PENSÉES ET RÉFLEXIONS DIVERSES QUI REHAUSSENT LA SAVEUR DE LA VIE

L’ENGAGEMENT

L’engagement réfère au fait de promettre ou de se promettre d’accomplir quelque chose, ce qui devrait commencer par l’acceptation d’accomplir le plan de son âme et d’atteindre le But ultime de sa vie. Pour chacun, il implique le don de sa personne pour une cause à laquelle il croit parce qu’elle détient de la valeur, dépasse toutes les autres. Sauf que, dans les temps présents, le seul engagement qui compte encore, c’est, dégagé de tout effort, mais dans l’acceptation de la Grâce, d’être Amour, de vivre pleinement chaque instant, c’est-à-dire d’être tout simplement.

 

CHACUN EST SA PROPRE AUTORITÉ

Sortez du moule de la recherche qui vous demande la validation d’une autorité supérieure incarnée. La plus grande autorité représente le pouvoir créateur qui vous habite et l’omniscience qui est votre apanage. Votre intuition peut répondre aux questions les plus essentielles que vous pouvez poser dans la vie. Pour un certain temps, il continuera d’y avoir des Montreurs de Voie, que vous pouvez appeler des guides, des meneurs, des mentors, des parangons, dans la communauté ésotérique, métaphysique ou spirituelle, mais, parce qu’ils seront intègres et authentiques, ils se démontreront des conseillers sages, capables d’amour et de compassion, jamais plus des dictateurs spirituels, ce qui ne sera plus permis. Ils vont jouer leur rôle dans l’innocuité et le respect du libre arbitre au lieu de renvoyer à des lois traditionnelles figées de nature à vous dicter votre manière de vivre. Ils vont surtout tendre à vous montrer la grande puissance que vous détenez vous-même, sans imposer quoi que ce soit, sans cadre rigide, sans lois précises, sans doctrine commune. Pour votre part, vous devez permettre que votre Centre divin, la Source créatrice qui vous habite, réponde à vos propres questions, à vos : «Quoi?» «Pourquoi?» «Combien?» «Comment?» «Quand?» «Par quel moyen?» Si vous pouvez le faire, ce qui serait dans votre intérêt, vous découvrirez et activeriez les attributs les plus appropriés, dans la présente phase, à votre vie individuelle. Pourquoi tant vous référer aux autres quand vous détenez tout en vous-même? Ne protestez pas, car si vous n’entendez pas les réponses inspirées de votre cœur, c’est que vous ne savez pas vous détendre, calmer votre mental et faire silence, pour écouter en vous. Une faculté, cela se développe par l’usage, ce qui n’est pas le cas lorsque vous vous en remettez à un être extérieur pour trouver les réponses à vos questions.

 

LA DOULEUR ET LA SOUFFRANCE

Beaucoup d’êtres incarnés sont accrocs à la souffrance et aux limitations parce qu’ils pensent que s’ils ne souffrent pas, leurs expériences ne peuvent être méritoires, ils n’évoluent pas, ils ne grandissent pas en Lumière, ils ne parviendront pas à apprécier pleinement la bonté et le bonheur. Mais il y en a qui choisissent ce mode de vie simplement pour se trouver une raison de vivre ou se sentir vivre. C’est leur drogue, refilée par les religions morbides, peut-être mieux dit, doloristes, propagandistes des sacrifices qui consistent à aimer les autres mieux que soi et à se compliquer la vie pour gagner son ciel. Imiter la vie de Jésus en allant jusqu’au sacrifice de sa vie, en signe d’amour ou de charité, oubliant que «donner sa vie» signifie «offrir ses meilleures énergies». Pourtant, il ne leur est demandé, comme aux autres, que de s’aimer assez pour mettre un terme à la souffrance et d’Être pleinement.

 

NATUREL ET SPIRITUEL

À bien y penser, il n’y a rien de profane et d’ordinaire ; il n’y a rien de grossier et de subtil; il n’y a rien de naturel ou de sacré : tout est naturel ou tout est sacré, dans le sens que ces deux mots sont des synonymes, tout étant le résultat d’une Idée et d’une Intention divine, d’une partie du Rêve conscient de l’Absolu, de son Grand Jeu amoureux. Tout est divin, quoi, dans l’immense spectre qui va des ténèbres à la Lumière pure.

 

DE L’EXTRAORDINAIRE

Karlfried Dürckheim (1896—1988) un diplomate, psychothérapeute et philosophe allemand, un initié de l’école du Zen Rinzai, où il pratiqua notamment le Kyūdō avec le maître Kenran Umeji, a dit: «Sur le chemin spirituel, il ne faut rien chercher qui serait extraordinaire. L’extraordinaire est dans la profondeur de l’ordinaire.» J’ajouterais que, dans l’expérience de l’Ascension, il n’y a rien à comparer, puisque tout porte sa dignité, dans les ténèbres comme dans la Lumière, puisqu’il faut les deux pour se connaître totalement, atteindre l’équilibre et suivre la Voie du Juste milieu, où il n’y a plus de jugement de valeur.

 

DÉRANGÉ?

Comment ne pas être d’accord avec cette réflexion de Bryant McGill: «Plus une chose vous dérange, plus elle vous concerne. Lorsqu’elle ne vous dérange plus, vous n’en avez plus besoin, parce que la leçon est complète.»

 

L’ABONDANCE ET LA PROSPÉRITÉ

La Vie vous retourne ce que vous pensez, dites, ressentez et faites consciemment ou inconsciemment. Malgré vos proclamations constructives, c’est ce que vous vibrez le plus puissamment, volontairement ou involontairement, qui devient votre loi. Si une personne fait l’expérience d’une forme de manque ou de limitation, dans sa vie – que ce soit dans ses finances ou dans ses relations – c’est parce qu’elle ne se donne pas suffisamment d’amour, d’où elle ne peut pas vraiment aimer les aux autres et le monde qui l’entoure. Pour des raisons d’apprentissage, il n’y a absolument rien de mal à choisir de vivre une vie de pénurie apparente. C’est un choix et il doit être honoré. Toutefois, si vous êtes prêt à sortir d’une réalité qui vous reflète le manque et à générer plus d’abondance, il suffit de vous faire la promesse de vous aimer d’une manière sacrée et enrichissante, donc pas de vous gâter ou pourrir, et que cela devienne la priorité de votre vie à partir de ce moment. Ce choix peut inclure de manger plus sainement, de vous rapprocher de la Nature, de mieux veiller à votre hygiène, de passer plus de temps à faire des choses que vous aimez, de quitter les gens négatifs pour vous entourer d’autres plus confiants, bienveillants et respectueux, d’exprimer plus sincèrement votre gratitude, de donner plus généreusement, sans attente, soupçon ni arrière-pensée, ce qui représente toujours une semence, et bien sûr de vous traiter avec égards et respect.

 

LE SECRET DU CHANGEMENT

«Le secret du changement consiste à concentrer son énergie pour créer du nouveau, et non pas à se battre contre l’ancien.» (Dan Millman, un sportif et écrivain américain, né le 22 février 1946, principalement connu pour son autobiographie romancée, «Le Guerrier Pacifique», qui devint un best-seller dans la catégorie spiritualité et développement personnel.)

 

LE DESTIN DU MONDE…

En 1957, le Créateur a repris les rênes de la planète Terre. En 1987, la Convergence Harmonique a apporté un changement dans ce qui aurait dû se produire en 1998, qui aurait marqué la fin de l’histoire humaine. Nous soulignons donc que c’est le Quotient de Lumière des humains de 1987 et leur choix d’ascensionner qui a déterminé qu’il n’y aura pas de grand cataclysme global ni de destruction massive à l’échelle mondiale, suivis d’une extinction globale pour assurer un redémarrage, un nouveau départ. Depuis peu, la planète a ascensionné, elle a entrepris une élévation qui est se poursuit et qui permettra l’ascension de l’humanité dans quinze à vingt générations. Il s’impose que vous le sachiez, car ce savoir, une fois inscrit dans votre subconscient, ne peut que devenir une source d’encouragement, de grand accomplissement, d’espoir et de joie. Car la Terre se purifie, s’élève, et cette activité se poursuivra dans des secteurs plus résistants, limitées et localisées, se déroulant graduellement, de sorte que la Terre et l’humanité puissent désormais au stade ultérieur, dans un plan supérieur, le Monde nouveau ou le Foyer originel. Gardez-vous bien de vous méprendre, car les changements qui assurent le nettoyage, la purification et la réorganisation de votre conscience doivent continuer, ce qui va se produire. Si les masses étaient dûment informées de ce qui constitue leur plus grand bien et l’acceptaient, de telles modifications, indispensables, pourraient s’accomplir beaucoup plus facilement et avec plus de rapidité.

 

DES CONNAISSANCES

«Votre point de vue est toujours limité par vos connaissances. Développez vos connaissances et vous transformerez votre esprit.» (Bruce Harold Lipton, né le 21 octobre 1944 à Mount Kisko, dans l’État de New York, aux États-Unis, est un biologiste du développement et un conférencier étasunien connu pour sa promotion de l’idée que les croyances de la personne peuvent transformer les gênes et l’ADN, proposant ainsi une conception non-académique de l’épigénétique. Fait d’intérêt qui le concerne, dans les années 1980, il a peu à peu abandonné l’athéisme, son système de croyances originel, parce qu’il en est venu à croire que le mode de fonctionnement des cellules démontre l’existence de Dieu.)

 

BONHEUR

«On obtient le bonheur dans la mesure où on ne l’attend que de soi.» (Marcel Henri Jouhandeau, écrivain français né à Guéret le 26 juillet 1888 et mort à Rueil-Malmaison le 7 avril 1979.)

 

CONTAGION SPIRITUELLE

Vous devez vous savoir contagieux, autant pour le meilleur que pour le pire, puisque le genre de pensée et de ressenti que vous émettez, en raison de l’Unité du Cosmos, se propage d’âme en âme. Alors, ne devrait-on pas croire que chacun gagne à émettre des pensées constructives et des ressentis joyeux et paisibles, s’il entend collaborer à l’amélioration du Destin du Monde?

 

LA JEUNESSE 

Même arrivé à la fin de votre existence vous pouvez encore rester jeune, parce que vous aurez compris ce qu’est réellement la vie : une transformation incessante, une adaptation, un éternel recommencement, mais dans une forme plus vivante et raffinée.  Dans la perspective spirituelle, il n’y a pas de jeunes ni de de vieux, d’êtres sains ou malades, de handicapés et de gens supposément normaux, il n’existe que des êtres lancés dans le Grand Jeu amoureux  de développer leur conscience afin d’entretenir et d’intensifier la vie en eux, afin de passer de la survie à la Vie véritable et de finir par être pleinement.  Personne ne doit dire : «Comme les années ont passé…»; «Me voilà bien vieux…»,  «Dans le temps…»,  «Il est trop tard pour moi de penser à ceci» ou «à cela…».  À vrai dire, celui qui tente de justifier son incurie, son ineptie ou  son inertie par son âge, son état de santé, son degré d’intégrité physique, ne peut que réduire le nombre des jours qui lui restent encore, s’empêchant de la joie de pouvoir, jour après jour, savourer l’existence, se découvrir et servir Dieu à travers ses semblables, dans le partage de ses acquis, puisque c’est pour cela qu’il s’est incarné.  Sans quoi, il engendre et amplifie l’image et le ressenti qu’il se fait de la vieillesse, une conception qui agit très négativement, autant sur son état psychique que sur son état physique.  Nul ne gagne à traiter mieux les «mauvaises herbes» que les plantes qu’il veut voir prospérer et l’égayer.  Toute personne avancée en âge devrait plutôt se concentrer sur la jeunesse éternelle de son Centre divin, en s’efforçant de toujours faire et de toujours apprendre quelque chose de nouveau, afin de rester ouvert à la Vie qui, elle, ne cesse de se renouveler.  Car c’est cela la jeunesse, la vraie jeunesse, appréhender le monde par son cœur, plutôt que par sa tête, les lourdeurs ou les douleurs de l’expérience ou le poids des ans.  De toute évidence, avec les années, comme nul ne peut empêcher les blés de dorer, le corps physique perd de sa force, de sa résistance, de sa robustesse, de sa vitalité, ce qui n’empêche pas que, même au moment de la mort, chez le Sage, un regard, un sourire, peuvent encore offrir l’expression lumineuse et vive de la jeunesse de cœur et d’âme.  Même qu’un jour, assez prochain, chacun pourra se découvrir immortel et accéder pour toujours à cet état dans le cours de son expérience en incarnation, mettant un terme à ses limitations apparentes.

 

PETITE PENSÉE

Sur le babillard d’un nouvel inscrit comme ami virtuel, on peut trouver l’amusante pensée que je partage aujourd’hui avec vous: «Essayer d’être heureux en accumulant les biens, c’est comme essayer d’apaiser sa faim en collant des sandwichs sur tout son corps.» Pas bête, son auteur, George Carlin.

LE TEMPS

On dit souvent que le temps change ou arrange les choses alors qu’en fait, le temps ne fait que passer, même que, en ce moment, il file comme le vent. Alors, c’est chacun qui doit, lui-même, changer les choses, parce qu’il reste son propre et unique Sauveur.

 

PEUT-ÊTRE AI-JE RAISON..?.

Il y a le mythe et le fait historique, l’illusion et la réalité, l’hypothèse et l’évidence, l’opinion et le constat, l’approximation et la précision, la croyance et la certitude, le jugement de valeur et l’affirmation simple. Et vous, de quoi sont faites vos pensées et vos conversations? Seul mérite de parler celui qui émet des faits et qui profère la vérité, soit ce qui exprime des vérifications répétées de l’expérience personnelle, donc qui portent l’évidence et la justesse de la réalité des choses. Si les uns sont des tares, qui brouillent et qui souillent le psychisme, les autres représentent un bienfait pour l’âme.

 

RÉSURRECTION

La Résurrection signifie que, en raison d’un travail de plusieurs années sur l’ADN, à cause d’effusions vitales plus intenses, accompagnés de particules adamantines, depuis le changement de la Grille christique de la Terre, le mariage du Ciel et de la Terre va se produire plus facilement dans l’être incarné, y faisant disparaître progressivement les effets lourds de la densité et de la dualité, notamment la douleur et la souffrance et les mauvais souvenirs de ses vies antérieures, parce qu’il percevra tout dans une perspective agrandie, tout cela pour améliorer son aventure dans le Monde nouveau. Cela ne pourra que favoriser son passage d’une base carbonée à une base siliciée, ce qui impliquera, à son rythme, sa régénération, sa transmutation, sa transfiguration et, ultimement, son Illumination finale. Car ce qui est officiellement lancé peut imposer différentes délais selon la conscience et la compréhension de chaque être incarné. Dieu est la patience même pour produire les meilleurs résultats, ses prodiges. C’est précisément ce qui fait l’ire de certains, qu’une prédiction mette tout le temps qu’il faut pour se produire. Pour l’individu, cela peut se faire dans cette vie, bien que l’expérience doive respecter son rythme, mais, pour la collectivité, la conscience s’ouvrira plus lentement à cette Grâce des temps nouveaux. Il ne faut donc pas s’attendre à voir des gens s’élever dans le Ciel comme l’aurait fait Jésus, bien que certains êtres, plus avancés, pourront physiquement disparaître au regard de leurs semblables incarnés, si les conditions le permettent. La Résurrection permet surtout, à point nommé, de quitter le monde terrestre sans passer par la mort. Il s’agit d’un affinage et d’un raffinement, voire d’un processus qui rend le corps plus subtil et lui permet de passer dans une autre dimension. Mais il ne peut s’accomplir dans la vie d’un être que ce qu’il croit, admet, assimile, intègre, donc uniquement dans celle de celui qui cesse de raisonner, qui s’abandonne à la Lumière divine et qui demande des évidences à son Centre divin pour renforcer sa foi, ce qui est son droit d’être en tâtonnements. À ce propos, petite parenthèse pour dire que l’Ascensions collective de l’humanité ne se produira pas avant une quinzaine de générations.  Mais la Résurrection est un processus préalable à celui de l’Ascension. En fait, c’est la dynamique du destin particulier qui peut changer considérablement.  Pour tout dire, ces attributs ou ces facultés préexistent chez tous les êtres incarnés, ils ne sont pas à faire ou à développer, ils ne sont qu’à reconnaître et à éveiller, de la même manière que tout être humain est déjà une divinité accomplie, ce qu’il ignore simplement. Il y a longtemps que les Maîtres spirituels ont appris à l’humanité que n’importe quel de ses membres, peu importe son âge ou sa condition, pourrait s’illuminer en un instant, s’il s’accordait la prise de conscience requise. De toute évidence, l’existence prochaine d’un tel phénomène serait plus facile à croire si tous ceux qui ont produit leur Ascension spirituelle avaient laissé des signes de ce vécu, pas uniquement Jésus et de rares autres, au lieu de faire semblant de mourir et de transmuter leur corps plus tard et qui, entre-temps, ressemblait à un cadavre pour les témoins de leur apparent trépas, histoire d’éviter de traumatiser un entourage mal préparé à un tel spectacle et d’attirer l’ire de la foule, les foudres des gouvernants ou la réaction des Forces sombres contre leurs étudiants encore vivants.. Le Maître spirituel de mon Maître spirituel a ainsi produit son Ascension, disparaissant dans la Lumière, ne laissant qu’une petite pincée de scories physiques, sous forme de cendre ou de poussière, ce qui a tellement saisi et traumatisé douze des seize disciples qu’il avait convoqués pour son départ de la Terre, à titre de témoins, qu’ils en ont perdu connaissance et, certains, presque la raison. La Lumière se fait sidérante, en pareil cas. Pour résumer, la Résurrection annoncée, processus déjà en cours, ne représente pas, à proprement parler une disparition soudaine dans un autre plan de conscience ou une élévation sur un petit nuage pour aller y jouer de la harpe, mais une expérience de transformation de l’ADN qui fait passer d’une base dense à ne base plus subtile, ce qui fait échapper à la dynamique du temps et de l’espace et abolit les souvenirs pénibles de l’histoire ancienne des diverses incarnations, de sorte qu’il n’en reste que la compréhension de leur aspect évolutif qui a permis de se reconnaître dans sa totalité. Elle permet de poursuivre sa carrière sur la planète Terre, davantage à titre de Centre divin ou d’Individualité spirituelle que de personnalité. Elle implique évidemment un rehaussement progressif, plus ou moins rapide, selon les individus, de la vitalité et du bien-être qui permet de faire apparaître, à travers l’image vieillissante du vieux corps physique, le visage d’un nouvel Être radieux et immortel, parce que spirituel ou divin.

 

ACCROS INTOXIQUÉS

Beaucoup d’êtres incarnés sont accrocs à la souffrance et aux limitations parce qu’ils pensent que s’ils ne souffrent pas, leurs expériences ne peuvent être méritoires, ils n’évoluent pas, ils ne grandissent pas en Lumière, ils ne parviendront pas à apprécier pleinement la bonté et le bonheur. Mais il y en a qui choisissent ce mode de vie simplement pour se trouver une raison de vivre ou se sentir vivre. C’est leur drogue, refilée par les religions morbides, peut-être mieux dit, doloristes, propagandistes des sacrifices qui consistent à aimer les autres mieux que soi et à se compliquer la vie pour gagner son ciel. Imiter la vie de Jésus en allant jusqu’au sacrifice de sa vie, en signe d’amour ou de charité, oubliant que «donner sa vie» signifie «offrir ses meilleures énergies». Pourtant, il ne leur est demandé, comme aux autres, que de s’aimer assez pour mettre un terme à la souffrance et d’Être pleinement.

 

TOUT EST DIVIN

À bien y penser, il n’y a rien de profane et d’ordinaire ; il n’y a rien de grossier et de subtil; il n’y a rien de naturel ou de sacré : tout est naturel ou tout est sacré, dans le sens que ces deux mots sont des synonymes, tout étant le résultat d’une Idée et d’une Intention divine, d’une partie du Rêve conscient de l’Absolu, de son Grand Jeu amoureux. Tout est divin, quoi, dans l’immense spectre qui va des ténèbres à la Lumière pure.

 

OMBRES ET LUMIÈRE

Karlfried Dürckheim (1896-1988) un diplomate, psychothérapeute et philosophe allemand, un initié de l’école du Zen Rinzai, où il pratiqua notamment le Kyūdō avec le maître Kenran Umeji, a dit: «Sur le chemin spirituel, il ne faut rien chercher qui serait extraordinaire. L’extraordinaire est dans la profondeur de l’ordinaire.» J’ajouterais que, dans l’expérience de l’Ascension, il n’y a rien à comparer, puisque tout porte sa dignité, dans les ténèbres comme dans la Lumière, puisqu’il faut les deux pour se connaître totalement, atteindre l’équilibre et suivre la Voie du Juste milieu, où il n’y a plus de jugement de valeur.

CHANGEMENTS

On dit souvent que le temps change ou arrange les choses alors qu’en fait, le temps ne fait que passer, même que, en ce moment, il file comme le vent. Alors, c’est chacun qui doit, lui-même, changer les choses, parce qu’il reste son propre et unique Sauveur.   À ce propos, on a pu déjà lire quelque part, et approuver, que les êtres humains veulent tous avoir les «présents du changement», mais qu’ils ont peur d’en dénouer les rubans et d’en ouvrir la boîte parce qu’ils «veulent changer sans vraiment changer»!  Or, il n’y a qu’en changeant vraiment qu’un être peut s’ouvrir aux énergies de la Terre nouvelle.  Les événements imprévus servent précisément à cette fin, ouvrir au changement et à la nouveauté.  Cela contribue à manifester l’Ascension pendant sa vie en incarnation, aide à passer dans la nouvelle énergie sans devoir transiter et revenir.

 

TEMPS NOUVEAUX

Plus que jamais, le monde vous sert présentement de parfait miroir de vos pensées, de vos paroles, de vos sentiments et de vos actes, de sorte que tout ce que vous pensez, dites, ressentez et faites, par rapport aux autres ou aux diverses situations ne peut que se manifester presque instantanément et revenir sur vous. Dès lors, évitez de blâmer les autres, de vous plaindre, de juger, de critiquer ou de vous prendre pour la victime du sort, d’une situation, de quelque chose ou de quelqu’un. Dans la Nouvelle Énergie, il est impossible que qui que ce soit la victime innocente de ce qui lui arrive ou qu’il subisse une injustice de la part de qui que ce soit. Que celui qui n’aime pas ce que le miroir de la Vie lui retourne songe à œuvrer là où il peut produire les changements qu’il souhaite, soit en lui-même. Et changer veut dire changer, pas faire semblant de modifier ou de remodeler, ce qui n’amène qu’à reproduire le scénario agréable ou désagréable en cours et à le faire perdurer.

RÉFLEXION SUR LE JUGEMENT DE VALEUR

Seul peut parler de la vie d’autrui et en juger celui dont la sienne donne l’exemple ou l’attestation de la Perfection. Parce que, pour parler de la vie d’un autre et le jauger, un être doit être certain de bien le connaître et de détenir la conscience qui permet de poser un verdict ou un constat de réalité, donc un constat amoureux, juste et équitable. Sauf que la connaissance provient d’un lien d’âme à âme, non de l’observation des reflets ou des apparences du monde extérieur. Or, dans son Amour et sa Plénitude, un tel Sage n’a plus de temps à perdre à espionner la vie d’autrui et à se prononcer sur la valeur de son expérience, car il sait tout simplement que, en tout et partout, Tout est et que tout se conforme au Plan de l’Absolu qu’il sert si bien. Il se sait au service de l’Absolu auprès de l’humanité et il accomplit sa fonction sans se laisser distraire.

PETIT PROVERBE ÉTRANGER…

Un proverbe russe dit approximativement: «Mieux vaut être giflé pour avoir dit la vérité que d’être embrassé pour avoir dit un mensonge.»

 

LA PRÉSENCE…

Il est souhaitable que vous réfléchissiez, si tel est votre choix, à votre Créateur. Peut-être vous sentez-vous abandonné et en venez-vous si une certaine Source cosmique a conscience de votre existence. Ainsi, vous pouvez vous poser des questions du genre : «Est-il possible que je sois plus que ce que je pense, plus qu’un simple petit être humain?» «Pourquoi ai-je des aspirations si grandes, presque infinies, si je ne peux les manifester?» Serais-je véritablement un Prince, un Enfant de Dieu?» «D’où me vient ce sentiment si puissant que je suis plus grand que je ne le crois?» «Est-il possible que le Dieu-Déesse me connaisse et m’aime, tel que je suis, d’un amour inconditionnel, alors que, les oubliant, la plupart du temps, et tout seul, je m’occupe de gérer au mieux mes problèmes et mes frustrations humaines?» «Est-il possible que cette Divinité Père-Mère ait toujours été attentives à tout ce que j’ai fait et vécu, sans jamais me juger, même lorsque j’ai joué des rôles apparemment sordides, minables ou ingrats?» «Est-il possible que ces aspects divins soient toujours attentifs aux problèmes que je vis, comme à mes joies, en dépit de toutes les personnes à qui je dois plaire, telles que les membres de ma famille, de parenté, de mon entourage, de mon milieu de travail, de ma société?» «Est-il possible que ces entités sublimes continuent de m’aimer d’un Amour infini qui ne pose jamais de questions ni conditions, qui ne réclament pas de bilan?» Eh bien, oui, c’est le cas. L’Absolu, par le Père-Mère, vous accompagne sans cesse de son Amour et de sa Puissance de sorte que, si vous y croyez, vous ne pouvez que vivre dans la Grâce, ne manquant jamais de rien. Sauf que «manquer de rien» ne signifie pas que vous pouvez obtenir tout ce que vous désirez et souhaitez, jusqu’à vos illusions, vos fantaisies, vos chimères, vos caprices, mais tout ce qu’il vous faut pour bien mener et comprendre votre expérience en cours, celle du moment présent. Dans votre école d’apprentissage de votre Divinité, il en est ainsi pour assurer que sa signification ne vous échappe en rien, à savoir que, ici-bas, à chaque moment, vous recevez la moisson rigoureuse de vos pensées, de vos paroles, de vos sentiments et de vos actes conscients et inconscients, parce que vous êtes dotés d’un pouvoir de co-créateur, ce qui doit vous garder vigilant et responsable.

 

LA VOIE : SE CROIRE EN CHEMIN OU L’ÊTRE RÉELLEMENT…

En ce moment, n’allez pas croire que parce que vous démontrez d’un peu de bonté et de générosité, que vous lisez des messages des Maîtres, que vous participez à des stages de formation spirituelle, que vous menez au mieux votre vie quotidienne, vous êtes sur la Voie, car vous n’êtes peut-être pas beaucoup en route. Cette route de Rédemption ou de Résurrection demande beaucoup d’Amour, de simplicité, d’humilité, d’innocuité, l’application des lois de la Nature et des principes cosmiques, soit la pureté d’intention, une conception d’égalité, un souci de justice et d’équité, avec une grande ouverture et tout autant de droiture du cœur. Elle requiert que vous viviez pleinement, en vivant et en laissant vivre, en vous occupant de vos propres affaires et en le faisant bien. Elle exige que vous abandonniez vos vieilles croyances, que vous cessiez de juger, de critiquer, de protester, que vous mettiez un terme à vos attachements et à vos dépendance qui ne servent qu’à combler votre vide intérieur, pour être tout simplement, centré sur le moment présent. La Voie du Retour au Foyer originel représente la Remontée à votre Essence, parce que vous vous reconnaissez comme un Christ, parce que vous agissez comme un Enfant divin, parce que vous pensez et ressentez comme un Être de Lumière, parce que vous adoptez le rôle d’un Veilleur silencieux. Agir comme un Christ, c’est savoir vous intérioriser, plonger dans vos profondeurs, en cessant de réagir aux phénomènes extérieurs. Agir en Christ, c’est vivre dans le moment présent, vibrant à plein cintre, dans l’Unité de la Création. Agir en Christ, cela exige de vous que vous viviez vivre en silence et en secret l’Alchimie parfaite entre la rigueur et l’amour, que vous viviez dans l’équilibre parfait entre les extrêmes du bien et du mal apparents des ombres et de la Lumière, donc de la densité et de la dualité, ce qui, seul, peut vous garder sur la Voie Royale et vous autoriser à vous prendre pour un Être spirituel, un Être divin.

AU FIL DES HEURES…

Tu n’es jamais seul. Et quoi que tu sois en train de vivre, quel que soit le scénario que tu te sois écrit, tu es déjà préparé à vaincre toutes les illusions du monde dans un seul but, celui d’accéder à une nouvelle conscience et de trouver plus d’Être. Quoi qu’il arrive, quel que soit le chemin, tout est juste, et chacun ne peut que suivre sa propre destinée, recevant à chaque moment la Lumière dont il a besoin pour comprendre son expérience et poursuivre son apprentissage, s’il sait, uni à son Centre divin, écouter la petite voix de son cœur. Pour chacun, le temps est venu d’agir et de passer à l’action, en endossant son Habit de Lumière, pour offrir à ceux qu’il rencontre la Vraie Lumière. Car c’est ainsi qu’un être contribue à tout élever en l’offrant à tous, sans acception ni exception. C’est ainsi que la Lumière émerge de l’Ombre pour montrer, à qui veut la trouver, la Voie à suivre, allumant les autres consciences une à une. C’est le mystère de l’Amour et le miracle de la contagion secrète et silencieuse.

OBÉISSANCE…

Ce que certains perçoivent comme un Ordre du Ciel ou comme un appel à l’obéissance absolue, ne surgit que de la résistance mentale qui amène à chercher à se démarquer alors que, en fait, ce qui est requis, c’est plutôt une confiance totale dans ce que la Vie, qui répond à des lois et à des principes, lui propose.  Il n’y a que l’individu qui peut souffrir du fait de s’opposer au Plan cosmique ou à la Volonté du Créateur parce qu’il n’en comprend en comprend pas la dynamique et la finalité.  Au sens spirituel, l’obéissance devient une allégeance volontaire à l’Ordre cosmique, de sorte qu’elle ne représente en rien une formalité ou une contrainte, mais bien comme un Acte Sacré, le résultat autant du bon sens que de la foi, donc dans la prise de conscience de ce que cela implique pour vous et pour l’Humanité toute entière qui se nourrit déjà de l’œuvre individuelle.  Alors, l’allégeance et l’obligeance se confondent afin que cet acte sacré soit accueilli en vous et par vous comme un sacrement divin, comme l’adéquation au Plan divin, face à l’Absolu, qui connaît chaque pas que vous faites afin de vous rapprocher de Lui, de vous, dans ce vous êtes et qui vous êtes.  Cette allégeance est une reconnaissance de qui vous êtes face à Lui, une partie de Lui qui se consacre au bienêtre de tous et le vôtre en premier.  Cette allégeance divine vous nourrit de la Consécration face à votre rôle sacré de Nous accompagner sur Terre et, aujourd’hui, à partir d’une dimension nouvelle.  Soyez conscients de cette vérité afin que votre allégeance soit vécue comme une consécration de qui vous êtes : une Âme Divine qui agit auprès de l’humanité, pour elle et pour l’ensemble.

L’ÉLITISME…

Les membres de l’élitiste occupent le sommet de toute structure ou système parce qu’ils incarnent ses croyances. Cette vérité s’applique aux systèmes politiques, industriels, financiers, éducatifs et moraux ou religieux. Il n’est pas possible d’appartenir à la caste des gens qui dominent une structure sociale sans en embrasser pleinement les mœurs… et les croyances secrètes.

En passant, on peut recourir au terme d’«élitiste», chaque fois qu’on confronte une politique ou un système où des personnes se considèrent comme les meilleures ou les plus remarquables d’un groupe ou d’une communauté au détriment de la masse.  Sauf que, une fois qu’un être s’est hissé au sommet d’une structure, il ne pense plus trop à la changer : il regarde les autres en-dessous de lui comme des inférieurs à lui, ce qui décrit l’arrogance ou la condescendance.  Il pense que l’apparence physique, la renommée, la richesse, le pouvoir, les privilèges accordés à ceux qui sont au sommet sont justifiés par leur qualité personnelle.  Perdant tout contact avec la réalité, il en devient indifférent envers les démunis et il en vient à n’avoir aucun scrupule envers ceux qui sont apparemment inférieurs, soit en-dessous de lui, parce qu’ils ne font pas partie de son cercle et n’adoptent pas leurs manière d’agir, de se comporter,  de se comporter.

Bien sûr, s’il s’est élevé à partir des rangs inférieurs, comme un «self-made man», parce qu’il n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche, il ne regrette nullement de les avoir quittés, de secrètement les mépriser et de les tenir à l’écart.  À cause de cette ascension, il en vient même à se considérer comme plus fort et plus intelligent que ceux qu’il dirige, peut-être même que ses dirigeants, ce qu’il n’osera pas laisser voir.  Il se fera plutôt flatteur et élogieux pour se maintenir dans leurs bonnes grâces.

Mais nul ne doit se surprendre de cette lente transformation de celui qui réussit, ce mécanisme très simple de changement des gens dits «du commun» forme un membre de l’élite égocentrique, refermé sur lui-même, à trop se contempler le nombril, existe depuis des milliers d’années.

L’élitisme entretient la rivalité et la division.  Et il n’y a rien de pire que l’élitisme spirituel des vaniteux qui se croient initiés ou illuminés.  Pourtant, chacun reste éternellement égal aux autres et détient sa propre fonction, dans l’Économie cosmique, malgré les différences d’expérience à un moment particulier de l’histoire humaine.  Chaque être reste unique, ce qui le garde précieux pour l’humanité et pour le Cosmos tout entier.

ENCORE ET ENCORE DE L’AMOUR…

Les notions d’attentes, de manque et de besoins conditionnent l’amour humain, alors que l’Amour vrai est, tout simplement, du fait qu’il est la réalité essentielle de tout être.  L’Amour pur ou l’Amour vrai n’est pas une émotion sentimentale, un sentiment d’affection, un élan captatif ou un réaction d’attirance pour un autre être, il est la Force de vie ou le Champ d’énergie qui est le Tout ou l’Absolu, la Source commune et éternelle de toutes les créatures, le Point d’origine duquel tout ce qui existe émerge éternellement, d’instant en instant.  C’est un état perpétuel d’émergence constamment nouveau, qui régénère et renouvelle, dans l’extase qui est la Présence de L’Être-Un, l’Unique.  Chacun est né précisément pour rayonner l’Amour divin en tout temps et en tout lieu, dans toute situation, envers toute forme de vie.  Évidemment, pour l’ego ou petit moi, l’amour en est venu à signifier qu’il faille aimer les autres, les servir, leur donner, échanger, partager avec eux, compatir avec eux même au péril de sa vie, diffusant de son mieux cette énergie, mais en ne négligeant pas, au passage, si cela se peut, de faire payer de ses services au prix d’une dette de reconnaissance, des gestes d’estime ou d’appréciation, un témoignage d’intérêt ou d’attachement.  Mais l’Amour vrai est aux antipodes de tels vœux, de telles manigances, de telles manipulations: il est sincère, gratuit et inépuisable.  L’amour humain est conditionné par les notions de manque et de besoin, alors que l’Amour, qui remplit le Cosmos, est, tout simplement, car il est la Réalité essentielle de tout être.

LA CONFIANCE 

Avoir confiance en soi permet d’avoir confiance dans les autres. Car l’autre est soi.  Tant qu’un être demande des preuves que la Vie ou que l’autre est digne de confiance, il reste enfermé dans ses peurs et ses doutes et il attire des gens qui reflètent sa suspicion ou il force les gens à lui offrir des attitudes ou des comportements suspects.  Qu’il apprenne à s’aimer, à se fasse confiance, qu’il se démontre intègre, et il s’attirera, à coup sûr, des êtres en qui il pourra mettre sa pleine confiance et il vivra dans l’harmonie.

DE LA LIBERTÉ

Évidemment, dans les années à venir, certains êtres disparaitront avec l’ancienne matrice terrestre, ce qui est leur choix et leur droit, car ils n’ont pas voulu se préparer à vivre dans l’Amour qui commence par l’autonomie, la liberté et l’affirmation de votre souveraineté personnelle.  Cependant, la liberté ne vous permet pas de faire tout ce que vous voulez, sans respect du bien commun, sans respect des lois de la vie, mais tout ce qui sert votre ascension spirituelle. La véritable liberté consiste à agir dans la Conscience de l’Unité, donc de l’humanité fusionnée et du Cosmos fusionné, soit dans cette conscience ou, dans votre désir de grandir et de collaborer, vous ne désirez rien d’autre, pour vous-mêmes, que ce qui fait les moyens de survivre et d’être pleinement. Dans cette conscience, ce que vous désirez sert l’ensemble de la collectivité humaine qui, elle-même, sert les humanités futures et le Plan cosmique de l’Absolu.

DU SUCCÈS

Le succès peut exprimer l’atteinte d’un sommet, mais il se révèle bien davantage chez celui qui, quand il atteint le fond, sait rebondir pour remonter au sommet.

RETOUR AU CENTRE

Vous dites souhaiter  retourner au Centre, à votre Foyer originel…  Pour y parvenir, c’est fort simple : aimez tout, jusqu’à  ce que vous détestez et méprisez et cessez de prononcer des jugements de valeur.  Car c’est l’Amour qui mène au Centre, qui est le Cœur cosmique, tandis que les pôles, aux extrêmes, sont la haine et l’attachement.  Alors, sachez vous aimer et vous ouvrir aux autres, parce que, dans l’individualisme et la solitude, vous vous limite à la conscience individuelle.   Si l’étape de l’unification individuelle se démontre primordiale, celle de la Conscience de groupe, qui prépare la Conscience de l’Unité, vous donne l’essor ou l’envol.  Car la conscience de groupe, qui suscite l’empathie et la collaboration, vous tirera du connu et vous amènera à participer à l’expression d’une créativité pour la Justice commune ou collective.  Comment pouvez-vous atteindre l’état de Liberté et de Souveraineté? Tout simplement, tendrement, en commençant par vous donner l’unique objectif quotidien qui vaille : vous faire du bien en aidant les autres.  En mettant votre esprit à sa place, en vous centrant sur votre cœur, participez à l’esquisse de sourires sur le visage de ceux qui vous entourent et que vous rencontrez, qu’ils soient pour vous des gens connus ou inconnus. Faites-le simplement pour votre plaisir et votre satisfaction personnels, soit pour vous démontrer que vous détenez ce pouvoir d’égayer la vie autour de vous, ce que le miroir de la Vie saura vous rendre au centuple.  Sans attente ni favoritisme, veillez à imprégner par cet acte simple l’air d’une note lumineuse, légère, fluide et sécurisante.  L’Univers n’a que faire des héros, des exploiteurs, des esprits calculateurs et dominateurs.  Au contraire, il appelle chacun à être pleinement Ce qu’il est en Vérité, dans votre essence trine, il vous appelle à vous aimer avec  vos défauts apparents et vos qualités certaines.  En ce moment, votre monde, il souffle sur chacun un vent pétillant d’audace qui invite à la confiance en toute innocence.

ACCEPTER SA DIVINITÉ

Chacun gagne à cesser de renier sa Grandeur, avec la Puissance qui l’habite, à cesser de se rabaisser et de réduire la Puissance de la Lumière qu’il recèle en se prenant pour un tout petit humain insipide et impuissant. Le temps est venu d’ouvrir grand les yeux pour contempler la Vérité qui palpite en lui. L’Énergie toute puissante de l’Absolu et du Créateur qu’il est par Essence et Nature, voilà ce qu’il est venu offrir dans la troisième dimension, par ce qu’il est en Réalité. ET cela maintenant, à chaque instant, dans ce qu’il est dans l’immédiat, non dans ce qu’il sera dans une heure, dans trois mois ou dans dix ans. Au-delà des apparences, tout être est déjà Parfait comme son Père-Mère qui l’a engendré : tout ce qu’il est en ce moment même est divin, sacré et éternel. Il ne manque que lui pour accueillir et accepter cette vérité intangible puisque toute la Création l’a déjà accepté et accueilli pour toutes les créatures. Alors, pourquoi continuer à résister à sa Gloire? Pourquoi continuer de renier la Grâce qui s’exprime en lui? Quand chacun osera-t-il faire le pas… ou le saut, celui de s’accueillir lui-même, de reconnaître l’Être suprême qu’il est. N’est-il pas la Lumière éternelle elle-même qui s’est faites chair, qui a pris encore et encore un corps humain? Sauf qu’il n’est pas ce corps humain qui semble l’emprisonner et le limiter. Chacun a déjà lu ou entendu cette vérité, il ne lui reste qu’à la comprendre, à l’accueillir, à la vivre, puisque les temps s’y prêtent. L’heure est venue de vivre sa différence, sa divinité, d’accepter l’aspect spirituel ou sacré la Vie unique qui le supporte, d’apprivoiser sa Grandeur et sa Puissance. Et cela commence par l’expression de l’Amour du cœur qui assure la production de toutes les magies ou de tous les miracles, parce qu’il peut tout changer et transformer. Plus chacun le fera, plus il s’illuminera, plus il se révélera à lui-même, plus avant il entrera dans la Grâce du Paradis terrestre. Mais il doit commencer par cesser de croire le contraire de Cela qu’il est ontologiquement, c’est-à-dire d’origine, de façon essentielle!

VIE OU SURVIE

Chacun est un Miracle de la Vie, non ce qu’il pense ou qu’on lui demande de penser.  Chacun est plus grand que le regard humain qu’il porte sur lui ou qu’on porte sur lui.  À chaque instant, il est digne de l’existence et joue un rôle indispensable à l’Économie planétaire, systémique et cosmique  Sur Terre, en raison de l’ignorance individuelle et du contexte physique difficile, la pulsion de survie en est venue à s’appuyer sur les peurs et le manque, plus que sur les réussites et la foi dans la prospérité, et elle porte chacun à la projection de ses torts : il traite les autres d’insupportables, il reporte sur autrui la responsabilité, car il lui est très difficile d’intégrer qu’il est la cause à part entière de son propre chemin et que les autres sont une part de lui-même.  Détaché du regard d’autrui, dégagé de tout sens de la culpabilité, chacun gagne à se valoriser ou revaloriser en s’aimant tel qu’il est dans le moment présent et pour ce qu’il va finir par découvrir de lui-même; la Divinité qu’il est.

CRITÈRES D’ÉVALUATION D’UNE VOIE SPIRITUELLE…

Il y a quelques bons critères pour évaluer le degré de liberté et d’épanouissement à l’intérieur d’une religion, d’une secte ou d’un ordre spirituel : la facilité avec laquelle il est facile de quitter le mouvement; l’absence de recours aux notions de péché, de peur, de culpabilité et de superstition dans les enseignements;  l’ouverture sur la société, sur le monde et sur le Cosmos;  l’absence de soumission au mouvement ou à quelques serments d’allégeance que ce soit; la reconnaissance de l’égalité de l’homme et de la femme dans toutes les fonctions; et le respect du libre arbitre.

JEU DE MIROIR

Ce qu’on perçoit de bien et de mal ou de sain et de malsain chez l’autre, n’est que le reflet de ce qui est sain ou malsain en soi, sinon on ne pourrait pas le voir.  Bien que, dans certains cas, il puisse s’agir d’un comportement par lequel on est déjà passé, mais qu’on est parvenu à transmuter.  La différence réside dans le fait de déranger ou de laisser neutre, de tirer de la sérénité ou d’y maintenir.  Y a-t-il simplement constat de réalité ou jugement de valeur?

TRUISME QUE CERTAINS SEMBLENT POURTANT IGNORER…

Chacun est la source de ses problèmes et il en est également leur propre solution.

© 2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *