Dans la présente phase, les êtres humains gagneraient à s’unir à leur Centre divin et à éviter de chercher leur vérité et de trouver leurs ressources ailleurs qu’en eux-mêmes, en observant ce que la Vie veut leur montrer et leur apprendre dans le moment présent, au lieu d’accepter les nombreuses diversions, certes séduisantes, mais bien aliénantes que tant d’imposteurs leur présentent au nom de la spiritualité ou des révélations de la Lumière divine, afin de s’assurer de rester sur la Voie qui est la leur, celle qui leur est destinée.

Il importe que chacun se reconnaisse comme une part infiniment importante, irremplaçable, infiniment précieuse de la Vie cosmique et accepte de prendre et d’assumer la place qu’il occupe dans le Grant Tout. Pour cela, il lui faut repousser les doutes sur lui-même et les peurs de ne pas être à la hauteur, de ne pas être aussi grand ou conscient qu’un autre, de pouvoir subir une perte, d’être blessé, d’être rejeté Comme tout être est aimé dans la mesure qu’il s’aime, il est respecté dans la mesure qu’il se respecte et il est accepté dans la mesure qu’il s’accepte tel qu’il est, non tel qu’il croit être ou que les autres veulent qu’il soit.

Écoutez votre cœur plus que vos émotions, vos tripes et votre tête, sans oublier que votre raison joue son rôle dans le plan de la densité, sans craindre les choix intuitifs qui pourraient, apparemment, vous rendre ridicule au regard des autres, plus intellectuels et logiques que vous. Dans les plans supérieurs, le mental, avec sa logique n’a plus de fonction ni de place. Il faut souvent passer pour fou aux yeux de ses semblables pour être reconnu comme sage dans l’Œil de Dieu.

En ce moment, en dépit des événements chaotiques et des clameurs du monde, si vous ne vivez pas dans la paix et la joie, c’est que vous n’êtes pas suffisamment accordé à votre cœur, la Porte qui vous relie à l’Absolu ou à la Source unique, qui vous ramène à votre Essence et qui distille les intuitions de votre âme. Votre cœur sait ce qui se passe au-delà des apparences, par-delà la densité et la dualité, et il sait que cela est bien et bon, que cela n’est que Lumière en expansion.

La Vie prend de l’expansion dans l’échange et le partage, rappelant qu’il n’y a pas de don sans réception, ni de réception sans don. Qui veut recevoir davantage doit savoir donner, surtout de lui-même, sans crainte de perdre au change, puisque tout don amoureux, donc détaché, dépourvu de jugement, se multiplie au centuple et augmente son abondance et sa prospérité, ce qui lui sera signalé au moment opportun. Mais celui qui donne doit également savoir recevoir autant qu’il donne, même s’attendre à recevoir plus, conformément à la Loi divine de la Providence, sans souci d’amour-propre, sans fausse pudeur, sans fausse modestie, sans impression d’abuser ou de manquer de mérite. Qui donne plus qu’il ne reçoit, comme qui demande à recevoir plus qu’il ne donne, ne peut que s’attirer des carences et la pénurie ou s’attendre à se dévitaliser et à s’étioler de manière prématurée.

Pour comprendre le monde actuel, il faut retrouver l’esprit d’enfance et se mettre à l’écoute du Conte de Fée de la Révélation des Mondes inconnus de la Création dans tous leurs aspects grandioses et scintillants. Dans l’amincissement vu Voile d’illusion, vous êtes en train de traverser de l’autre côté du Miroir et vous vous apprêtez à en vivre les magies et les merveilles. Oui, il faut le croire, dans le chaos et le grand fracas de la chute des vieux schèmes et des vieilles structures, c’est une ère sombre qui s’achève et l’Ère de la Lumière qui pointe.

Si vous comptez vivre des expériences plus agréables ou heureuses, vous devez changer votre rapport à vous-même, ce qui va transformer vos relations avec tous les autres. Le comportement d’autrui ne retourne jamais que le reflet de votre manière de vous percevoir et de vous traiter : il constitue la projection de vos croyances intimes. Les croyances représentent les enregistrements de renseignements sans fondement qu’on s’est approprié et qui peuvent déformer de beaucoup la réalité. Heureusement, chacun peut cesser, à tout moment, d’écouter toutes ces sornettes, des faussetés ou des approximations, qui ne résultent pas de la certitude de sa propre expérience ou de son intuition profonde, pour s’ouvrir enfin au Savoir que son Centre divin lui transmet par le cœur. Croire et vouloir croire une notion, comme c’est souvent le cas dans le contexte religieux ou politique, ne la rend pas vrai, car la vérité ne repose pas sur une supposition ou une prétention, sur une simple proposition, elle ressort de ce qu’une chose est dans son Essence et dans sa Nature. La vérité est par elle-même, elle n’a rien à voir avec l’interprétation qu’un être peut en faire.

Chaque être incarné gagne à laisser révéler Cela-qu’il-est, comme à se laisser diriger et orienter par son Centre divin au lieu de laisser ses croyances ou ses illusions du monde le guider ou le définir.

Les limites que chacun s’impose, consciemment ou inconsciemment, servent à définir et maintenir sa zone de confort, ce qui le sécurise de manière temporaire dans ce qu’il lui reste d’ignorance. Mais, s’il compte prendre de l’expansion en conscience, il doit un jour accepter de sortir de ce qui peut devenir un apparent château-fort qui, en plus de le contraindre, le prive d’en savoir plus sur sa Réalité divine et sur la Vérité cosmique.

Celui qui respecte la Vie en toute créature et en toute chose ne tarde pas à réaliser que les Anges, les entités de la Nature et l’Univers entier, qui apprécient son choix, se mettent à collaborer avec lui et lui servent de levier.

Dans les événements chaotiques actuels, l’endormi, l’être illusionné, perçoit la Mort, tandis que l’éveillé voit la Vie qui élève les consciences, unifie les êtres, fusionne, par l’Amour, toute réalité dans l’Unité.

L’Amour, c’est l’Essence de la Vie qui assure l’expansion de la conscience jusqu’au Retour au Foyer originel. L’amour ce n’est pas s’éprendre d’un autre, sentir son cœur battre pour lui, se priver et se sacrifier pour lui au point de se perdre en lui ou pour lui, c’est plutôt communiquer avec toute chose sans attente, la respecter, lui conserver sa liberté d’accomplir son propre destin en conformité du plan de son âme, parce qu’on reconnaît la part de sacré, à respecter, qu’il représente. Aimer, ce n’est pas davantage attendre quelque chose d’un autre, tomber sous son charme, vibrer d’intenses émotions en sa présence, chercher à masquer son vide intime par ce qu’il apporte. Celui qui ne respecte pas la liberté de l’autre ne l’aime pas, il se l’attache, il le possède, il me manipule, il l’exploite, il le vide. Celui qui juge, qui critique, qui reprend, qui vexe, qui attaque et contre-attaque n’exprime pas de l’amour, mais son mal de vivre, sa propre douleur mal reconnue, parce qu’il n’est pas capable de s’aimer lui-même. Pare qu’il est impersonnel et inconditionnel, l’amour, qui est don de soi sans attente ni jugement, comporte toujours le plus grand respect, qui commence par l’innocuité et la non-ingérence, l’acceptation de la souveraineté d’autrui, la reconnaissance de sa liberté selon son degré de conscience.

Celui qui croit percevoir un défaut en l’autre joue au redresseur de tort et il se méprend sur lui-même : il recourt inconsciemment à la projection parce que, dans son immaturité psychique, il reste vulnérable, sensible à une réflexion extérieure d’un problème qu’il porte en lui, inconsciemment. Il porte forcément en lui ce qu’il reproche à l’autre sans quoi il ne pourrait même pas le constater. Du reste, il y a une différence entre constater une limite chez autrui et l’interpréter comme un défaut, une faiblesse, un problème, une carence qui l’amène à le déprécier dans son jugement de valeur. Il jauge selon son aulne. L’être éveillé ne profère jamais qu’un autre porte un défaut, il souligne plutôt qu’il grandit en conscience sur un point où il peut encore grandir, qu’il lui reste des choses à comprendre, qu’il est affligé d’immaturité temporaire.

En raison des transformations prodigieuses qui se sont produites dans l’ADN des êtres humains, chacun peut, chacun peut choisir de continuer à vivre sur Terre sans devoir passer par un recyclage de son âme, s’imposer la nécessité de se réincarner de cycles en cycles, comme autrefois, dans la vieille histoire linéaire, afin de favoriser son évolution spirituelle ou son ascension de conscience. Il n’a qu’à se reprogramme dans la reconnaissance qu’il est parvenu à un stade où il peut puiser, en tout temps, dans la sagesse accumulée des Archives akashiques, de manière à augmenter sa vitalité et à vivre autre chose que le déclin de l’archaïque mode de survie. Il le peut dans la mesure qu’il vit dans l’esprit d’enfance, toujours rivé sur le moment présent, sans plus de référence au passé ni à l’avenir, dégagé de la peur de ce qu’il croit constater se produire autour de lui. Du reste, les Maîtres spirituels ajoutent que si chacun vivait le cumul de ses expériences en référence des rotations autour du soleil, chacune prenant un an de sa vie, plutôt qu’en additionnant les années de dur labeur sur Terre, il perdrait l’idée de décrépitude et de sénescence qui aboutit à l’issue fatale de la mort. Si, pour une raison ou pour une autre, vous ne croyez pas à cette possibilité nouvelle, une potentialité innée qui s’active dans les nouvelles énergies, vous ne pouvez que comprendre le décalage que vous entretenez, par vos anciennes croyances, avec le Monde nouveau. Pour le moment, tous ne réussiront pas à manifester cette nouvelle virtualité, mais ceux qui échoueront ne pourront l’attribuer qu’à leur degré de doute, de résistance intime ou de démission.

Un bon nombre de Phares de Lumière et de Montreurs de Voie représentent des âmes qui n’appartiennent pas au schème terrestre, mais qui, dans un service d’Amour, ont pris un corps de matière, dans la présente phase cruciale du passage d’une Ère de Ténèbres à une Ère de Lumière, pour aider l’humanité à s’élever dans un domaine spécifique de leur compétence spirituelle. Parce qu’ils sont infiniment en avance sur leur temps, ces êtres souffrent du point d’avoir grandement voilé leur conscience afin de se rapprocher des autres êtres incarnés et de rester à leur protée. Aussi, assez souvent, peuvent-ils vivre dans une certaine tristesse et un peu de démotivation au constat du degré d’appréciation que leurs semblables ont de leurs chaînes, de vénération qu’ils vouent à leur faux-maîtres, alors qu’ils devraient veiller à la transition d’une fin de cycle qui ouvre une nouvelle fenêtre sur l’Univers et le Cosmos.

Les Maîtres spirituels sont passés dans les coulisses du monde : ils ont quitté la scène de l’enseignement pour que leurs étudiants de jadis, aux sens exacerbés et au cerveau embrumé, réalisent le nombre de bêtises qu’ils continuent de commettre, malgré leurs années d’études de la Vérité, parce qu’ils se sont laissé prendre en charge et ont déserté leurs responsabilités. Car, trop bien traités et encadrés, ils en sont venus à croire en un salut par procuration qui leur permettrait de continuer impunément à rejeter les règles et à transgresser les lois naturelles et les principes spirituels. Les Maîtres ont compris que c’était le seul recours qui les obligerait à puiser dans leurs propres ressources et à développer leur propre maîtrise spirituelle afin de s’éviter des sombrer, si tel est leur choix.

Tous les êtres humains ne forment qu’un seul peuple, le Peuple de Dieu; ils proviennent tous du coït du Couple primordial. Aussi chacun doit-il dépasser les barrières des races et nations, des origines ethniques, des croyances religieuses, des cultures et des traditions locales, des couleurs de la peau, des différents statuts sociaux, bref, de tout ce qui semble les diviser ou les séparer. Et il n’y a que par l’Amour qu’ils y parviendront.

Bien des gens ont hâte que les choses changent sur la Terre et ils se demandent pourquoi, si les énergies présentent produisent les accélérations qu’on présume, elles ne mettent pas plus rapidement un terme aux drames humains. Chacun doit comprendre que le processus d’expansion de la Lumière, qui assure la transition de toutes choses, sur tous les plans, ne peut se faire en dépassant un certain degré d’intensité, ce qui provoquerait, par des courts-circuits, infiniment plus de souffrances et, à un degré plus puissant, la dissolution totale de la matière et des êtres incarnés.

La Clef de la transition présente réside dans l’acceptation de vivre dans le moment présent, donc d’oublier le passé et de se détacher de l’avenir, jusqu’à obtenir l’impression de se retrouver sur le rivage d’un Monde nouveau, inondé de Soleil, comme s’il fallait désormais commencer à écrire sur la page blanche d’un nouveau livre, intimement uni à son Centre divin, ses plus nobles aspirations et sa volonté d’être tout simplement, soit de mener une vie dépourvue d’attaches, dans le plus pur Amour et la plus pure Vérité.

Chaque être humain doit se déterminer à ouvrir les portes, à faire disparaître les ghettos, à donner à chaque habitant du monde sa chance, à écouter la voix des autres, à s’instruire de leur message autant qu’il souhaite que les autres apprennent du sien. En ce moment, les énergies lumineuses ne cessent d’augmenter, multipliant les catastrophes, décuplant la force des sentiments positifs et des émotions négatives, faisant remonter à la surface les ombres résiduelles, afin de rompre les résistances, de produire l’abandon, d‘aider à faire comprendre la réalité à privilégier. Il est fini le règne de la volonté personnelle quand s’affirme le Plan divin qui entend insuffler partout l’Amour pur, l’Amour vrai. Le sentiment de séparation, qui suscite la résistance et cause la souffrance, coupe de la magie ou de la grâce, parce qu’il limite l’intuition. Mais la Lumière spirituelle ne devient douloureuse que pour les esprits rebelles ou polarisés qui abdiquent leurs responsabilités, qui cherchent le salut dans un recours extérieur ou qui se lancent dans des actes extrêmes. Mais nul ne doit oublier que ces actes barbares et cruels interpellent le monde en faisant ressortir les erreurs de l’esprit de domination et de son pendant négatif, la mentalité de victime, qui ont amené les êtres incarnés à former des clans et des camps, ce qui n’a plus sa raison d’être.

Tout ce que vous pouvez apprendre d’un coach ou d’un philosophe, de tous ces profanes qui se sont formés par eux-mêmes à travers des lectures ou des conférences, ce sont des idées, dans un grand brassage d’air. Car la plupart d’entre eux, qui fonctionnent avec des connaissances ou des conceptions, qu’ils prennent pour le Savoir, ne peuvent que décrire une force ou une énergie, ce qui ne vous aide pas à grandir en conscience, vous en donne simplement l’impression. Quant à l’Initié ou au Mage, vous recevez ce que vous n’avez pas ou ne parvenez pas à découvrir, ce qui se dérobe à votre entendement, la manière de faire circuler les énergies ou les forces subtiles qui vous habitent, de les orienter à votre avantage et pour le bien de l’ensemble cosmique, de cohabiter harmonieusement avec elles, ce qui, du coup, augmente vos certitudes, votre bien-être et votre bonheur. L’Initié ou le Mage aide son semblable à s’élever de plus en plus sur les plans vibratoires en se dissociant des ombres du Voile d’Illusion, soit de ses fausses croyances, de ses incompréhensions, de ses fausses attaches, de ses mauvaises habitudes, de ses ornières, de ses mauvais réflexes. Surtout, il lui apprend à entrer en lui-même, où il peut tout trouver, parce que tout y est, afin d’y puiser et d’amplifier, soit de faire surgir, l’énergie susceptible de le purifier, de le transformer, de le rendre plus raffiné et lumineux. Il lui montre comment produire l’alchimie permettant de le faire passer de fils de l’homme à Fils de Dieu, dans le respect des lois naturelles et des Principes cosmiques.

Abandonnez le passé dans la pensée que, pour chacun de vous, le meilleur est à venir.

   Dans la présente phase énergétique, les réajustements intérieurs et extérieurs dont vous avez besoin se font d’eux-mêmes, ressortant des profondeurs silencieuses de votre être, si vous vivez abandonnés sans condition à la Lumière divine, restez uni à votre Centre divin et vivez concentré sur le moment présent à l’écoute de votre cœur. Et cela reste vrai même lorsque vous croyez être gobé par les rumeurs extérieures ou entraîné dans le chaos. C’est cela qui s’appelle la Vie de Grâce, une phase au cours de laquelle les magies, les prodiges, les occasions en or, les synchronicités abondent. Tout est une question de perspective : même le coup dur qui vous ouvre les yeux peut être considéré comme une grâce puisqu’il vous transforme et vous éveille. Qui que vous soyez, quels que soient votre âge, votre état, votre formation, votre instruction, votre éducation, votre situation financière, votre statut social, votre race ou votre foi, vos choix religieux ou politiques, votre perception de vous-même, là où vous vous trouvez, vous détenez tout ce qu’il faut pour faire percer l’Être dans l’Amour et la Vérité. Vous n’avez qu’à dépasser, qu’à aller au-delà de ce qui semble vous freiner, vous bloquer, vous limiter, s’opposer à votre expansion, à ne plus vous considérer comme une victime innocente, mais à vous accepter, avec votre âme, comme un être responsable, comme le créateur de votre destin. En ce moment, tout concourt à votre Libération, à votre Résurrection et à votre Ascension. Acceptez la Vie et entrez dans sa Danse. Les divers aspects de votre réalité commencent à se dérouler plus normalement dès que vous y puisez sans la moindre mise en œuvre. Au-delà des apparences, tout répond à l’Ordre cosmique, même dans le désordre ou le chaos apparent. Pour les dépasser, il vous suffit de faire plus confiance à l’Amour que vous êtes ou qui vous habite qu’aux contingences de la troisième dimension. Acceptez de devenir un libéré vivant. Cessez toute résistance, abandonnez tout doute, quittez toute peur et laissez votre Résurrection se produire, laissez-la poindre en vous et vous en donner l’évidence dans tout votre être. Extrayez-vous de l’ordre de l’effort et offrez-vous à un service supérieur. En cela, avec l’Amour, la joie devient le passe-partout qui vous donne accès à la réalité du Monde nouveau.

   Cela a déjà été dit, au moment du Retour de la Lumière, soit au passage d’une Ère de Ténèbres à un Âge d’Or ou de Diamant, il surgit toujours, des profondeurs sombres, un grand chaos, qui remue tout autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Alors, par imprégnation, la Lumière divine dissout les derniers pans du Voile d’Illusion, les reliquats des aspects négatifs, pour produire l’éclaircissement et la Libération. Ainsi, souvent, avant l’Illumination, dans un soubresaut de l’ego, les résistances peuvent s’affirmer un moment, pouvant donner l’impression de pouvoir la vaincre et l’éliminer, alors qu’elles permettent plutôt, dans l’observation de ses expériences, de ses réflexes, de ses états immédiats, d’assurer le déblocage de la conscience. Évitez de vous laisser impressionner par l’intensité et l’apparente difficulté de vos expériences présentes; ajustez-vous et abandonnez-vous plutôt afin de réussir à intégrer la plus large part de la Lumière qui vous inonde qu’il vous soit possible, de manière à vous tirer de la troisième dimension et à accéder à une conscience plus vaste.

   La Lumière existe à l’intérieur de vous et, au moment fatidique, elle ne fait qu’émerger de votre être. Dans son expansion, elle vous permet de vous réajuster à la juste fréquence énergétique, ce qui vous est loisible dans plus ou moins de facilité et d’agrément, selon son intensité. Ce que vous devez retenir, ce n’est pas que, dans les transformations nécessaires, ce que vous vivez soit agréable ou désagréable, mais le fait que chacune de vos expériences du moment est chargée d’un potentiel de Libération et d’Ascension, si vous cessez de résister. Peut-être qu’elles ne vous amènent pas encore à vivre le Grand Bonheur auquel vous aspirez, mais, à terme, cela se produira, cela deviendra votre réalité permanente. Au-delà des apparences, à votre su ou à votre insu, dans l’instant présent, dans chaque moment présent, vous vivez déjà la Résurrection et l’Ascension. Depuis le premier janvier 2017, tous vos problèmes et toutes vos souffrances ne peuvent que diminuer, de mois en mois, sauf si, dans votre entêtement, votre résistance, votre opposition au dépassement, suite aux manigances de votre ego, qui s’amuse à vous faire peur, à susciter les doutes, à vous faire entretenir le statu quo, vous les entretenez. Au point de la présente expansion de la Lumière, plus rien ne peut interférer avec vous, vous faire ombrage, vous faire obstacle, à part vous-même. En cela, tout se passe facilement à l’extérieur dans la mesure que tout se passe facilement à l’intérieur. Tout dépend de votre degré personnel d’acceptation et de détachement. Dans ces circonstances, vous gagneriez à laisser se consumer ou disparaître ce qui ne peut plus être, ce qui ne peut supporter les nouvelles infusions de la Lumière spirituelle. En ce moment, il importe bien davantage de vous éveiller à l’Amour et à la Vérité de l’Être divin que vous êtes que de vous soucier de votre destin concret ou matériel.

   Le temps n’est plus à l’inquiétude, à la peur, au sentiment d’impuissance, aux doutes sur soi-même, à la culpabilité paralysante, autant de mouvements intimes qui ne changeraient rien à ce qui doit arriver, la récupération de votre Pouvoir, qui réside dans votre potentiel d’Amour et de Vérité, pour engendrer le Monde nouveau, dans la parfaite conscience de votre Réalité divine. Mais cela ne peut se produire sans que vous ne quittiez votre ancien mode de vie, vos anciennes manières de penser, d’agir et d’être. Alors, il faut le répéter encore et encore : vous ne pouvez manifester une réalité de fréquence supérieure qu’en vivant à partir de votre âme qui s’exprime par votre cœur. Dès lors, n’acceptez plus que ce qui fait vibrer votre cœur. Chacun est en train de récupérer son Pouvoir, ce qui ne peut se produire que dans la mesure qu’il sait se libérer, de s’assumer par lui-même, de se ressourcer en lui-même et de devenir un Modèle de Vérité et une Source d’Amour, donc de compréhension, d’empathie et de pardon pour autrui.

   C’est au terme de la présente décennie que devraient disparaître les dernières cristallisations ou opacités de l’ancien monde et que chaque Phare de Lumière devrait trouver sa juste place dans le Monde nouveau. C’est ce qui explique la rapidité et l’intensité des changements qui se produisent en vous et autour de vous. Vous ne devez pas croire pour autant que tel sera le lot de tous les êtres incarnés, car certains membres de l’humanité, davantage perdus dans la densité et la dualité, mettront encore des siècles à réaliser ce qui s’est produit, à défaut de s’être rénovés et transmutés. Pour votre part, si vous voulez être du Grand Voyage de l’Ascension, renoncez à vos acquis et sachez vous réinventer : laissez la Vie libre de vous libérer de ce qui ne peut plus vous habiter ni vous accompagner.

   Il y a des gens qui ont si bien occulté la notion du Bonheur qu’ils ne croient plus à la joie de vivre. Aussi, deviennent-ils très exigeants, très demandants, comme insatiables, du fait qu’ils ont abdiqué leur responsabilité de comprendre comment assumer leur destin. Vous ne gagneriez rien de continuer à assister ces poids morts qui ne s’estiment pas assez importants ou méritants pour avoir accès à la Plénitude et à la Félicité. Ce sont ceux-là qui sont portés à retenir surtout les aspects négatifs de leurs expériences, à nier les bienfaits de l’existence, à déprécier le bonheur des autres qu’ils jalousent secrètement.

   Avec Bouddha, l’heure se prête à se répéter : «Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était et fais confiance à ce qui sera.»   Ce n’est pas d’hier que la Sagesse a accompagné l’humanité, mais elle y a fait la sourde oreille. Il est inutile d’essayer de tout comprendre, trop de choses dépassent l’entendement. Il vaut mieux les accepter, en acceptant de ne pas les comprendre, si on ne veut pas ralentir son Ascension.

   Chacun peut favoriser sa Résurrection en méditant et en prononçant l’affirmation suivante : «Uni à mon Centre Divin, le Seigneur Dieu dans mon être, Je Suis et Je demande à recevoir la plus grande infusion possible de la Flamme de Résurrection dans chaque cellule, chaque atome et chaque électron de mon véhicule physique, de mon corps sensible et de tous mes corps subtils. Je désire guérir et ressusciter tous les aspects de ma vie. Qu’il en soit ainsi! Merci.» À ce moment, se voir envahi, du sommet de la tête jusqu’à la pointe des pieds, d’une énergie dorée tirant sur l’orangé très lumineuse et se transformer en un véritable Soleil doré très scintillant. Pour plus d’efficacité, on gagne également à accompagner toutes ses requêtes de la formule : «Uni à mon Centre divin, Je décrète que telle ou telle réalité advienne au nom de l’Amour-Lumière.» Tout ce qui est sincèrement demandé sur ce Rayon ne peut que s’accomplir pour le plus grand bien de tous les êtres.

   Vous recevrez toujours davantage si vous savez donner autant que vous recevez et recevoir autant, même plus, que vous donnez. Mais encore vous faut-il commencer par reconnaître et apprécier ce que vous possédez ou détenez déjà.

   Beaucoup de gens se demandent pourquoi il est aussi important de conserver ou de se réapproprier son propre pouvoir. Nul ne peut être certain d’avoir trouvé la Vérité sans l’avoir sondé à l’intérieur de lui par le cœur.   Ce dont un être ne s’est pas fait une certitude d’expérience reste une croyance plus ou moins néfaste ou illusoire qui éloigne de son propre de son pouvoir. Celui qui vit de croyances ne peut que compter davantage sur les autres que sur lui-même pour accéder à sa Maîtrise personnelle. C’est particulièrement important de le reconnaître lorsqu’il est question de s’ouvrir à la spiritualité, qui n’est rien d’autre qu’un art de vivre, une manière d’être par la prise en charge de toutes ses dimensions (corps, âme et Esprit de Vie ou Centre divin).

   Dans le plan de la troisième dimension, il existe trop d’illusions pour s’en remettre à un autre pour ce qui a trait à son expansion de conscience. Souvent, les divers enseignements spirituels ne représentent que des croyances religieuses servies au goût du jour qui fournissent un prêt-à-croire qui ne mène pas très loin, qui, en tout cas, ne ramène pas à sa source par la voie du cœur. Quant aux transmissions des channels, il ne s’agit, dans la majorité des cas, que d’une transcription de leurs propres perceptions inconscientes qui ne valent jamais que ce qu’elles valent, selon le plan spirituel sur lequel ils peuvent s’élever.

   Si grande et puissante qu’elle soit, une entité de Lumière ne peut correctement s’exprimer à travers un être humain qui n’est pas dûment formé aux notions spirituelles, n’est pas préparé à une communication univoque, ne présente pas le degré de pureté qui lui permet d’accueillir les messages dans toute sa limpidité originelle, ce qui n’est sûrement pas le cas de ce qui se capte dans le plan astral, le plan par excellence de toutes les vérités, mais aussi de toutes les illusions. Toute communication qui n’est pas établie sur le plan atmique ou christique reste douteuse, même si le médium dit transmettre des messages du Christ, de Mickaël, de la Vierge ou d’autres entités saintes. Il y a fort à parier qu’il véhicule plutôt des messages de désinformation de la part d’imposteurs, comme ces gens qui annoncent «L’Annonce de Marie» depuis des années, sans que, jamais, elle ne se produise. Chacun peut particulièrement se méfier s’il dit les obtenir d’entités extraterrestres ou d’organisations systémiques ou galactiques trop ressemblantes aux structures ou systèmes de conception humaine, par exemple de la part de commandants de Flottes sidérales.

   Où voulez-vous aboutir, en conscience, au Foyer originel ou en enfer ? La Voie du Ciel, elle réside en vous, uniquement en vous, pas ailleurs. Et vous devez la trouver et la prendre par vous-même.

Dans les plans de la densité, compliqués par la dualité, la Vie n’épargne personne dans ses choix inconscients, négatifs ou nuisibles : au moment le plus opportun qui assure que la leçon soit bien comprise, elle les lui ramène par les principes de l’Attraction et de la Causalité éthique. Le Créateur qui envoie les épreuves n’est-il pas le même qui a créé les épaules? Ainsi, la Loi du Ciel ne charge un être que ce qu’il est capable de gérer dans l’immédiat, ce qui devrait l’inspirer à chercher dans sa démission ou dans son irresponsabilité, plutôt que dans le sentiment d’impuissance, les cercles vicieux qui finissent par l’ennuyer, le démotiver, l’amener à sombrer. Comme dans la vie courante, celui qui laisse s’accumuler les dilemmes, au lieu de le résoudre dans le moment présent, finit par se sentir dépassé. Surtout que, quoi qu’il puisse arriver de désagréable ou de souffrant à un être incarné, peu importe ce qu’il peut traverser, peu importe la complication de sa situation, elle ne peut que représenter une expérience temporaire qui ne peut que finir par trouver sa résolution.

   Hélas, les gens pensent que la force réside dans le fait de ne jamais connaître de revers apparents et de ne pas être perméable à la douleur ou la souffrance, alors que, en réalité, les gens les plus forts, ce sont ceux qui ont dû le plus bûcher, ne pouvant s’empêcher d’en ressentir les conséquences. Sauf qu’ils se sont déterminés à les surmonter, à en tirer une plus grande maîtrise. Nul Maître n’a accédé à cet état d’accomplissement dans la facilité. Il a dû traverser les épreuves initiatiques qui y mènent. On dit avec raison que ce qui ne tue pas renforce. Dès lors, à moins d’être une âme avortée, un démissionnaire congénital ou un saboteur professionnel de sa propre existence, plus la vie d’un être incarné se démontre difficile, plus il y gagne en force et en compétence.

   En fait, nulle expérience de la vie n’est jamais aussi difficile qu’un être peut la croire : ce sont ses émotions, surtout la peur, qui grossissent tout. Selon le degré d’ignorance ou d’inconscience, le parcours de la vie peut parfois peut devenir un fleuve tumultueux pour celui qui veut dériver sur un fleuve toujours tranquille. Il n’empêche que chacun est adéquatement équipé et outillé pour le parcourir jusqu’au bout sans trop d’entraves. Ne lui suffit-il pas de puiser dans ses réserves sacrées, dans les dons ou les facultés innés dont le Créateur l’a investi et de s’en servir correctement, à point nommé. Dans l’École de la Terre, l’apprentissage reste l’affaire d’une redécouverte de ce qui se trouve déjà là, en chacun, ce qui lui permet d’être pleinement, de vibrer à plein cintre de son Énergie divine.

   Les gens les plus conscients et les plus forts ne sont pas ceux qui étalent leur force et maintiennent une contenance impeccable, mais ceux qui ont redécouvert leur sens des responsabilités et qui, de défis en défis, ont secrètement remporté d’innombrables victoires sur eux-mêmes, ce qui échappe à ceux qui les fréquentent. Tout bien pensé, puisque la vie représente un Retour à sa Réalité originelle, un être ne se rend nullement service en s’appelant une vie trop facile. Il conviendrait davantage qu’il demande plutôt la force, la patience et le courage de surmonter les obstacles qu’il a lui-même inclus dans son parcours, puisque chacun lui assure de redécouvrir une part du trésor des ressources infinies, bien enfouies, parce qu’il se les est temporairement cachées.

   Tout bien compté, la Vie ne peut représenter une épreuve difficile qu’au sens d’un examen rigoureux des compétences redécouvertes et assumées, donc maîtrisées. Dans ce contexte, la majorité du temps, la plupart de ceux qui aboutissent à l’échec et qui s’engendrent une vie malheureuse provoquent leur drame parce qu’ils copient sur les autres dans leur oubli que, par leur rôle fonctionnel unique, leur copie d’examen comporte des questions bien différentes de celles des autres candidats. Dans l’Économie cosmique ou la Dynamique de la Création universelle, chacun détient une fonction exceptionnelle qui explique la diversité des destins. En cela, à une même époque, nul ne peut juger autrui, parce qu’il n’est pas en mesure de comprendre aucun autre que lui dans cette part d’originalité qui participent de son poste et de son rythme de cheminement, à moins de pouvoir fusionner avec l’autre d’âme à âme. C’est ce qui fait l’importance que nul être incarné ne se fie ou ne s’en remette trop aux conclusions d’autrui puisque, par son propre mandat divin, ses coordonnées personnelles peuvent l’amener à des découvertes qui ont échappé à tous les autres.

   Dans ce contexte, au-delà des apparences qu’il projette, tout être humain apparaît noble et respectable, d’égale valeur à tous les autres. Il reste une Étincelle divine qui s’est temporairement voilée pour accéder à son individualité sans pouvoir se séparer des autres, par qu’il leur est indissolublement lié dans la Conscience de l’Unité.

   Vous voulez sauvez la Terre, mais vous ne pouvez y arriver qu’en vous sauvant vous-même. Qu’est-ce à dire?   La planète Terre n’a pas besoin de vous pour se sauver, elle n’a même pas besoin d’être sauvée. Puis elle en a connu bien d’autres au cours de sa longue existence. Vous faites partie des êtres de la Nature qui habitent la Terre et vous ne pouvez pas davantage l’anéantir ou la sauver que les animaux, les plantes, les minéraux.   Dans la présente phase d’Ascension, il s’impose que vous reconnaissiez que le Créateur a établi un Plan divin d’évolution pour la Terre et ses créatures et que ce Plan merveilleux comporte l’assurance donnée à la Terre qu’il ne laisserait personne la détruire.

   Aussi, devriez-vous vous dire que, comme le reste, la pollution et le réchauffement global font partie du Plan divin qui ne laisse aucune marge au hasard. Dans la présente phase de transition et de transformation, ces phénomènes se dérouleraient de la même manière si toutes les sociétés terrestres vivaient dans des campagnes pour n’avoir rien urbanisé ni industrialisé. Les humains, qui ont inventé l’industrialisation, n’en sont pas responsables en premier lieu. Sans la présence humaine, les changements se produiraient simplement autrement   C’est un fait avéré que l’intensité accrue de vos ouragans et les inondations résultent du réchauffement des océans. Mais il est un fait tout aussi avéré que les séismes proviennent des contorsions de la Terre qui s’ajuste, dans son véhicule physique, à la nouvelle intensité des énergies en provenance du centre de la galaxie et de bien ailleurs. Dans la réalité, sur votre Terre, les changements climatiques et autres ne résultent pas des mauvaises interventions des êtres humains, mais de leur décision d’accompagner la Terre dans son Ascension.

   Gardez-vous de vous méprendre sur les propos qui précèdent, car vous détenez bel et bien une responsabilité dans la gestion des ressources naturelles et le traitement de tous les règnes vivants (et tout est vivant, à un rythme différent) qui doivent rester sages et intelligents. Il y va même de votre destin ascensionnel. Sauf que vous devez comprendre que la Terre, qui est une Entité divine vivante, détient des pouvoirs bien plus grands que ceux des membres de l’humanité qu’elle accueille. Il n’en faut pas moins clarifier la nature de la relation de l’être humain avec sa planète d’accueil. Il conviendrait que vous preniez conscience que vous pouvez instaurer des relations synchrones et harmonieuses avec elle. Et les plus sages ou les plus lumineux d’entre vous doivent y veiller. Il nous faut insister sur le fait que, comme contribution, les êtres humains doivent contrôler du mieux qu’ils le peuvent la pollution de l’environnement par les déchets toxiques et les émissions industrielles parce qu’il y va de la santé de leurs semblables et de l’intégrité des autres règnes vivants de la planète.

Cependant, la cause principale du réchauffement global se retrouve dans l’accélération de la rotation du noyau central de la Terre, consécutif à l’activation de son cœur cristallin, dans les plans subtils. Ladite accélération augmente la masse et la température de ce noyau de ferronickel en fusion et la chaleur ainsi générée réchauffe le manteau terrestre, en plus de l’effet des puissantes éruptions solaires. L’accroissement de l’effet de toupie affecte le ratio de torque entre l’intérieur et l’extérieur du noyau dont la rotation se fait dans des directions opposées et à des vitesses différentes, ce qui finira par engendre un renversement des pôles et l’avènement d’une toute autre dynamique sur la Terre.

   Vous vivez à l’heure de la reconnexion avec la Source divine. Dès lors, le moment est venu de vous réapproprier votre Puissance Intérieure, ce qui passe par une réconciliation complète avec vous-même et avec votre monde intérieur qui peut se dévoiler à vous au fur et à mesure que vous vous élevez en conscience. Cette redécouverte intérieure ne pourra que vous réconforter et vous émerveiller. Elle alliera votre propre Force intérieure à la Puissance suprême de la Source unique elle-même.   Par là, vous découvrirez le Pouvoir que vous détenez et la raison de votre présence sur Terre au gré de votre expansion spirituelle. Le tout doit commencer par une plus grande considération de votre âme, ce lien subtil entre votre corps et votre Centre divin, et de ses appels silencieux qui vous rappelle que vous ne faites qu’Un avec toutes les âmes et les formes de vie qui vous entourent. Votre Puissance intérieure représente l’agent idéal pour déjouer tous les pièges de l’ego qui ne peut que savoir qu’il doit céder à des aspirations. C’est en y recourant jour après jour que vous produirez la symbiose qui s’impose avec les êtres et les fores qui vous entourent. C’est votre manière d’y recourir qui déterminera le degré de symbiose que vous pourrez personnellement réaliser, pour votre plus grand bonheur, car cela vous permettra d’échapper à la densité et à la dualité qui y sévit.

   Le Créateur vous a doté de cette Puissance intime pour vous permettre de tout entreprendre et réussir et de servir ainsi d’exemple à vos semblables qui peuvent traîner les pieds. Ce n’est que dans l’union avec cette Puissance que vous pouvez accueillir l’Ombre, lorsqu’elle se présente, et l’inviter à se dissoudre, afin d’éviter ses pièges. Dans votre ascension, la rencontre de l’Ombre, sans le moindre désir d’opposition ou de lutte, s’impose, parce qu’elle représente le catalyseur même de la Lumière et le moyen de réaliser sa suprématie. La Puissance intérieure que vous détenez ne s’exerce pas par le combat, elle vous habilite plutôt à voir, accueillir et dégager ce qui peut tenter de vous vous freiner dans votre expansion et vous placer dans une position d’abandon ou d’abdication. En ce moment même, il vous est demandé de vous garder prêt à cette réconciliation dans la Puissance de votre Centre divin, qui vous parvient par votre âme, car elle permet la fusion de vos diverses instances, ce par quoi vous pouvez vaincre toute apparente opposition. Vous ne pourrez jamais parvenir à fusionner correctement le Ciel et la Terre si vous fuyez l’Ombre au lieu de la dissoudre par la Puissance de la Lumière qui vous habite.

   Comme le pardon, qui assure la réconciliation, l’acceptation fait partie de l’expansion de l’être. Celui qui se révolte ou se rebelle contre une situation prolonge ses problèmes et ses souffrances. Chacun gagne à retenir qu’il ne peut pas changer la programmation de son âme, qu’il ne peut que la vivre dans plus d’agrément parce qu’il l’accepte, ouvert à lui trouver un sens. Nul ne gagne quoi que ce soit à se cantonner dans le vouloir, puisque la volonté n’a aucun pouvoir en elle-même, mais qu’elle la gagne au gré de la motivation qui résulte du fait qu’une expérience peut lui apporter plus de bien-être ou de bonheur. Vous ne pouvez rien changer à coups de volonté, mais vous pouvez changer beaucoup dans l’acceptation, soit dans l’accueil amoureux de tout ce que la Vie, don de la Source unique, vous offre à chaque moment. Que l’expérience soit agréable ou désagréable, si vous l’acceptez pour ce qu’elle est et représente, elle ne peut que vous instruire, vous enrichir, ouvrir votre conscience, rehausser votre taux vibratoire, vous élever sur les plans de la Conscience cosmique.

   Les oppositions, source de la concurrence et la compétitivité, doivent faire place à la collaboration et à la coopération universelle. La séparation n’a plus droit de séjour sur la Terre. Nul ne peut plus séparer l’Ombre et la Lumière, la science et la conscience, la matière et l’Esprit, l’intellect et le cœur, les hémisphères du cerveau. Le temps est à l’union dans l’Amour des êtres, des systèmes, des interfaces, des pôles féminin et masculin, afin d’accroître le rayonnement de La Lumière divine. Tant que vous demeurez dans l’imitation, la comparaison, l’émulation, l’envie, vous vous privez de la découverte de vos propres potentialités. Si vos facultés intimes restent latentes, elles ne pourront pas vous aider à devenir responsable, à améliorer votre propre vie, à la maîtriser. Surtout, elles ne serviront pas le bien commun alors que, dans l’Amour, Source de Vie, vous ne faites qu’Un.

   Si les présumés fondateurs de religion revenaient sur Terre, ils demanderaient probablement à l’humanité : «Mais pendant combien de temps encore essaierez-vous de nous ressembler, de devenir comme nous à vous en dépersonnaliser, ou de chercher à ce que tous vos semblables nous ressemblent, au lieu d’être pleinement vous et de laisser les autres être pleinement eux, de tous assumer le rôle fonctionnel que vous devriez jouer sur Terre? Pendant combien de temps encore, dans un prêt-à-croire dogmatique, allez-vous vous noyer dans une masse, y chercher une appartenance, vous y montrer neutre, même invisible, si cela se peut, dans l’adulation de personnages extérieurs à qui vous cédez tout votre pouvoir, au lieu de redécouvrir votre Gloire et d’explorer votre propre Magnificence? Pendant combien de temps encore allez-vous cultiver l’idée que nous avons besoin d’être adulés et servis, au point de vous renier et de renier une part de vos ? Pendant combien de temps encore allez-vous maintenir l’idée que vous devez rester petits, impuissants, pauvres et misérables, comparativement à la Grandeur infinie de Dieu au lieu d’incarner la grandeur de votre divinité, puisque Dieu et vous ne faites qu’UN! Pendant combien de temps allez-vous entretenir la système patriarcal qui condamne la beauté et la féminité de la civilisatrice du monde, sous prétexte que certains humains illuminés ou radicalisés ont décidé, pour pervertir et détruire votre société, qu’elles n’étaient pas pures et ne possédaient pas d’âme? Pendant combien de temps encore allez-vous supporter tous ces dogmes étriqués et toutes ces croyances erratiques qui vous disposent à tuer des millions de gens au nom de la présumée supériorité de votre Dieu ou de votre religion? Pensez-vous réellement, que c’est cela, la vie, l’expérience spirituelle. La spiritualité ne peut être rien d’autre que l’œuvre de l’expansion de la vie en vous dans la liberté et le respect de tous les êtres. Pendant combien de temps encore ceci ou cela…? Humanité, réveille-toi et accomplis ton destin du Retour à l’Unité, par l’Amour!»

   La spiritualité consiste à se prendre en charge dans toutes ses dimensions, soit à vivre pleinement bien embranché dans le Ciel et bien enraciné dans la Terre, à s’occuper de son corps physique, de son psychisme (ou de son âme) dans l’union avec son Esprit divin. La spiritualité consiste à rétablir le lien avec son Essence divine et avec sa vraie Nature, sa Réalité multidimensionnelle, s’accepter dans le fait d’existence sur plusieurs plans de conscience, physiques et invisibles, tangibles et intangibles, en commençant par se débarrasser de tous ses schémas destructeurs fondés sur l’ego accaparateur. La spiritualité invite à s’ouvrir à d’autres réalités, à ses semblables, aux autres créatures de son univers, à la vie dans d’autres dimensions, sur d’autres planètes, dans d’autres système, d’autres galaxies, dans l’Omnivers infini. Dit plus simplement, elle sert à redécouvrir son Être dans sa Totalité, soit à élargir son champ de conscience en redécouvrant toutes ses facultés innées.

   Non, bien qu’il n’y ait pas de mal en cela, la spiritualité, ce n’est pas forcément d’imiter un Maître ou de prier Dieu ou un saint; de mener une quête intérieure; de prendre une mine sombre ou sévère; de fréquenter un lieu de culte; d’assister à la messe, à la cérémonie du vendredi ou au sabbat; de visiter assidument son sanctuaire de pratiques; de visiter tous les Hauts-Lieux; de se rendre dans tous les centres énergétiques du monde; de se vêtir d’une tunique blanche ou de guenilles; de négliger ses besoins fondamentaux ou son apparence; d’éviter de prendre soin de soi; d’éviter toute coquetterie; de s’agenouiller ou de s’incliner devant Dieu; de faire du yoga ou du taïchi; de se nourrir de pranâ; de faire des câlins aux pierres et aux arbres; d’échanger d’hypocrites «Namaste» ou des «Je nous aime»; de boire de la spiruline; de s’asperger de patchouli; de faire brûler de l’encens ou d’allumer des bougies; de s’imposer de longues retraites dans le silence; de faire les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance; de méditer sans trop de goût; de prononcer des «Ommm»; de parler d’amour inconditionnel sans en donner l’exemple; de tenter d’éliminer l’ego; de viser le lâcher-prise, de chercher l’enfant intérieur», de se centrer uniquement sur le positif, peu importe la question posée ou le sujet évoqué. Les croyances, les simulacres et les salamalecs ne participent pas de la vraie spiritualité qui n’est rien d’autre que la Vie bien vécue.

   Dans les énergies de la Dernière sédition, chacun ne peut que faire face à ses dernières ombres. Toutefois, beaucoup d’entre vous observent le tumulte qui les entoure et se demandent pourquoi le monde semble devenir fou. Ce qui se passe dans le présent représente, sur le plan individuel et collectif, les derniers sursauts de l’énergie des ténèbres, inhérente à la dualité, dans une vaine tentative d’en empêcher le retour de la Lumière divine.   Ainsi, rien de ce qui se passe dans votre être et dans votre monde n’arrive par hasard ni n’est dénué de sens. Au cours des dernières années, la montée des Énergies christiques s’est accompagnée d’une montée de la barbarie et du cynisme, autant dans la Macrocosme que dans le Microcosme, ce qui vous a donné l’impression que tout devenait intensément erratique et extrêmement chaotique. Dans un enchevêtrement étrange, les guerres, la violence, l’injustice, les menaces d’incidents affluent de partout, à la fois sur le plan personnel et le plan collectif, semblant démontrer que chacun d’entre vous peut parfois devenir la cible du chaos.

   Toutefois, le chaos que vous rencontrez ne représente jamais qu’un recalibrage des énergies en regard du Nouveau Paradigme. Outre ce que chacun s’attire par la Causalité, vous vivez à une période au cours de laquelle les influences planétaires s’associent à des forces cosmiques qui ne sont habituellement pas associées à la gravité des astres afin de créer une purification unique par son intensité et séquentielle dans le paradigme de la Nouvelle Terre. Dans la recherche des vérités intérieures, des sentiments profonds, justifiés ou pas, mais qui n’étaient pas ressentis auparavant, parce qu’ils avaient été réprimés où dissimulés, refont actuellement surface. Un côté positif en résulte, beaucoup de problèmes que vous avez cachés, balayés sous le tapis, niés, évités, ignorés, ou redoutés, vous concernant ou relatifs à la vie des autres, comme des relations, s’évacuent pour permettre que chacun devienne un plus grand Porteur de lumière. Dans cette fréquence, à un degré d’intensité ou un autre, les dernières impuretés, qui ne comportent pas que de la justice et de l’équité, vont émerger à la surface. En cela, ce que vous appelez l’obscurité ou les ténèbres se trouve dans un déferlement temporel libre pour une période de temps fréquentiel singulier afin de faire émerger ce qui est réprimé, avec les frustrations justifiées ou non, afin que chacun les affronte, les examine, les passe au creuset de son expérience humaine et de la réalité manifestée. Ce qui était caché ou réprimé est propulsé à la surface. Cela engendre une période de malentendus, de réactions éruptives et d’illusion. C’est une énergie caractérisée par les répercussions de ce qui était réprimé en contrecoup des frustrations qui peuvent se révéler malencontreuses, des révélations qui libèrent de ce qui était dans l’obscurité.

   Une des étapes du développement personnel et collectif passe par des sessions d’apprentissage à l’Université de la Densité et de la Dualité, ce qui vise à assurer la gestion, en maître, des opposés en tant qu’apparentes réalités présentées en bien et en mal. La lutte présumée entre la Lumière et les ténèbres, le bien et le mal, se déroule à l’intérieur de chacun des êtres incarnés : ainsi, certains d’entre vous émettent plus de lumière que d’ombre tandis que les autres émettent plus d’ombre que de lumière, ce qui permet à chacun de se situer en regard de son degré de conscience. En termes simples, au terme de l’expérience de l’humanité, les concepts des apparentes oppositions du bien et du mal lui auront appris le caractère sacré de l’existence, les responsabilités de la conscience, tout en l’instruisant des lignes de conduite à adopter dans son parcours. L’important, c’est que l’histoire, telle que vous l’avez connue dans ses cycles spatio-temporels, ne se répètera plus, parce que l’humanité l’a décrété, ce que le Plan cosmique appuie spontanément depuis les origines.

   Est-ce Dieu qui a créé le Monde, soit l’ensemble du Cosmos? Évidemment, l’idée de l’Émanation de son Être unique, pour mieux se contempler, provient de la Source unique, dite l’Absolu. Quant à la Matrice de Lumière qui supporte tout système, elle constitue une création du réseau d’une des Sources primaires lumineuses, représente un programme universel fondé sur des différentielles annexes, soit sur un réseau intelligent de structure de séquences de données algorithmiques, vectorielles et linéaires. En somme, il s’agit d’une réunion et d’une fusion de symboles, de nombres, de formes géométriques, de coordonnées et de données à progression intelligente. Elle résulte d’une intervention des Puissances et des Élohim supérieurs qui ont réussi à convertir toutes les données de la Source dans un seul projet de sauvegarde de l’humanité et d’autres structures mémorielles.

   Pourquoi l’attachement représente-t-il un facteur régressif. Il faut savoir que l’affection, source de l’attachement, exprime un aspect très égoïste de l’être incarné, en ce sens qu’il n’aime pas parce que l’Amour est la Loi, mais parce qu’il est affecté de manière positive par une réalité ou un autre être en qui il trouve un intérêt, bien souvent la part de lui-même qu’il n’a pas encore découverte. En cela, l’attachement révèle l’attente qu’une situation évolue d’une façon précise qui convient à soi; qu’un autre être se comporte d’une façon précise, celle à son idée; qu’une réalité se manifeste absolument; que son désir de toujours obtenir davantage, sans trop d’efforts sur soi-même, qui peut même s’accompagner de l’autre désir de les conserver ou de les accumuler, au lieu de les rendre, au moment opportun, au courant de la Vie, puisque tout se meut et change sans cesse.

   On ne loue jamais suffisamment la Sagesse des peuples autochtones. Par exemple, une maxime de l’un de ces peuples rappelle : «Nous sommes tous des visiteurs de ce temps et de ce lieu (la Terre). Notre but ici est d’observer, d’apprendre, de grandir, d’aimer… Après quoi nous rentrons à la Maison.»

   Les principaux obstacles à la guérison sont la difficulté de s’aimer; de cesser de vivre dans le passé; d’abandonner ses habitudes délétères; de rester constamment ouvert au changement pour sortir du statu quo d’une zone de confort; de mettre un terme à la mentalité de victime qui fait vivre dans l’irresponsabilité et la projection de ses torts. Pourtant, ce n’est que dans le présent qu’un être peut récupérer l’énergie piégée dans ses mémoires cellulaires en raison de ses traumatismes, de se chagrins, de ses blessures, de ses épreuves des vies passées. Tout événement agréable ou désagréable porte un message qui tente d’aider à reconnaître sa part de conscience et d’inconscience et de se pardonner ses égarements. Certains vont jusqu’à se complaire dans leurs malheurs parce qu’ils leur donnent du pouvoir sur les autres. En les racontant, ils peuvent réussir à les émouvoir et à obtenir d’eux du soutien, leurs problèmes devenant un moyen de manipuler, voire de contrôler les gens qui les entourent. Voilà qui dénote une peur du changement qui impose de bien se regarder en face. Tout changement apparaît effrayant parce que, dans sa part d’inconnu, il peut impliquer la nécessité d’une transformation de son mode de vie, de son environnement, de ses relations, de ses comportements et de ses attitudes. Pourtant, il n’existe rien de plus régénérant et salutaire que de s’abandonner, toujours souple et disponible, au tourbillon du mouvement perpétuel, car cet état permet de se sentir revivre, de se reconnaître de nouveau vivant.

   À vrai dire, la guérison trouve sa source dans le pardon, la quête d’Unité, l’Amour, l’humilité, la simplicité, la sérénité. Ceux qui ouvrent leur cœur à l’Essence même de la Vie reçoivent en retour, au centuple, la certitude de la guérison de tout leur être. Mais cette rencontre commence par l’arrêt des oppositions, des combats et des résistances, source des obstacles que chacun s’engendre lui-même. Il s’agit pour l’être incarné de semer autant d’Amour qu’il a engendré de séparations, qu’il a semé de discordes et de dissensions, de savoir se réconcilier avec tout et avec le Tout.

   Il y a votre vérité, qui n’est pas nécessairement conforme à la Vérité, et il y a la Vérité éternelle, immuable. Votre vérité, c’est la conception que vous obtenez de vos diverses expériences. Elle a cela de bon qu’elle vous garde près de vous et trace lentement, par des moments agréables et désagréables, votre Sentier de Vie. Mais elle ne représente pas forcément la Vérité, qui existe en dépit de tous vos détours, de tous vos égarements qui vous écartent temporairement de la Grande Vérité.

   Vous vous pensez évolué et, pour certains, c’est bel et bien le cas, ils ont accompli beaucoup de chemin sur la Voie de l’Ascension, ce constat ne représentant alors qu’une juste reconnaissance de leur propre degré de conscience. Comme le monde est rempli de jeunes âmes et de vielles âmes, il en est qui se retrouvent encore comme à la préhistoire de leur expérience. Et, souvent à leur détriment et au dam des autres, les premières sont les moins expérimentées, mais les plus fringantes, souvent les plus matérialistes et les plus arrogantes. Comme quoi l’être humain évolué n’est pas toujours celui qui se dit ou se croit tel!

   La réputation de chacun, c’est ce que les autres pensent de lui, ce qui est leur problème ou leur solution, pas de celui à qui on l’attribue.

   À une époque ou à une autre, toutes les religions se sont dites et crues la Voie spirituelle supérieure, alors qu’elles ne sont que les moyens divers de s’élever vers le même Dieu, le Dieu unique. Au fondement de chacune d’elles, il y a la reconnaissance de la Divinité, soit de l’Être suprême ou de l’Absolu, et celle de l’Amour, source de compassion, de respect et de charité, comme principe fondamental, qui prévaut sur tous les autres. Or l’Amour impose l’acceptation et le respect des croyances d’autrui. De ce fait, le degré de noblesse d’une culture se mesure à sa tolérance et à son ouverture d’esprit pour accueillir des groupes de foi différente.

   Fondamentalement, la religion consiste dans le recours à des rites ou des enseignements doctrinaires, un espèce de prêt-à-croire pratique qui semble dégager de la responsabilité de faire son propre salut, aussi par une assemblée qui fixe des frontières et des limites à l’édification de la foi, conformément aux crédos religieux de l’assemblée. Elle exige de ses adeptes ou fidèles d’accepter sans s’interroger ses croyances, de pratiquer et d’adhérer aux doctrines religieuses que le groupe dispense. Ce type de système de croyance peut être profitable à la croissance spirituelle et peut apporter une base pour un concept supérieur de Dieu quand l’individu avance et produit de bons fruits lors des expériences de la vie, des relations avec autrui, de la dévotion à Dieu, et du service – l’évidence dans la croissance spirituelle. Cependant, parce que la religion est «exclusive» et pose des limites par ses dogmes cristallisés, les adeptes pourraient être entravés dans leur approche de Dieu et pourraient ne pas réaliser pleinement leur propre potentiel spirituel lors de leur vie terrestre.

L’un des dangers de l’exclusivité religieuse c’est qu’elle peut chercher à imposer ses idées aux croyances des autres et tenter de contrôler les institutions gouvernementales et sociétales afin d’imposer son programme exclusif aux autres croyances. C’est là le début de la tyrannie spirituelle et l’accès à la spirale vers les ténèbres, comme on a pu le constater sur la Terre au moyen-âge et comme cela existe actuellement encore dans de nombreux pays et cultures. À chaque nouvelle génération, les leçons du passé commencent à s’atténuer dans la conscience collective et le danger de répéter ces erreurs est toujours là. C’est l’un des nombreux objectifs du «Temps de Rectification» ou du «Retour à la Vérité», que d’éviter ce salto arrière dans les ténèbres et de conduire l’humanité en avant en révélant un concept supérieur de la Déité qui inclut Tout et qui unit les peuples plutôt qu’elle ne les divise.

Afin que votre monde devienne durable et garde un élan vers la Lumière, pour obtenir plus de Vie, il faudra que les religions du monde se montrent plus tolérantes et ouvrent leur circuit fermé de l’exclusivité. Les groupes pluriconfessionnels ouvrent la voie vers la croyance en «un Dieu, de nombreux chemins». Bien des âmes qui croient à l’exclusivité de la religion seront étonnées dans l’après-vie de voir que l’Enfer n’est pas aussi peuplé d’athées et d’hérétiques qu’on leur avait fait croire et que, eux-mêmes, ils ne peuvent nullement atteindre la perfection en une vie lorsqu’ils la quittent. Lorsque toutes les religions enseigneront que l’Esprit du Créateur est d’abord Amour et qu’il vit en chaque homme, en chaque femme et en chaque enfant, alors les doctrines de l’exclusivité reconnaîtront la paternité de Dieu et la fraternité des hommes. C’est cela, chers amis, l’Âge de Lumière et de Vie.

   Vivre, c’est vivre dans l’instant présent, porté par le mouvement énergétique sous-jacent. Vivre, c’est passer consciemment par chaque instant, s’appliquer à comprendre et savourer le message de chaque petit événement qui se présente, à le considérer avec grand soin, avec respect même, afin que rien ne soit perdu, mais que, plutôt, tout ouvre sa conscience.

   Vous vous demandez souvent pourquoi la prière que vous lancez n’a que peu d’incidence sur vous, vous rapporte peu de résultats, comme pourquoi il ne semble pas y avoir d’écho à ce que vous émettez. C’est là que vous devez comprendre que vous demandez à une réalité qui semble à l’extérieur de vous ce que Vous-mêmes êtes en mesure de manifester, puisque vous détenez le pouvoir de création. Si vos attentes ne sont pas comblées, c’est, soit parce qu’elles sont futiles, vaines ou égoïstes, soit parce que vous deviez adresser vos demandes à un certain Dieu. En vérité, la Source unique est bel et bien ce que Vous appelez «Dieu», la Réalité ou la Vérité éternelle qui est au fondement de toute chose.   Sauf que ladite Source représente une Conscience globale qui inclut ou intègre la conscience de chacun d’entre vous. De ce fait, vous devenez la Puissance même qui peut engendrer tout ce que Vous voulez voir advenir ou se produire dans votre vie. Et cette Puissance vous sert dans la mesure que vous en êtes conscient. Il vous faut vous libérer de toutes ces expériences, à la source de cette conception que vous n’êtes qu’un petit être humain, quand vous êtes la Divinité incarnée elle-même. En outre, il vous faut aussi vivre pleinement dans l’Amour et La Lumière en ressentant qu’ils sont votre Essence propre, qu’ils sont Cela que vous êtes. Même vos Guides subtils ne peuvent agir à travers vous que dans la mesure que vous êtes pleinement conscient de Qui-Vous-Êtes et que vous ressentez pleinement que vous pouvez manifester toutes choses sans la moindre interférence extérieure. Ne demandez ce à quoi vous aspirez ou ce que vous désirez, donnez-vous ces réalités dans la conscience de votre Pouvoir plénier. N’aspirez pas au bonheur, engendrez-le pour vous-même! Mieux, laissez-le émerger de vous, puisqu’il y existe déjà de toute éternité…

   Les Maîtres de l’Enfermement, dont vous avez accepté d’être les esclaves soumis, vous gardent prisonniers de la Matrice de mille façons. Ils vous conditionnent et vous formatent depuis l’enfance, à travers la télévision, les médias, le système d’éducation, les cultures et les traditions de chaque pays, cela que vous trouvez normal et dites «faire depuis la Nuit des temps». Dès lors, il est hors de question de remettre en question l’Ordre établi qui vous gère (même s’il vous demande de faire la guerre, de massacrer des animaux, de dévaster les forêts, de maltraiter les femmes, de discriminer les êtres différents, de révérer la science, érigée en Vérité absolue, plus que la spiritualité, d’accepter la perversion des domaines de la Santé et de la Justice, et quoi encore. Aujourd’hui, la chose la plus importante pour un être humain, c’est «d’être et d’agir comme tout le monde». Chacun répète : «Tout le monde le fait, fais le donc!» L’être humain qui ose sortir des cadres, pour afficher sa différence, ne peut que finir par vivre comme dans un enfer, menacé d’une dépression, ponctuée d’idées suicidaires, qui mettent sa vie en danger.

   La Matrice a engendré des sociétés qui rejettent la différence, l’Éveil spirituel, l’ouverture d’esprit. Pour elle, la sensibilité, la charité, l’harmonie, la pureté, la beauté sont des valeurs à ridiculiser, à rejeter, à bafouer tant que vous le pouvez. Ne vaut-il pas mieux transgresser toutes les règles, rejeter toutes les valeurs et accepter comme normales les pires vulgarités et les aspects les plus discordants. Ainsi, celui qui tentera de rétablir le moindre sens des valeurs ne pourra que se sentir comme un anormal exposé à l’ostracisme, si son entourage ne trouve pas le moyen de le faire passer pour fou et de le faire interner. Car, sous prétexte de liberté, qui n’est pourtant que licence et débauche, il faut que le monde dégénère au point d’oublier ce que sont les nobles qualités. Il faut substituer au peu de Lumière que l’humanité a gagné une noirceur d’une telle densité, qu’elle la détache et la détourne complètement de la Source divine, gardant tout opaque, de sorte que toutes les manigances puissent continuer de se perpétrer dans le secret. Et ces ténèbres, il faut les ancrer dans les consciences de sorte que la plus large part des êtres humains baigne en elles sans même pouvoir s’en rendre compte.

L’avidité, la soif de pouvoir, les faussetés, la désinformation et les mensonges, les manipulations en coulisse, la domination, l’exploitation, la corruption, la perversion sous toutes ses formes, voilà les nouveaux codes à appliquer. L’être humain qui n’y prend garde devient de plus en plus comme un véhicule automate, dépourvu de GPS, dons livré à lui-même et lancé sur une route sans balises, exposé aux plus grands pièges de ces faux dieux, des éminences grises, serviteurs de Mammon, cachées derrière les gouvernements et les divers systèmes bancaire, pharmaceutique, agro-alimentaire, industriel et commercial, qui n’ont qu’une seule idée en tête: utiliser les âmes perdues comme des esclaves et les manipuler comme des pions. De plus en plus coupé de sa Source divine, conditionné mentalement et émotionnellement dès la naissance, il faut habituer chaque être humain à une alimentation artificielle, donc chimique, à la prise de médicaments et d’autres substances engendrant la dépendance, mais considérées comme ce qui fait un «être cool» et «populaire».

C’est ainsi que, peu à peu, l’humanité parvient à se détruire par elle-même, en plein consentement, sans avoir à lever le petit doigt : tout à été prévu pour sa chute fatale, elle n’a qu’à récolter les dividendes de ces visées sordides.   S’est-on demandé quelle intention voilent toutes ces initiatives? Eh bien, tout simplement d’infantiliser et d’abêtir l’être humain afin de le garder inconscient, médiocre, souffrant, irresponsable, pris d’un sentiment de petitesse et d’impuissance, désireux de s’autodétruire. Évidemment, ils font tout ce qui est en Ieur pouvoir pour décrier la spiritualité, la tourner en ridicule dans les masses, pour empêcher l’Éveil. Ils ont même prévu une deuxième matrice, à l’intérieur de la fausse Matrice, pour s’assurer que ceux qui s’éveillent aux dangers et aux méfaits de la première matrice, se piègent dans l’autre, ce qui est notamment le cas de la plupart des «channels», des tenants de la conspiration mondiale et de ceux qui attendent le salut des extraterrestres. Cette deuxième matrice est si insidieuse que celui qui, mal formé, pense y avoir trouvé son salut, du réconfort, des réponses, l’Illumination, finit par se démotiver et se perdre dans la confusion, souvent complètement affaibli et déconnecté de la Réalité divine qu’il voulait intégrer et manifester.

   Le retournement de la conscience consiste à dépasser le Voile d’Illusion pour accéder à la Vérité telle qu’elle est, à la fois dans sa réalité et dans son déploiement, de toute éternité. En conséquence, celui-ci se produit par la transcendance, soit par le fait de dépasser les apparences qui surgissent des expériences menées dans la densité, fondée sur la dualité, soit sur cette impression que les êtres incarnés sont séparés de leur Source originelle. C’est ce phénomène temporaire d’obnubilation qui a permis à l’Absolu de s’individualiser et de jouer le jeu de la redécouverte de lui-même à l’intérieur de lui-même à travers des myriades de monades spirituelles.

   La spiritualité peut être considérée comme une Œuvre initiatique. C’est la raison pour laquelle Omraam Mikhaël Aïvanhov a pu préciser : «Si vos yeux peuvent saisir la Lumière, vous ouvrez un livre, vous lisez et vous comprenez ce qu’y est écrit. Ainsi, lorsque vous aboutissez aux Forces de l’occultisme, vous devez attraper chacune d’elles et la mettre en œuvre. Un élève qui doute et dit : «Prouve que cette Force de l’occultisme existe vraiment!», il n’est pas encore un élève. Dans l’école de l’occultisme, il n’y a aucune explication et débats. Ce n’est pas une école pour vérifier des faits et des vérités. Nous ne nous occupons pas de vérités qui soient mortes, mais des vérités vivantes dans le monde.» La spiritualité vise à découvrir l’Être pour être, tout simplement, de tout son Être, hors du temps et de l’espace!

   On peut parler du Bien souverain, au sens de Perfection de l’Absolu, sans l’opposer au mal, dans la mesure qu’il représente l’État idéal de l’Être total plutôt qu’une réalité particulière. Mais on ne peut parler du mal sans faire référence au bien puisque celui-ci représente comme un défaut, une carence, un apparent manque d’être de la Réalité unique, une opposition qui garde dans la dualité. Il ne peut exister d’ombre sans lumière, mais la Lumière peut exister dans l’ombre, soit voilée, car la Source unique, qui transcende tout, tout en le contenant, n’est relative à rien, puisqu’elle est tout simplement. Dès lors, la morale, qu’il vaudrait mieux appeler le système des morales, ne peut représenter qu’une construction mentale relative, largement déterminée par la culture, avec ses us et coutumes ou ses traditions, d’un temps et d’une époque. Mais nul ne doit confondre celle-ci avec le sens moral, le sens de la conscience morale ou la «voix de la conscience», inhérent à la conscience et indissociable d’elle et qui désigne la pulsion innée du bien, de l’aspiration à la Perfection, ce qui la rend inséparable de la spiritualité. Car, en ce sens précis, la conscience est toujours morale du fait qu’elle est reliée au sens de la Perfection de l‘Absolu, reconnu comme le Bien souverain qui établit les critères du bien, du bon, du beau, du vrai et du juste, les divers reflets de la Source unique.

   À l’heure actuelle, les possibilités de changement sont tellement grandes que toutes les guérisons nécessaires pour se transformer peuvent se faire très rapidement. Vous pouvez changer votre perspective sur une situation donnée presque instantanément pour, alors, attirer à vous une nouvelle réalité. C’est précisément ce qui s’appelle le changement de conscience! Vous avez la possibilité de réécrire votre histoire, alors que choisissez-vous maintenant ? Tout est possible, vos seules limites sont les croyances que vous entretenez. Tous, vous avez choisi de vous incarner précisément en cette période de transition afin de participer à cette magnifique aventure dont l’intention est de parvenir à retrouver et à exprimer votre Être réel. C’est en vous concentrant sur le fait de redevenir vous-même, en laissant émaner votre nature profonde, en laissant enfin parler votre divinité, que vous vous accorderez aux vibrations plus élevées du Monde nouveau et que vous accueillerez cette nouvelle Lumière en vous. C’est ce travail que vous devez faire pour laisser émerger cette nouvelle conscience cosmique qui est déjà disponible pour tous. Pour en faire l’expérience, aucune attente n’est nécessaire, aucun évènement extérieur ne peut s’y opposer. Vous êtes le Maitre et il vous appartient de décider dès maintenant ce que vous désirez être et accomplir pendant votre passage sur la Terre en ce moment crucial de son Ascension. D’importants changements sont en cours, ce qui va vraiment séparer le bon grain de l’ivraie. Ce que vous créez aujourd’hui doit être un tout nouveau mode de vie, dans une bande de fréquence et un état de conscience beaucoup plus élevés. Surtout, plus question de rejeter la responsabilité sur les autres – tous les changements constructifs commencent en vous-même, par vous-même! La tridimensionnalité est une illusion du mental, elle n’exprime pas la réalité vraie ou normale qui est, multidimensionnelle. Les trois dimensions relèvent d’un système de pensée fermé qui n’engendre que les présumées connaissances et croyances que la pensée accepte, au lieu de permettre d’accéder à ce qu’elle peut imaginer en puisant dans l’Intelligence innée, trop négligée, toujours négligée, mais tellement plus sûre et certaine.

Pour paraphraser un avis de Paolo Colho, on pourrait écrire: Il importe au plus haut point de laisser certaines réalités et certaines acquisitions disparaître, de s’en défaire, de s’en libérer, de s’en délester. À point nommé, donc ni trop tôt ni trop tard, tout être humain doit savoir clore les cycles, non par fierté ou par orgueil, encore moins par désintérêt ou par incapacité, mais tout simplement parce qu’ils sont révolus, parce que ce qui a été n’a plus sa place dans son existence. Il lui faut savoir faire le ménage, élaguer, secouer la poussière, jeter les scories et les cendres, fermer la porte, changer de disque, brûler les feuilles mortes. Il gagne à cesser d’être ce qu’il était ou se croyait, s’il entend découvrir Qui il est vraiment, ce qui se révèle suite à un complète mise à nu qui fait de la place à sa Divinité.

© 2017, Bertrand Duhaime (Dourganandâ). Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde. Publié sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

2 Responses

  1. Antoine

    Article long et passionnant : besoin de le relire plusieurs fois car très dense. De nombreuses idées sont développées.
    Comme j’aimerais pouvoir recouvrer et développer mon Pouvoir et enfin me laisser mener par lui sur mon Chemin. Comment il peut être difficile de percevoir son Don. Nous savons bien quelles sont nos Forces et nos Faiblesses mais comprendre le Destin que l’on accomplit et pouvoir en saisir la direction, cela est difficile.
    Quand on va à l’intérieur de Soi, il est difficile d’y rencontrer d’autres choses que le silence, l’Amour, la confiance… mais alors, pour la Direction, cela m’est encore difficile.

    Répondre
  2. Antoine

    Ce texte est simplement fabuleux, un des meilleurs textes de ce site. Merci Bertrand. Fabuleux dans le sens de fable : une belle et terrible histoire qui nous aide à comprendre notre propre Vérité. C’est aussi une synthèse et un chemin, qui rassemble plein d’idées dispersées dans le site pour les organiser dans un flux qui inspire.
    Je ressens aussi en plein et en moi son sens général et j’adhère pleinement aux grandes lignes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *