…ET UN ACCROISSEMENT DE LA MAGIE!

Cliché énergétique du 2 août 2017.

 

Quelle est cette impression que, d’heure en heure, le temps semble s’écouler plus lentement alors que, si vous le considérez dans un assez long délai, il semble filer plus vite que jamais? Globalement, le taux énergétique ne cesse de monter, ce qui, pour les Êtres éveillés, rend certains aspects de la vie toujours plus fluides, plus paisibles, plus légers et plus doux, tandis que, pour les êtres plus matérialistes, toujours plongés plus profondément dans la dualité, le chaos semble augmenter, avec leur crainte, leur doute, une pointe de désespoir. Et vos semblables qui ne peuvent plus suivre ou qui n’ont plus rien à faire dans votre monde terrestre, le quittent, de plus en plus nombreuses, pour se trouver un champ d’expérience plus adéquat à leur rythme ascensionnel ou à leurs nouvelles attributions.

Pourtant, dans des effluves aussi intenses, même les gens plus conscients peuvent s’attirer des courts-circuits lorsque dans des gestes manqués, ils fulminent d’une colère qui ne dure pas. C’est ainsi qu’ils se rendent comptent qu’ils se situent au terme d’un long cycle de nettoyage et de purification dont ils n’ont plus qu’à harmoniser, sporadiquement, quelques petites séquelles d’expérience. Il faut dire que certains de ces pépins surgissent en raison de leur incompréhension de ce qui se passe et de leur manque de repères, dans le nouveau plan où ils viennent 751984745-apiste-d'atterrissaged’accéder. Il n’est pas facile de se débarrasser entièrement de vieux réflexes, engrammes et conditionnements développés au cours de millénaires.

Ces dernières semaines, le niveau d’intensité énergétique a particulièrement augmenté, produisant bien des effets sous la surface, alors qu’il prépare l’émergence d’une réalité inconnue, mais qui se fait fortement sentir. Aussi n’étonne-t-il pas que, pour un bon nombre, vous vous ressentiez dans un état d’alerte élevé, sans trop savoir pourquoi, un état que vous ne pouvez plus nier. À vrai dire, certains vivent dans cet état d’extrême vigilance depuis très longtemps, alors que plusieurs autres éprouvent ce sentiment d’urgence pour la première fois.

À preuve, dans vos activités quotidiennes, vous sentez le besoin de mettre de l’ordre, de tout simplifier et de tout alléger. Pourtant, c’est surtout dans vos habitudes de sommeil que les changements qui s’expriment, de manière sous-jacente, reflètent le mieux la nouvelle trame énergétique. Par exemple, vous à qui ce n’est jamais arrivé, vous pouvez être pris de sommeil à n’importe quel moment du jour ou, à l’inverse, il peut vous arriver de ne pas arriver à fermer l’œil de la nuit. Encore, vous pouvez être devenu plus matinal que de coutume et ne penser qu’à bondir du lit, dès le réveil, pour passer à l’œuvre, ou, à l’inverse, il se peut que, à ce moment, vous ne soyez plus capable de vous tirer du lit. Pour la plupart, vous avez l’impression d’avoir moins de temps à consacrer au sommeil, ce qui vous manque beaucoup.

Vous vivez constamment dans un état d’ultra conscience : vous vous ressentez calme, plutôt contemplatif, mais rarement tout à fait détendu. Vous avez l’impression de ne jamais savoir à quoi vous pouvez vous attendre, d’un jour à l’autre, comme si, n’importe quand, vous pouviez faire face à l’Inconnu, l’Imprévisible. Vous restez sur le qui-vive, prêt à passer aux actes, sans trop savoir pourquoi, sans même savoir ce que vous pourriez faire alors.

C’est ainsi que vous entrez dans le mois d’août dans un certain état d’appréhension, mêlé d’un immense espoir. Vous ne pouvez vous empêcher de vous demander s’il va vous apporter des pannes ou des blocages plutôt que de l’élan et des accomplissements, s’il ne s’agit pas d’un mélange d’événements heureux et malheureux. Peu importe de quoi il retournera, il semble qu’il comportera un événement d’importance. N’avez-vous pas le sentiment d’avoir été placé sur une piste d’envol, de vous préparer à un décollage?

C’est ainsi que vous apprenez à vivre dans une intensité presque constante. Dans la présente phase de transition, il n’y a rien de positif ni de négatif en cela, telle se présente simplement l’expérience du moment. Il vous reste simplement à vous y faire. Par moments, il surgit à la surface une énergie plutôt volatile qui vous donne l’impression d’avancer sur un terrain à ce point desséché que le craquement d’une allumette pourrait tout enflammer.

À vrai dire, l’intensité de l’énergie sous-jacente peut produire en vous des courts-circuits capables d’engendrer, tout autour, de puissantes étincelles, mais le phénomène dure peu de temps : en un instant, le voilà dissipé, sans laisser trop de souvenirs. À ce moment, comme vous avez la mèche courte, vous seriez bien capable d’exploser de colère, de soulever une tempête dans un verre d’eau, de déclencher une dispute pour un rien, de tuer une mouche avec un canon, d’engendrer une catastrophe aussi vaine qu’inutile. Si cela devait vous arriver, ne prenez rien de manière trop personnelle. Il n’y a dans ce genre d’incident aucun fondement réel, celui-ci ne traduit pas ce qui se passe vraiment. Dites-vous que, d’une manière un peu maladroite, vous vous ajustez à une Réalité nouvelle, comme tout enfant entre, sans être prévenu, dans sa phase d’adolescence.

Pour le moment, dans le monde extérieur, bien des événements peuvent frôler le surréalisme. Vous n’avez qu’à penser à ce qui se passe aux échelons supérieurs du Gouvernement des États-Unis, du Venezuela, du Brésil, de la Turquie et de certains pays africains. Même la Nature, dans ses dérèglements, vous fait croire que vous devez rêver. Mais, au-delà de tout cela, la Nouvelle Réalité se dévoile et elle se fait sentir de plus en plus. Vous pouvez reconnaître que tout cela accélère la chute d’un monde révolu qui va ainsi céder la place au Monde nouveau. Pour garder l’équilibre et rester en harmonie, il vous suffit de vous ajuter à ce dernier, car, dès ce moment, rien n’importe dans ce qui peut se passer, tout y faisant partie du Plan divin. Du coup, vous pouvez ressentir et accepter que tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Avec le passage au mois d’août, la Vie adopte une nouvelle fréquence, celle de temps plus doux. Le passé s’abolit, les séquelles s’estompent, les vieilles blessures s’effacent. Cessez d’essayer ceci et cela, abandonnez-vous, vivez d’Amour, démontrez un peu de patience, restez souple et flexible, exprimez de la gratitude, permettez que ce qui doit être soit. Permettre et vous abandonner ne signifie nullement de tout laisser faire, mais de prendre le temps, à chaque moment, de bien ressentir le mouvement de l’énergie pour déterminer clairement ce qu’il convient de faire ou d’être. Pour y arriver, il vous suffit d’écouter davantage votre cœur et moins votre raison.

Si vous parvenez à transcender les contingences actuelles, apparemment absurdes, par les accomplissements multiples qu’il va permettre et par la magie qu’il va augmenter, le mois d’août ne pourra que vous émerveiller, vous enthousiasmer. Il gardera peu de similitudes avec ce que vous avez connu jusque-là.

Mais ces aspects innovateurs, nous les aborderons plus à fond dans le prochain bulletin des «Prévisions mensuelles», si notre messager reste disponible pour s’être dégagé du sentiment d’éphémérité de plus en plus lancinant qu’il tire des réactions à ses publications, sur un certain réseau social, et qui le porte à se demander toujours plus s’il fait toujours œuvre utile, malgré les attestations probantes que nous multiplions qu’il n’a pas à en douter. Comme nous aimons lui rappeler, pour le taquiner, chez la plupart des êtres incarnés, même les plus lumineux, l’ego meurt quelques jours après leur transition.  Ainsi, dans ses relents égotiques, il n’est jamais en retard sur les autres.

Mais certainement que les Entités lumineuses de l’Invisible ont le sens de l’humour! Vous-même, vous pourriez bientôt avoir besoin d’en faire, et beaucoup.

© 2017, Bertrand Duhaime (Dourganandâ). Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde. Publié sur : www.larchedegloire.com. Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

22 Responses

  1. Lili

    Un milier de mercis pour vos parutions, mon coeur s’emballe de plaisir et pétille à CHAQUE FOIS!
    Gratitude et Amour <3
    Lili

    Répondre
  2. Caroline

    Œuvre utile ou pas ?!

    Au risque de passer pour une manipulatrice (!!!), je dirais que Lao Tseu se posait probablement cette question là, quand il a choisi de s’isoler du monde.

    Puis sur demande d’un gardien, il a légué son Œuvre à l’humanité.
    😉

    Cela dit, merci beaucoup.
    Vos textes sont très inspirants.

    Répondre
    • Bertrand Duhaime
      Bertrand Duhaime

      Étrange propos puisque j’ai un lien d’âme avec ce Grand Maître, Lao Tseu. Mais mon commentaire visait moins l’impertinence ou l’arrogance de certains commentaires que l’éphémérité des textes sur les réseaux sociaux, soit la vitesse de leur «consommation». Ils ont à peu près la durée d’un éclair. Un texte produit, il est lu… et il faudrait en produire un autre pour maintenir l’intérêt. Soit qu’on publie, on reçoit tout de suite un écho positif ou négatif, puis, en moins de trois jours, plus de nouvelles, comme si tout avait été dit, compris et intégré, ce qui ne peut se faire aussi rapidement. C’est ce qui m’inquiète, sans doute, inutilement. Merci de votre compréhension.

      Répondre
      • Caroline

        J’avais bien compris votre questionnement.
        :)

        Ces messages que vous nous transmettez, d’où viennent-ils ?
        Votre inspiration semble provenir du monde non-manifesté.
        Comme si des messages pour le monde vous étaient soufflés par des guides.

        Ce n’est pas tout le monde qui a accès à ces informations, alors les être sensibles, mais moins intuitifs que vous (dont je fais partie), apprécient beaucoup ce que vous transmettez. D’autant plus que vous avez une belle plume !

        Ce qui est stupéfiant, c’est que les messages collent toujours pile-poil avec la réalité du moment, en fonction des énergies dans lesquelles on baigne tous …
        … ici et maintenant.
        C’est comme si tu m’écrivais à moi, pour les enjeux du jour.

        Bien sur le message restera. Et j’aime bien ce site qui permet de faire des recherches et de lire ce dont je crois avoir besoin, mais au final, c’est toujours le message du jour qui me parle le plus …. et je ACne dois pas trop attendre pour le lire !!! mdrrr.

        Cela dit, je sens que vous ressentez une pression à « livrer la marchandise ».
        Si c’est le cas, qu’est-ce qui peut bien produire cette pression ?

        Répondre
        • Bertrand Duhaime
          Bertrand Duhaime

          La plupart des gens se sont mépris sur le sens des remarques de mes Inspirateurs subtils. Ce qui m’a porté à ajouter deux textes, pour préciser mon état d’âme présent. Le premier encart se lisait: «Mon commentaire visait moins l’impertinence ou l’arrogance de certains commentaires que l’éphémérité des textes sur les réseaux sociaux, soit la vitesse de leur «consommation». On publie, on reçoit tout de suite un écho positif ou négatif, puis, en moins de trois jours, plus de nouvelles, comme si tout avait été dit, compris et intégré, ce qui ne peut se faire aussi rapidement. C’est ce qui m’inquiète, sans doute, inutilement.» Comme les gens continuaient de mal interpréter mon intervention, pour ne pas avoir lu, la précision qui précède, j’en ai ajouté une deuxième pour expliciter: «Tous vos propos me vont droit au cœur, mais je crois qu’on a mal interprété le sens de l’intervention des Instances invisibles à mon endroit dans le dernier «cliché énergétique». Je ne doute en rien du fait que je fasse oeuvre utile puisqu’il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau lecteur me dise qu’il vient de trouver, à travers mes textes, un nouveau sens à la vie, même, parfois, que je l’ai aidé à éviter un geste irréparable. Ils voulaient surtout insister sur le sentiment d’éphémérité des choses qui m’amène parfois à penser que je dépense plus d’énergie que le jeu en vaut la chandelle. Car, un texte pondu, il faut déjà penser à en produire un autre, pour garder l’intérêt des lecteurs ou retenir les amis virtuels. Or, en cette période de l’année surtout, après un printemps et un début d’été plutôt pluvieux, je préférerais souvent rester en vacances, m’éviter par exemple de consacrer de longues heures à la préparation d’interventions sporadiques ou un bulletin mensuel. Puis, il y a l’usure du temps et la démotivation du professeur qui répète le même message depuis des ans, sous des angles différents. Car le simple mot «Amour», s’il était bien compris, résumerait tous les écrits spirituels de la planète. Sauf que, d’après ma conscience, cela ne se fait pas: en phase de transformation rapide, alors qu’il reste tant d’endormis, il faut surveiller la mer énergétique sur laquelle l’humanité vogue et l’informer de certains phénomènes inusités pour prévenir toute inquiétude inutile, toute perte d’équilibre, parfois du désespoir. Un capitaine — car, peut-être à tort, je me compare un peu à ce rôle fonctionnel — ne quitte jamais le navire avant les passagers et ses acolytes, à moins que son âme ne signe ou signifie la fin de son mandat. Y a-t-il du mal, jérémiades ou raison de discrédit, à parfois redevenir un petit humain et à laisser percer ses états d’esprit ou ses états d’âme? Quoi qu’on en dise, cela ne m’empêchera pas de continuer à le faire, quand j’en sentirai le besoin. Qui peut me percer dans un lien d’âme à âme comprendra et se gardera bien de me juger ou de me critiquer. En me donnant le droit de sonder tous les aspects de ma Totalité, des plus sombres aux plus lumineux, plusieurs se découvrent le droit de faire la même chose, ce qui m’encourage à rester moi-même, à éviter de succomber de répondre aux attentes d’autrui, surtout de ces gens qui ont une image trop idéaliste et irréaliste de ce qu’est et doit être un Initié. Si je m’étais entouré d’une vaste cour, comme tant de présumés Maîtres orientaux, adulé, soulagé dans nombre de tâches, dégagé de la crainte d’une possible pénurie, pour vivre au crochet des autres, je pourrais peut-être feindre une éternelle sérénité.» Quant à ce qui concerne l’ego, oui, il m’en reste, suffisamment pour me motiver dans les cas de survie. Qui n’en a pas. Et celui qui dirait ne pas en avoir, fut-il un très Grand Maître incarné, attesterait le fait qu’il lui en reste. Comme instance de l’être, l’ego accompagne un être tout au long de sa vie terrestre, tant qu’il n’a pas complètement transcendé la matière, ce qui implique l’Illumination suprême. Lorsqu’un être incarné atteint un tel degré de retour à la conscience originelle, il ne participe plus de ce monde, mais du monde éthérique ou d’un plan plus élevé. Alors, personne n’est en mesure de qualifier l’importance de mon ego ou de suivre ses mouvements, puisque c’est à moi qu’il revient de le remettre à sa place, s’il déborde ou s’il estompe les intuitions du cœur. Et cela, je suis le seul à pouvoir l’évaluer, avec mes Guides personnels. Les gens qui s’attardent trop aux mouvements de l’ego d’autrui craignent généralement que ce dernier masque le leur, le restreigne dans ses velléités inconscientes de dominer. Pour ma part, dans cette vie, je n’ai jamais rencontré un Maître incarné dépourvu d’ego, même pas mon Guide personnel bien-aimé, dont j’ai suivi les enseignements plus de dix ans, sans jamais le lui souligner ni le déprécier dans la Lumière qu’il me communiquait ou me transmettait. Dès qu’un être juge un Instructeur spirituel, il coupe le lien avec lui, ce qui fait que ce dernier ne peut plus rien pour lui. Du coup, pour ce juge ou ce critique, ses paroles ou ses textes changent de résonance, car ils ne parviennent plus à communiquer l’énergie qu’ils portent. C’est généralement alors qu’il commence à lui trouver plus d’apparents ou réels défauts que de qualités sans savoir que c’est lui-même qui, par sa négativité soudaine, s’est coupé du lien sublime qui le nourrissait. Puisse se clore tout de suite le débat!

          Répondre
          • Caroline

            Ho. je suis désolée.
            Loin de moi l’idée de relancer débat, mais j’ai bien peur d’avoir été mal perçue.
            :-/

            En fait, je suis de celles qui justement, est en paix avec l’égo.
            Le mien et celui des autres.

            Parce que pour moi, en ce monde, l’égo est le moteur de la vie.
            En ce monde, c’est à travers lui que l’amour trouve un champs d’expression.

            Alors je m’excuse de tout cœur.
            J’ai beaucoup de respect pour vous et c’est probablement pourquoi je lis vos textes avec délectation et que je me sens revigorée ensuite.

            Mon commentaire visait surtout à vous enlever un peu de pression de sur les épaules.

            Cela dit, je m’excuse.

          • Bertrand Duhaime
            Bertrand Duhaime

            Caroline, mon intervention suit la vôtre, ce qui ne signifie en rien qu’elle répond à vos propos. Plutôt, elle répond à tous les commentaires que j’ai reçus, et très nombreux, autant sur mon site que sur «Facebook». Ainsi, vous n’avez pas à vous désoler. Du reste, contrairement à ce que certains disent, jamais un être incarné ne doit se dire «désolé» ce qui revient à dire qu’il se refuse l’«erreur» salutaire, le faux pas qui instruit. En outre, un métaphysicien ne s’excuse jamais, il médite son expérience et il applique par la suite le fruit de ses découvertes qui l’ont rendu plus Sage.

  3. Jean

    Monsieur Duhaime, sachez que vos écrits, loin du vain tapage de ce qui « fait le buzz », sont précieux

    votre témoignage me rappelle cette anecdote :

    je vis un matin, en haut de la Canebière, à Marseille, un incroyable arc-en-ciel qui enjambait toute la ville ; je fus tellement saisi par cette vision que je demeurai là durant de longues minutes avant de réaliser qu’autour de moi les gens allaient et venaient comme si de rien n’était… alors je m’adressai à quelques-uns en leur indiquant la beauté du phénomène et, comme vous pouvez vous en douter, si un petit nombre d’entre eux jetèrent un coup d’œil rapide, la plupart ignorèrent ma remarque, tandis que d’autres m’adressèrent un sourire gêné… en tout cas, aucun d’entre eux ne s’arrêta

    il en va un peu de même pour vos clichés énergétiques : vous assistez à quelque chose de magnifique, qui vous transcende, et vous en témoignez ; libre à nous d’y jeter un œil en continuant notre route, ou bien de l’ignorer, et peut-être quelques-uns parmi nous s’arrêteront à vos cotés pour admirer et ressentir ce que vous nous indiquez… certains resteront discrets, silencieux, et d’autres manifesteront leur présence auprès de vous… il me plaît à penser que je fais aujourd’hui partie de ces derniers

    un grand merci et bien à vous

    Répondre
  4. Delaunois

    Bonjour et Merci pour vos publications
    J’aimerais simplement vous dire de rendre vos textes lisibles à tous .
    Quand je dis lisible, c’est surtout compréhensible à tous.
    Je m’en excuse mais nous avons pas tous la même culture « française ».
    Vos textes ont besoin d’etre lu et compris par une masse importante de notre communautée.
    Je vous remerci et désolé de mon manque de verbes
    Merci infiniment

    Répondre
  5. christiane

    Bonjour monsieur.
    Tout d’abord, je vous prie de bien vouloir m’excuser si les propos qui suivent sont emprunts de maladresse. Veuillez les voir comme de simples réflexions, toutes personnelles, que je vous livre en tant que telles, sans aucun jugement ou critique de quelque ordre que ce soit.
    Je me suis souvent demandé si ce que je faisais était utile, si ma vie même avait quelqu’utilité. Et il m’est, un jour, arrivé une réponse que je tente de vous traduire au mieux, sachant que ce genre de « réponse », et vous l’expérimentez sans aucun doute bien davantage que moi, est parfois difficile à traduire en mots, restrictifs qu’ils peuvent être quant au caractère très particulier de ces messages-ressentis-intuitions.

    Si je suis en vie, la Vie elle-même a jugé de l’utilité ou de la nécessité de cette forme particulière de son expression que je constitue. Et qu’importe ce que « je » en pense, ou crois, ou espère……
    Si je fais quelque chose en étant en accord interne avec moi-même, au plus juste de ce que je suis capable, alors me poser la question de son utilité est une manifestation de l’ego, ou encore du champ mental qui, incontestablement, a son utilité dans la matière, mais pas dans ce domaine.

    Et, disant ceci, je ne prétends pas détenir la vérité !!!!

    Bien cordialement

    Christiane Poidevin

    Répondre
  6. Evelyne

    Bonsoir, en retour du commentaire précédent, je me permets de dire qu’il n’est pas important de comprendre tous les mots , ou phrases, car la vibration émise se suffit à elle même et s’adresse à tous les Coeurs , sans passer par l’intellect.
    Néanmoins , merci mille fois Bertrand pour vos parutions très pertinentes et particulièrement en phase avec les énergies du « moment ».
    Vos guides vous transmettent très exactement ce qui doit nous être divulgué afin de contribuer à notre progression sur le chemin.
    Amour et gratitude !

    Répondre
  7. AKPALI Vidékon Séraphin

    Je viens de tomber comme par hasard sur ce nom de l’Arche de la gloire. Je n’en sais rien et l’envie de connaitre me pousse à vous écrire pour vous demander de l’éclairer encore plus. Je suis pasteur d’une église évangélique.

    Répondre
    • Bertrand Duhaime
      Bertrand Duhaime

      L’Arche de Gloire fait évidemment référence à l’Arche de Noé. Par allégorie, elle désigne le Vaisseau du Salut, soit, symboliquement, le phénomène ascensionnel qui ramène présentement l’humanité au Foyer originel, à la Maison du Père-Mère, au Paradis retrouvé. Elle évoque la transcendance qui ramène chacun à sa Gloire primordiale, à la Reconnaissance de sa Divinité.

      Répondre
  8. Antoine

    Bonjour à tous,

    J’ai découvert Bertrand depuis 2 semaines environ et cela a été pour moi une découverte et une révélation sur mon Chemin spirituel.
    Ce que je retiens surtout c’est l’accessibilité du Chemin, Bertrand étant à la fois un être inspiré et, en même temps, profondément humain.
    En comparaison (si nous devions réellement comparer :) ), les gourous indiens jouent beaucoup (malgré la Vérité de certains) sur une inaccessibilité, un rapport Maître – disciple qui est commune à leur culture. Ce qui nous amène simplement à devoir accepter tel quel.
    En réalité, il n’y a que l’Amour qui est à la fois total et vrai. Cependant, un Chemin n’est pas fait que de moments de Grâce (même s’ils sont très beaux comme témoigne la personne de Marseille dans ces commentaires). Il y a aussi bien de moments de doutes et, comme tout humain, nous sommes soumis à des vicissitudes, à des difficultés, à des peurs. Notre Égo est une coquille. Et le corps, le siège de nous-même. Et en même temps, l’idée de Perfection est tellement ancrée dans nos pensées : nous vivons, tous les jours, cette contradiction, qui peut nous faire souffrir.
    Merci à Bertrand pour sa généreuse assiduité, comme à mes compagnons qui lisent et commentent ce blog.

    Répondre
    • Bertrand Duhaime
      Bertrand Duhaime

      Archimagistère? Je ne réponds pas à de telles questions, puisque mon rôle n’est pas d’évaluer les autres formes d’enseignement et, surtout, de faire des personnalités, en me prononçant sur leurs chefs ou représentants. Demandez à votre Dieu intérieur et écoutez votre cœur, il vous répondra au moment opportun. Et quand la certitude se fera, vous ne pourrez plus avoir de doute sur ce qu’il vous faut penser. Du reste, faites la même chose avec moi et mon enseignement pour vous assurer de perdre du temps avec un être qui n’indique peut-être pas la Bonne Voie.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *