont une orientation différente de la vôtre n’a rien de très fraternel.  Les minorités ont rarement le haut du pavé dans leurs relations avec les membres d’une majorité.  La différence, surtout celle que vous connaissez le moins, vous insécurise, représentant une menace.  Alors, vous ne vous montrez pas très accueillants et compréhensifs pour elles.  Et ce n’est pas très sain.

N’est-il pas absurde de déblatérer contre l’homosexualité masculine, quand l’homosexualité féminine représente l’un des principaux fantasmes de l’homme?  Mais cela, vous l’appréciez parce que cela vous excite et que cela se passe, comme vous le dites, entre deux êtres faibles.  Vous pouvez vous imaginer être le héros qui pourra convertir ces dames… pour mieux vous amuser avec elles.  L’homme qui pense ainsi témoigne du fait qu’il se cantonne dans le rôle machiste et paternaliste d’éternel rival de la gent masculine.

As-tu remarqué que ce sont les hommes qui mènent les croisades les plus foudroyantes contre l’homosexualité?  Ils prétendent vouloir réformer les mœurs, qu’ils ne veulent réformer à peu près qu’en ce domaine.  Car, en général, ils se fichent royalement des valeurs morales et du sens divin.

Au niveau évolutif, vous êtes tous des êtres en voie de réintégrer votre androgynat.  Et les homosexuels, comme les bisexuels, sont souvent plus avancés que les hétérosexuels dans cette démarche.

Quant à moi, j’aime tous ses enfants et je les accepte comme ils sont.  Peut-être y a-t-il parfois quelque chose de dévoyé dans l’homosexualité et la bisexualité.  Mais il n’y a pas plus de pervers chez ces gens que chez les hétérosexuels.  Leur orientation est simplement plus apparente et leur conduite plus ouverte que celles de la majorité sexuelle.  Comme, dans le passé, ils ont beaucoup souffert d’ostracisme et qu’ils ont du reconquérir leurs droits de haute lutte, moins refoulés, ils agissent de façon moins hypocrite.  Car c’est surtout dans les cultures juives, musulmanes et chrétiennes que ces minorités ont autant été stigmatisées.  À bien des époques, les gens ne se posaient jamais de question sur l’orientation sexuelle des autres.  Et, dans nombre de vos cultures actuelles, il en va de même.

Pour bien te faire comprendre la dynamique de la sexualité cosmique, tout en évitant d’entrer dans les détails expérientiels qui pourraient aller jusqu’au processus de la gestation et aux considérations génétiques, je vais te poser une question.  Dans le spectre des couleurs, n’existe-t-il que le blanc et le noir ou s’il existe d’autres couleurs, d’autres tons et d’autres nuances?  Les tons et les nuances de la couleur sont infinis, certains se démontrant plus évidents, d’autres restant imperceptibles à vos sens.  Comme tout se tient, il en est ainsi de toutes les réalités, car je suis à la fois un et multiforme.  Et, à travers vous, j’ai voulu connaître tous les aspects de ma réalité.

Mais ce n’est qu’en m’écoutant avec ta tête et ton cœur que tu comprendras ce que je viens de te dire pour tenter de te faire saisir la réalité comme elle est.  Devant la réalité, tu ne peux qu’admettre et te soumettre.  L’Amour qui vient du Coeur sacré porte à refuser les jugements et les sentences!  Il amène à vivre et à laisser vivre, à s’occuper de ses propres affaires, et à bien le faire, sans acception ni exception.

   

© 2009-2012 Bertrand Duhaime (Douraganandâ). Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Emprunté au site www.larchedegloire.comMerci de nous visiter sur «Facebook»: https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.  

 

A propos de l'auteur