LES YANTRAS ET LES MANDALAS FAVORISENT LA CONCENTRATION ET L’ÉLÉVATION DE LA CONSCIENCE…

L’art de dessiner une mandala est une pratique d’abord orientale.  En vérité, on parle de «yantra» dans un contexte hindou et de «mandala» dans un contexte bouddhiste.  Ainsi, il existe beaucoup de mandalas dans les Traditions hindoue, bouddhiste, jaïniste ou japonaise, mais assez peu dans la Tradition chrétienne et les autres, sauf, peut-être dans les Traditions des peuples primitifs, notamment des Premières Nations d’Amérique.  Le mot «mandala» provient du sanskrit et il signifie, sommairement, «cercle», évoquant la notion d’«essence», de «fait d’avoir» ou de «contenir», au sens de «réalisation» ou d’«accession à la plénitude».  En tibétain, on parle plutôt de «dkyil khor».   Quant au mot «yantra», il provient des racines sanskrites «yan» ou «yam» qui signifie «moyen», «support» ou «medium» et «tra» évoquant un «instrument» ou un «outil».  Ainsi, comme la mandala, il devient un instrument, un appareil ou une amulette dotée d’un pouvoir particulier.

Au sens le plus commun, la mandala a fini par prendre le sens générique de plan, de charte ou de modèle géométrique destiné à représenter, au point de vue métaphysique ou symbolique, le Cosmos ou un microcosme de l’Univers, à partir de la perspective humaine.  Mais, dans l’art sacré oriental, il s’agit d’une illustration généralement assez compliquée qui reproduit un modèle premier ou la manièyantra-de-basere dont une réalité fut créée.  Il représente toujours une totalité, démontrant comment la vie s’est structurée dans sa totalité ou dans une ramification particulière.  Ainsi, à titre de diagramme cosmique, il permet, par la vision, de se relier à un archétype, rappelant sa relation personnelle avec l’Infini.  Il démontre comment l’Univers se déploie en soi et autour de soi.  Autrement dit, véritable microcosme, la mandala représente la dynamique totale d’une réalité spirituelle, autant dans l’aspect interne qu’externe de sa vibration.

Normalement, la mandala désigne un support de méditation conçu à partir de dessins géométriques symboliques et rituels qui expriment un aspect de l’Univers ou l’Univers lui-même.  Elle se présente souvent sous la forme d’une figure géométrique élaborée autour d’un centre, qui peut prendre la forme d’un cercle, d’un carré, d’un polygone et même d’un ovale (Japon).  À l’occasion, elle peut prendre la forme d’un labyrinthe simple ou d’un dédale enchevêtré porteur d’une signification symbolique.  Elle peut inclure la forme physique d’une divinité assise sur son trône, développer un aspect de l’Illumination, expliquer un aspect mental (par exemple en recourant à une fleur, surtout le lotus, à la roue, à la foudre, etc.) ou expliciter le sens d’un mantra généralement prononcé à voix audible.  Dans toutes ses formes, résultant d’une construction intuitive, elle porte toujours les Énergies cosmiques en provenance de la Source divine qu’elle concentre.  En fait, dans certaines Traditions orientales, il existe deux sortes de mandalas : le «garbha-dhatu», relié au monde viscéral, qui suit un mouvement allant de l’Un au Multiple, et le «vajra-dhatu», relié au monde de diamant, qui procède du Multiple au Centre unique.  Dans cette perspective, la mandala sert souvent de véritable support initiatique qui puise dans l’Esprit unique pour agir sur le physique et le psychique (âme et mental).  En général, il incorpore les divers pouvoirs divins à l’œuvre dans l’Univers ou dans un secteur de l’Univers, servant de point focal autant pour les divinités et les forces cosmiques que pour le méditant.  En fait, elle aide la conscience à s’élever dans un secteur de la Connaissance vraie, au-delà du mental. Il arrive même qu’un temple entier soit construit et aménagé sous la forme d’une mandala pour rappeler que l’expérience en incarnation représente un pèlerinage évolutif vers le Centre suprême de toute vie.

Au cours de la méditation, elle sert de support de concentration qui permet en quelque sorte de pénétrer dans l’illustration et, par analogie, dans la réalité subtile qu’il représente, dirigeant l’attention vers son centre, de manière à faire connaître le processus de désintégration ou de réintégration.  Pour cette raison, celui qui fixe une mandala, en méditation, s’imprègne des énergies spirituelles qu’il exprime, ce qui peut contribuer à approfondir sa compréhension d’une réalité abstraite,  rehausser son taux vibratoire et l’aider dans son évolution personnelle.  Il s’agit de se concentrer sur le centre de la mandala ou sur un point au centre de son motif de sorte que le mental s’apaise pour permettre à l’énergie d’imprégner la conscience du méditant afin de rétablir en lui la vitalité, la santé, l’équilibre, l’ordre, l’harmonie.  Ce processus introduit dans un espace sacré qui permet de s’instruire, pouvant aller jusqu’à induire en transe.  En effet, par sa structure symbolique intuitive, la mandala peut permettre d’accéder, à son rythme, à des degrés plus profonds de l’inconscient jusqu’à faire ultimement l’expérience du sens mystique d’unité avec l’Être suprême duquel le Cosmos a surgi dans ses multiples formes.

Lorsque vous méditez avec un yantra ou une mandala, bien détendu, commencez par concentrer votre attention sur le point central du dessin, appelé le «bindu», puis élargissez peu à peu votre vision de manière à inclure le motif central, puis le motif tout entier.  Ceci fait, laissez-vous imprégner par les énergies de ce support de méditation, en retenant qu’ils représentent des instruments de manifestation efficaces.

DES EXEMPLES DE YANTRAS

Nous vous présentons ici quelques exemples de yantras et de mandalas.  Vous pouvez en trouver des centaines sur la Toile mondiale, certains plus artistiques que mystiques, d’où il vous faut exercer votre discernement ou faire appel à votre intuition.  Il importe de connaître le thème du support qu’on retient pour savoir de quelle énergie on s’imprègne.  Réfère-t-il à une dYantrasivinité précise?  Procure-t-il la santé ou l’harmonie?  Entraîne-t-il dans un plan supérieur de la Conscience cosmiSoleil central-1que?  Car on peut notamment retrouver un yantra ou une mandala relié aux divers chakras, d’autres au au Dragon de l’Univers, au Dieu intérieur, au Seigneur du Monde, au Monde lui-même, au Maître des Remèdes, à la Face de Dieu, à la Nature féminine, au Principe masculin, aux Éléments de la Nature, au Soleil central de l’Univers.  Ou encore à l’Éveil spirituel, à la Longévité, à l’Appel à l’Union, à l’Appel de l’Âme, à l’Alliance du cœur et de l’esprit, à l’Équilibre, à la Guérison, à la Pureté originelle, à la Danse de l’Esprit, à la Vie consciente, etc.  À chacun de faire sa petite recherche dans la spiritualité hindoue ou bouddhiste.  À titre d’exemple, nous fournissons justement, ci contre, à gauche, le mandala du Grand Soleil central de l’Univers, et à droite, le yantra dans sa forme fondamentale.  Ainsi, on peut constater que la mandala peut prendre beaucoup plus de formes que le yantra.

Il faut préciser que le secret du yantra représente l’une des formes les mieux gardées de l’enseignement spirituel hindou, du fait que le yantra, lorsqu’il est activé par le rituel approprié, confère une énergie infinie.  En réalité, il existe un yantra, relié à son archétype premier, qui peut répondre à tous les besoins, à tous les désirs, à toutes les plus nobles aspirations que l’être incarné peut ressentir ou porter.  Il s’agit de la représentation symbolique d’une forme d’énergie pure qui agit au-delà des dogmes religieux et des théories philosophiques parce qu’elle appartient à tous ceux qui ont un cœur amoureux, rempli d’intentions pures.  

COLORIEZ OU DESSINEZ ET COLORIEZ UNE MANDALA À VOTRE CONVENANCE

mandala3

mandala1 mandala2


mandala5
yantra-mandala
mandala6

© 1990-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *