LE SYMBOLISME DES LÉGUMES OU DES PLANTES POTAGÈRES… 

legumesComme le fruit, le légume concerne la récolte ou la moisson, au sens figuré, la Causalité ou le fruit des œuvres, mais il célèbre davantage l’aspect nourricier de la Nature et les joies de l’été et de l’automne.

 

AIL (Allium sativum) : Plante potagère bulbeuse, de la famille des liliacées, donnant des caïeux ou gousses à odeur forte qu’on utilise comme condiment alimentaire.  Elle produit les fleurs rose mauve qui donnent les bulbilles, au sommet d’une longue tige, qui s’en détachent, s’enracinent et donnent naissance à une nouvelle plante.  Plante associée à Jupiter et au ailSagittaire, elle constitue un agent protecteur contre les agents néfastes ou les agressions dangereuses, autant au sens concret qu’au sens figuré.  Pas étonnant qu’on s’en serve dans toutes les légendes et les contes pour faire échec aux forces du mal ou pour éloigner les vampires.  On l’associe à l’unité, à l’humilité, à la patience et au sens pratique.  Ici, il semble que la sécurité doive passer avant l’amour.  Métaphysiquement, elle harmonise les corps sensible et mental, délivrant des peurs profondes et des parasites psychiques qui tissent la trame des superstitions.  Elle dissout le trac et la tension, aidant encore à trouver un exutoire constructif à son agressivité, ce qui procure une grande détente intérieure.  Dans son sens inversé, on dit qu’elle incline vers la lascivité.  Symbole de force et de santé, en thérapie, on lui attribue des propriétés apéritives, antiseptiques, stomachiques, hypotensives, fébrifuges, rubéfiantes, diurétiques et vermifuges.  Connue depuis la plus haute Antiquité, cette plante a donné naissance à bien des croyances.  Comme message, on croyait qu’elle annonçait des discussions âpres, des disputes graves, des difficultés avec ses proches, des conflits monétaires.  La dotant de propriétés magiques, on s’en servait pour éloigner les serpents, immuniser contre le mauvais œil, détourner les influences néfastes, se prémunir contre les agressions fatales, favoriser la pratique de la chasteté.      En fait, cette plante désinfectante augmente les sécrétions, active la muqueuse de l’estomac, combat les infections microbiennes, augmente l’appétit, émulsifie le cholestérol pour le détacher des artères, enraie la putréfaction et l’infection dans l’intestin.  On la préconise dans les cas de coqueluche, d’asthme, de catarrhe pulmonaire, de rhumatisme.  Pilée, on en fait des cataplasmes vésicants (sinapisme et coricide).  Puisqu’elle contient du sulfure d’allyle, on la déconseille aux nourrices et aux sujets affligés de maladies cutanées.  Elle aseptise tout l’organisme et règle la circulation, la ralentissant si elle est trop rapide et l’accélérant si elle est trop lente.

ARTICHAUT (Cynara scolymus) : Plante cultivée, mais vivace, de la famille des composées.  Son capitule porte des bractées également à base charnue.  Elle symbolise le cœur qu’il faut protéger par des défenses passives respectant le principe de l’innocuité.  En thérapie, on prescrit l’usage de cette plante pour ses propriétés amères, diurétiques, cholagogues et artichautfébrifuges.  C’est la racine qui est diurétique.  On s’en sert dans les cas de rhumatisme, d’arthrite, de goutte, d’ictère, de lithiase urinaire, de diarrhée chronique, d’affections du foie, d’insuffisance hépatique, d’artériosclérose.  Tonique, rajeunissant cellulaire, elle stimule la sécrétion biliaire (par la cinarine qu’elle contient) et régularise le taux d’acide urique.  Elle dissout le cholestérol.  On en tire un extrait alcoolisé diurétique et cholérétique.

Plante de Vénus et du Taureau, l’artichaut annonce souvent un moment plein de tendresse, mais bien passager.  Parfois, elle invite à trouver un dérivatif constructif à ses frustrations, émanant surtout de sa jalousie ou de son agressivité.  Dans le registre populaire, le cœur d’artichaut désigne un être volage, plutôt inconstant et infidèle en amour.

ASPERGE COMMUNE (Asparagus officinalis) : Plante potagère très connue et appréciée, de la famille des asparaginées, dont on consomme les jeunes pointes ou turions.  C’est une plante monocotylédone herbacée, vivace, à tige souterraine ou griffe, d’où naissent chaque année des bourgeons qui s’allongent en tiges charnues aux extrémités.  Elle symbolise le aspergedéploiement dans l’ordre ou l’évolution harmonieuse.  Dans la population, on la considère comme un gage de prospérité.  On la plante souvent dans les plates-bandes à cause de son port léger et aérien, très décoratif.  Voilà une herbe jupitérienne qu’on désigne comme la plante du commencement des Temps.  Son apparition dans son environnement annonce toujours support, réussite, succès, santé.  Elle symbolise diversement la fierté, l’indépendance, la purification, l’aspiration, la douceur, la grâce, la majesté, l’intégrité.  Dans le registre populaire, on dit que cette plante annonce une courte expérience érotique ou un bref moment d’amour sensuel.  Le mot lui-même sert souvent à désigner une personne grande et maigre.

En thérapie, on identifie la racine séchée comme apéritive et diurétique.  On infuse les turions pour soulager le cœur ou traiter l’engorgement du foie.  On devra éviter d’administrer cette plante aux sujets atteints de rhumatisme, d’artériosclérose, d’affections rénales ou vésicales ou d’albuminurie.

AUBERGINE (Solanum melongena) : Plante potagère d’origine asiatique, de la famille des solanées, donnant un fruit oblong et violacé très savoureux et riche en huile naturellauberginee.  Elle symbolise la fécondité spirituelle de l’être qui sait  s’intérioriser et se nourrir de ses énergies intimes et lumineuses.  Dans son sens inversé, elle annonce une période de solitude, d’amertume ou de désillusions qui devra durer tant qu’on n’en aura pas compris les causes.  Dans son sens purement populaire, elle désigne une personne insipide décevante au point qu’on s’en lasse rapidement.  En thérapie, on accorde au suc de cette plante une vertu diurétique.  On conseille également d’en faire des cataplasmes émollients dans les cas de brûlures, de dartres et d’acné.  On appelle parfois ce légume mélongène.

AVOCAT : Fruit d’un arbre de la famille des lauracées, originaire d’Amérique (Mexique), cultivé pour son fruit succulent, l’avocat.  L’arbre géniteurl symbolise un avenir plein de promesses et la hausse de son prestige (appréciation) dans son milieu.  Le fruit lui-même évoque l’amour et la beauté qui peuvent dégénérer en lascivité.

bette

BETTE (Beta communis) : Plante voisine de la betterave, membre de la famille des chénopodées (chénopodiacées), dont on fait cuire les feuilles et les côtes (pétioles aplatis) pour les consommer comme légumes.  On l’appelle parfois poirée ou blette.  En thérapie, on lui attribue des propriétés diurétiques, émollientes et rafraîchissantes.  On la retient dans les cas d’inflammation de la vessie, de constipation, d’hémorroïdes et de maladies cutanées.

BETTERAVE (Beta rapa vulgaris) : Plante cultivée à racine charnue de la famille des chénopodiacées, dont une variété à grosse racine globuleuse rouge ou jaune est cultivée pour l’alimentation du bétail (betterave fourragère) et une autre pour la production sucrière (betterave à sucre). On l’appelle parfois la betterave rouge.  Elle ne pousse bien que dans les terrains argilo-silicebetteraveux, donnant trop de feuilles dans un terreau riche et trop peu de racines dans un terrain humide.  Plante associée à Saturne et au Capricorne, elle symbolise l’amour et elle exprime les aspirations satisfaites, la sécurité matérielle, le bonheur affectif et la durabilité des liens.  Elle donne une boisson calmante qu’on prescrit dans les cas de maladies inflammatoires, de fièvre et de toux.  Cette boisson, prise après un repas, enraie les aigreurs, active la digestion et supprime les éructations.  On la recommande encore pour faire passer la bile ou pour se remettre d’une émotion forte.  Au niveau symbolique, elle éclaire la nécessité de recourir à un fortifiant, à un produit ou à une technique qui augmentera son tonubetteraves énergétique, car sa vitalité a dû chuter sans qu’on s’en rende trop compte.

La betterave fourragère représente une variété de betterave qu’on cultive surtout pour l’alimentation des animaux.  Elle diffère de la betterave ordinaire par la forme allongée de son tubercule souterrain, mais elle garde à peu près le même symbolisme que celle-ci.  Elle symbolise premièrement la nourriture de la Terre.  Mais elle illustre aussi tous les aspects maternels généreux et réconfortants.

BROCOLI : Variété de chou-fleur vert originaire du sud de l’Italie.  Il détient les mêmes propriétés et le même symbolisme que le Chou.  Ce légume contient du glutathion qui brocoliréduit l’arthrite, le diabète, les maladies coronariennes, le cholestérol,  faisant baisser la pression sanguine et aidant à maintenir le poids.  Riche en vitamine C, une seule portion comble 97% des besoins quotidiens de l’organisme.  Ainsi, antioxydant, il garde l’élasticité des vaisseaux, maintient la viscosité sanguine.  Source de vitamine A, plein de fibres, par sa beta-carotène et sa lutéine, il protège contre la cataracte et il bloque le cancer du sein.   Voir à ce mot.

CAROTTE (Daucus carota) : Ombellifère comestible bien connue.  Plante associée à Mercure et à la Vierge, elle révèle, comme tout fruit ou légume allongé, un symbole sexuel masculin.  Mais spirituellement, associée à l’abondance, elle parle  avant tout de fécondité dans ses démarches.  On témoigne qu’on a du cœur au ventre et qu’on poursuit ses entreprises de façon équilibrée.  On peut s’attendre diversement à la prospérité découlant de ses actions concrètes, à des joies familiales méritées, à de la bonne entente avec ses collègues ou en société, à de la comcarottepréhension mutuelle entre amis, peut-être à de nouvelles responsabilités.  On percevra sous peu une multiplicité de voies menant au but qu’on vise.  À cause de son rendement, on pourra être lancé dans le monde.  Quoi qu’il en soit, on recevra des signes facilitant ses démarches dans une réalisation présente qui tient à cœur, pour autant on maintiendra un parcours évolutif.  Dans son sens inversé, elle peut évoquer un leurre ou un piège.

En thérapie, on conseille de prendre de la décoction de feuilles de carottes en cas de jaunisse ou d’affections des voies urinaires, comme pour augmenter le lait des nourrices.  On recommande le suc frais de ces feuilles comme expectorant dans les cas d’asthme et d’affections de la poitrine.  On peut également appliquer des cataplasmes de carottes râpées sur les tumeurs cancéreuses ouvertes.  Contenant de l’iode, la carotte peut aider dans les cas de goitre.

La carotte sauvage (daucus pusillus) désigne une plante herbacée à tige striée qui pousse dans les champs et les lieux incultes, et qui présente des rameaux allongés, à feuilles molles, à floraison blanche ou rougeâtre en ombelles composées dont les rayons nombreux sont inégaux, arqués, convergent souvent en nid d’oiseau, à maturité.  Cette plante eurasienne à racine âcre et désagréable, à l’origine de la carotte comestible, donne des fruits à longs aiguillons.  Elle symbolise la vision éclairée, la prise de bonnes décisions, la bonne liaison avec la Conscience supérieure.  Elle libère de la confusion, redonne la clarté, favorise la spiritualité, très utile en cas de schizophrénie.  Elle pondère l’intellectualisme.  Elle active la glande pinéale accentuant la vision subtile et la télépathie.  Elle élève les pensées, les rendant plus nobles.  Elle témoigne d’un amour inébranlable ou d’une féminité délicate, parfois encline à la fantaisie.  Il se peut que, pris de désarroi, on cherche un refuge.  En thérapie, on la considère comme un tonique de l’atlas et de toute la colonne vertébrale.  Elle constitue un gage de protection, d’expansion et de prospérité.

CÉLERI (Apium dulce) : Ombellifère potagère dont on consomme les côtes des pétioles, dans le cas du céleri commun, ou la racine, dans le cas du céleri-rave.  Associé à Jupiter et au Sagittaire, ce légume symbolise l’éternelle jeunesse, joyeuse et triomphante.  Certains assurent qu’il annonce une aventure frivole qui peut mettre le foyer en péril.  Il peut révéler un besoin d’être nettoyé au niveau physique ou émotionnel.  Il développe les pouvoirs mentaux ou psychiques.  Il peut induire dans la lascivité.  Ses graines donnent le thé du Sagittaire, le lanceur de celeri celeri-raveflèches.  En thérapie, on range cette plante dans la catégorie des stimulantes, des diurétiques, des aphrodisiaques et des hypoglycémiantes.  On la choisit dans les cas d’affections cardiaques, hépatiques, néphrétiques, diabétiques.  On s’en sert dans les cas de fièvres intermittentes, de rhumatismes, d’embonpoint, de rétention d’eau.  Elle aide à éliminer les déchets et les toxines de l’organisme.

On associe le céleri-rave à Mercure et à la Vierge, la reliant du même coup à la communication sous toutes ses formes.

CHICORÉE (Cichorium intybus) : Composée aux feuilles allongées et découpées, aux fleurs bleues et blanches, solitaires ou deux à deux, et à racine grosse et longue de couleur blanc jaunâtre.  Plante de Neptune et des Poissons, elle symbolise la  transmutation de la totalité du monde créé.  Elle évoque la noblesse, le souvenir, l’introspection, la purification, la fierté, l’enthousiasme, l’inspiration, la clarification, l’invisibilité.  Elle écarte les obstacles, elle permet d’accéder à un flot d’énergie vitale sans développer de nervosité et elle libère des tensions et de la tendance à la déprime.  Elle aide à trouver l’équilibre dans la dépense de soi quand on est appelé à œuvrer auprès des autres.  Elle ramène la joie au cœur lorsqu’on s’adonne à un chicoréetravail routinier, mécanique, monotone ou qui requiert beaucoup d’attention et de minutie.  Très appropriée aux travailleurs manuels, elle procure une détente mentale qui permet de mieux apprécier le moment présent.  Elle amène à mieux accepter la solitude résultant d’un choix volontaire et à mieux profiter de cet état pour se connaître soi-même.  Elle favorise la délivrance en douceur des vieilles inquiétudes et des peurs acquises après les avoir fait remonter à la surface de la conscience.  Gage de vérité et de simplicité, elle rend tout plus facile.  Dans son sens inversé, donc négatif, elle suggère l’amertume, la frugalité, la frigidité ou le désir d’obtenir des faveurs.

En thérapie, on considère la chicorée comme apéritive, diurétique, fébrifuge, tonique, dépurative et laxative.  Sa racine sèche fortifie l’intestin, relève l’appétit, enraie la constipation.  On recourt aux feuilles dans les cas de fièvre, de paresse du foie, de coliques hépatiques, de douleurs intestinales, d’engorgement des viscères et de démangeaisons.  On en tire un sirop qui aide à dégager les poumons.  La racine séchée servait souvent de substitut au café pendant les deux dernières Guerres mondiales.  Au Canada, on doit éviter de confondre cette plante avec la centaurée (voir à ce mot).

CHOU (Brassica oleracea) : Plante potagère pommée, donc à gros bourgeon terminal, de la famille des crucifères.  Dans l’opinion populaire, ce légume semble n’apporter aucun profit, si on étudie certaines expressions communément employées  (bête comme un chou, faire chou blanc, être dans les choux, feuille de chou).  Il symbolise donc dans la langue des gens une simplicité un peu frustre ou de vaines espérances en amour.  En mystique, il symbolise au contraire la créativité silencieuse, les attentes pleines d’espoir, les projets gardés secrets, par chouamour de la vie.  Il incline à la candeur et à la franchise dans ses relations, ses entretiens et ses échanges.  Il invite au respect de soi et des autres.  Il figure les attentions délicates que l’on reçoit ou qu’on manifeste à ceux qu’on aime dans la plus grande pureté d’intention.  Il peut encore décrire une  action menée dans la douceur et la fermeté pour maintenir son équilibre.  Il favorise les contacts affectifs et les appuis inespérés, surtout l’influence bénéfique d’une personne plus âgée.  Il représente toutes les forces constructives qui contribuent à élever ses idéaux.  Dans les textes traditionnels, on associe diversement le chou à Mars, à Vénus, à la Lune et au Cancer.  Dans son sens inversé, il invite à ne pas perdre son temps dans des activités insignifiantes ou dans une quête qui n’en vaut pas la peine.  Il trahit une vie menée dans l’effort, car on peine dans la vie.

En thérapie, on fait l’éloge de ce légume riche en soufre et en vitamines A et C.  On croit que sa consommation régulière peut réduire les risques de cancer des voies digestives.  Son eau de cuisson peut servir dans les cas de toux et d’enrouement.  En général, cet aliment énergétique renforce la résistance à la maladie, supportant notamment la respiration cellulaire.  On la recommande dans les cas de troubles gastriques et intestinaux, d’anémie, de faiblesse générale, de dépression, de troubles du métabolisme des glucides (diabète), de difficultés respiratoires, d’affections du système nerveux, d’ulcères difficiles à cicatriser.  On le considère surtout comme désinfectant et antibiotique.  On s’en sert en cataplasme dans les cas de plaies infectées ou purulentes.  On peut placer une feuille de chou sous une compresse d’huile de ricin, placée au niveau de l’épigastre, recouvrant le tout d’une bouillotte chaude, en cas de dérèglement du système lymphatique.  Dans le cas du chou, on ne parle pas d’un aliment énergétique sans motif.  En plus de contenir des vitamines  A et C, il contient des vitamines K et U, de la pyridoxine, de la biotine, de la choline, de l’inositol, de la thiamine, de la riboflavine, de l’acide  folique, de la vitamine PP, de la provitamine A, des protides, des glucides, du phosphore, du calcium, du fer, du magnésium, du potassium, du cuivre et de la soude.  Peut-on alors parler d’une plante négligeable, sans profit?  On peut réduire la fièvre en plaçant une feuille de chou fraîche sur le front.

Le chou-fleur  est une variété de chou dont les inflorescences hypertrophiées forment une  masse blanche charnue et comestible.  Il répare les trous dans le corps éthérique et favorise l’expansion du corps causal.  Il apparaît comme une nourriture spirituelle qui peut purifier et rapprocher de la perfection  Il éveille des pensées élevées.  Il permet de saisir la pertinence des messages qu’on reçoit echou-fleurt l’utilité des liens que l’on tisse.  Il libère de la propension à juger.  Il agrandit la conscience jusqu’au niveau cellulaire pour permettre d’en dégager les vieilles mémoires qui empêchent de percevoir les beautés de la vie et de croire à l’amélioration de son destin.  Il fournit une énergie qui sert de matrice embryonnaire au moi, assurant une plus grande confiance en soi, une meilleure affirmation personnelle, une occupation plus facile de sa place dans le monde.  Cette énergie permet de se sentir plus fort, plus stable, plus ferme, plus sûr de soi, plus en sécurité.  Il dissout les peurs qui ont pu surgir d’une relation mal vécue ou mal comprise entre la mère et l’enfant, et cela à tous les âges.  On associe parfois ce légume à la configuration du cerveau.  Dans son sens négatif, il dénote de la tristesse, un besoin d’être déridé.  On peut croire que les temps difficiles achèvent.

Le chou-rave est une variété de chou dont on consomme la racine renflée et charnue.  Plante de Mercure et de la Vierge, il éclaircit et fluidifie les communications.

Le chou rouge, édulcoré avec du sucre, donne un sirop adoucissant et pectoral.

CITROUILLE (Cucurbita pepo) : Plante annuelle à tige herbacée piquante, rampante et souple de la famille des cucurbitacées.  Elle produit des feuilles larges et très dentées et des fleurs jauncitrouillees.  Plante consacrée à Neptune et aux  Poissons, elle symbolise une transformation radicale et extraordinaire des circonstances de sa vie résultant d’une profonde mutation de sa réalité intérieure et qui se répercutera puissamment sur son évolution.  Elle parle d’ouverture qui rend réceptif aux nouvelles idées ou aux nouvelles expériences.  Elle peut prévenir d’une ascension sociale fulgurante ou d’une nouvelle orientation engendrant par ricochet une force ascendante dans son parcours de vie.  On peut s’attendre à des éléments inattendus, comme à des amitiés nouvelles ou à des relations qui transformeront complètement sa manière de vivre ou de voir.  Celles-ci permettront d’exprimer pleinement ses potentialités qui seront sincèrement appréciées.  Elle peut encore annoncer une grande protection ou des gains.  On la relie parfois à la sexualité féminine.

En thérapie, on suggère de consommer ses graines, riches en vitamines A et du groupe B, en lipides, en glucides, en protéines, en calcium, en fer, en phosphore, en potassium et en zinc.  Par exemple, elles peuvent enrichir  les salades et les boissons préparées au mélangeur électrique.  Ces semences sont du reste vermifuges et ténifuges.  Elles donnent une huile comestible qui peut encore servir pour l’éclairage.

CONCOMBRE (Cucumis sativum) : Plante potagère herbacée et rampante, de la famille des cucurbitacées, cultivée pour ses fruits allongés, consommés comme légume ou en salade.  Dédié à Neptune et aux Poissons, le concombre symbolise la réceptivité favorisant l’éclosion des facultés supérieures.  On le relie à la fertilité, à la chasteté et à la guérison.  C’est le Mage concombrequi connaît tous les principes de la Loi divine, capable d’accomplir d’apparents miracles, d’étonner ou de prendre une expansion considérable.  Il apprend la manière adéquate de faire ses demandes au Ciel.  Il place sur la Voie de l’Initiation.  Il invite à divulguer ses connaissances, mais uniquement à ceux qui peuvent les comprendre et bien s’en servir.  Il développe la sociabilité.  Il favorise la fusion finale en stimulant l’adhésion à l’unité supérieure.  Il met en résonance avec l’âme de son groupe.  Il incline vers l’universalisation des mentalités.  Il stimule l’imagination et les aspects irrationnels de l’être.  Il exprime l’archétype de l’intégration.  Il est relié à l’élémental eau.

Comme on se sert surtout de cette plante pour la consommation, on a moins pris le temps d’en étudier les propriétés, le connaissant toutefois comme adoucissant et calmant.  On s’en sert parfois pour hydrater et nettoyer la peau du visage.  On le consomme pour réduire les inflammations du tube digestif et de la vessie.  En émulsion, ses semences peuvent servir contre les hémorroïdes, les dartres et les abcès.

 

COURGE : Plante potagère de la famille des cucurbitacées cultivée pour ses fruits généralement comestibles, parfois simplement décoratifs, les courges et les courgettes.  On doit en effet savoir que la courgette n’est rien d’autre que la courge cueillie au début de son développement.  Cette plante symbolise le Manuel des sciences secrètes.  Elle évoque l’abondance, la fécondité et l’courgeintelligence.  On la considère comme une source de régénération et comme une nourriture d’immortalité.  Ne pousse-t-elle pas dans le Jardin des Immortels, permettant également de s’y rendre?  Associée à l’équinoxe du printemps, elle rappelle la Source intarissable du renouveau cyclique.  Elle stimule autant la régénération physique que la transmutation spirituelle.  Elle illustre la caverne du cœur, la grotte d’instruction, où sont révélés les secrets de la vie, parlant de l’unité de l’Univers.  Par son fruit, elle dépeint la forme subtile de la Terre, la matrice des hommes.  Et c’est là que les Immortels la recueillent.  Celui-ci aide à équilibrer ses polarités.  Il stabilise et rapproche de ses racines.  Il accroît la sensibilité des êtres trop graves, trop sérieux et trop rigides, assouplissant le caractère.  Il incline au don de soi sans aller jusqu’à se perdre dans les autres.  Il amène à s’extérioriser, à prendre sa place, à devenir plus léger et plus ludique.  Il libère des frustrations et de l’agressivité.

En thérapie, on préconise son usage pour équilibrer le système hormonal, augmenter la vitalité, supporter les organes de reproduction, améliorer la fertilité et éliminer les toxines organiques.

 

ÉCHALOTE : Plante potagère voisine de l’oignon, donc de la famille des liliacées.  Plante de Mars et du Bélier, elle symbolise les saveurs de la connaissance quand on atteint le sommet échalotede l’ascension spirituelle.  Au niveau pratique, elle invite à se faire prévoyant et à développer son sens de l’organisation pour tirer le meilleur profit de ses activités et de ses entreprises.  Elle invite à la purification.  Dans son sens inversé, elle peut éclairer une attitude qui agace et provoque son entourage ou qui engendre des conflits secrets.

 

ENDIVE : Il s’agit du bourgeon hypertrophié et compact de la chicorée de Bruxelles, obtenu par forçage à l’obscurité, consommé en salade ou comme légume.  On l’associe à l’amour qui endivepeut prendre des formes lascives.  Dans l’imagerie populaire, il symbolise la frugalité, la solitude morose ou l’amertume dans l’oubli.

En thérapie, on considère que cette plante, riche en vitamine A, B 1 et  B 2, en potassium, en magnésium et en calcium, prévient l’anémie et la constipation.  On s’en sert parfois en cataplasme pour les affections cutanées.  En Belgique, on l’appelle witloof.

 

ÉPINARD (Spinacia oleracea) : Plante potagère (chénopodiacées) aux feuilles de forme allongées vert foncé.  Plante du Soleil et du Lion, elle symbolise, dans la pensée populaire, la force et la vigueépinardur physiques.  Mais, en spiritualité, elle figure la Matrice de la vie, débordant de force vitale, centrée sur l’amour lumineux, qui protège et permet de remporter toutes les victoires sur soi-même.  Elle est liée au phénomène des épousailles des énergies du Ciel et de la Terre qui induit la Connaissance dans l’être.  Elle aide à trouver sa place au soleil et à l’occuper dans la fierté et la dignité.

En thérapie, on range cette plante parmi les calmantes, les diurétiques, les cholagogues, les rafraîchissantes et les laxatives.  On en tire une infusion pour soulager les inflammations du tube digestif et de la vessie et pour traiter les maladies du foie.  On s’en sert en lavement dans les cas de dysenterie et de diarrhée.  Comme laxatif, on recourt surtout à l’infusion de ses semences.  Cru, il libère des oxalates dangereux, d’où son jus est à peu près inassimilable.  Sous cette forme, il contient beaucoup de vitamine A et C et du calcium.  On l’emploie parfois comme teinture végétale et pour nettoyer les lainages noirs.

 

FÈVE : Vesce légumineuse de la famille des papilionacées cultivée pour ses graines destinées à l’alimentation.  Elle symbolise la fertilité et l’immortalité de l’âme.  Elle évoque le grain qui contient le germe ou l’embryon, d’où elle représente le monde dans sa totalité ou l’essence des choses.  Elle exprime l’amour, la vigueur et la réconciliation.  Elle renvoie à ses racines qui fèvelient à toute l’Humanité.  Elle révèle la force de la Nature concentrée, cachée dans la Terre, qui assure les éternels recommencements.  Voilà le don issu du ventre du sol, sortant au printemps, promesse des bonnes récoltes.  Elle évoque le soufre emprisonné dans la matière.  Associée à la force solaire, on l’incluait autrefois dans les rituels de fécondité, à l’occasion des mariages, comme présage d’un lignage nombreux, mais surtout pour assurer la naissance d’enfants mâles.  Elle constitue l’élément essentiel de la communication avec les Mondes invisibles, à l’aube d’une période nouvelle.  N’est-ce pas l’embryon, en forme de fœtus, qu’on cache dans la galette des Rois?   Voilà l’enveloppe qui accueille l’âme, que l’on donnait comme nourriture aux morts, pour assurer leur réincarnation.  Au résumé, elle symbolise tous les bienfaits de la vie et l’asservissement aux pouvoirs de la Matière avec lesquels il faut collaborer au lieu de tenter de les domestiquer et de les asservir.  Elle évoque les prémisses de la généreuse Terre-Mère.  C’est une plante protectrice qu’on utilise dans certains rites d’exorcisme.  Elle révèle ce qui lie à la communauté.  Les initiés pythagoriciens refusaient de manger les fèves, voyant en elles toute la puissance de la vie concentrée dans sa matérialité.  Dans la culture populaire, la fève indique une chose malpropre ou sale.  En psychologie, on associe la fève au testicule.  On dit qu’en songe elle invite à discerner ce qui a germé et donné fruit de ce qui doit renaître.  Dans la mentalité populaire, elle annonce des désaccords, des ruptures, des conflits affectifs ou sentimentaux.

En Égypte ancienne, le champ de fèves désignait le lieu où les défunts attendaient la réincarnation.

 

HARICOT (Phaseolus vulgaris) : Plante herbacée annuelle de la famille des papilionacées, à fleurs groupées en grappes, à fruits comestibles en gousses.  On cultive cette légumineuse pour ses fleurs ornementales ou pour ses fruits comestibles.   En Europe francophone, on l’appelle flageolet ou petites fèves.  Au Canada français et au Québec, on l’appelle communément «binnes», dérivant de l’anglais «beans».  Même sens que la fève.  Ou, elle peut symboliser la magie amoureuse de la vie, la fécondité et la prospérité, parfois la protection et la force d’exorcisme.  On notera le lien entre la haricotforme de son fruit et celle du testicule. Elle annonce généralement une période matérielle plus aisée dans la mesure où on fait les efforts requis pour appliquer les lois du cœur.  Elle révèle le partage des trésors de la vie universelle avec un être rempli de bon vouloir et de sincérité.  Elle annonce des bons retours de la vie, des forces positives présentement en action à son avantage, des occasions favorables s’offrant sur sa voie.  On peut diversement compter sur une entrée d’argent inespérée, sur le revirement inattendu d’une situation apparemment sans issue, sur une récompense de ses bonnes actions au foyer ou dans son entourage.  Quoi qu’il en soit, la Roue de la vie tourne actuellement en sa faveur.  Dans son sens inversé, elle peut au contraire présager la pénurie, l’infidélité, la trahison, des problèmes d’ordre sexuel.

 

LAITUE (Lactuca sativa) : Plante potagère bien connue de la famille des composées ou synanthérées, associée à Neptune et aux poissons.  Associée à l’amour, elle protège et elle entretient la chasteté.  Légèrement somnifère, elle favorise la divination.  On l’associe à un moment de ravissement ou de grand plaisir.  Dans la culture populaire, la variété iceberg laitue laitue1exprime l’insensibilité et identifie un cœur froid.

En thérapie, on la range dans la catégorie des émollientes, des calmantes, des rafraîchissantes, des sédatives et des anaphrodisiaques.  Grâce à sa grande quantité de cellulose, elle supporte la digestion.  Ses autres propriétés lui viennent de son lactucarium (suc laiteux contenant de la thridace).  On s’en sert dans les cas de toux, de nervosité, d’insomnie, de cauchemars.

La laitue serriole (lactuca serriola) désigne une grande plante d’un vert bleu, comme aplatie, contenant du latex ou lactucarium, de la famille des composées ou astéracées.  On l’appelle communément escarole, scariole, chardon de Russie, laitue épineuse ou plante boussole.  On la reconnaît à ses feuilles orientées à la verticale, une marge vers le haut, l’autre vers le bas, au contour découpé et bordé d’épines.  La nervure principale du dessous de la feuille est blanche et porte une ligne d’épines.  Elle porte de nombreux petits capitules d’une vingtaine de fleurs en forme de langue jaune pâle, tournant souvent au bleu en séchant.  Celles-ci s’ouvrent le matin pour se fermer tôt l’après-midi, par jour clair.  Elle symbolise l’être qui suit la direction de son Être intime.

En thérapie, on la recommande comme calmante et somnifère.

LENTILLE : Plante herbacée, légumineuse de la famille des papilionacées, une petite plante touffue à tiges très fines et anguleuses de 25 à 75 cm de hauteur, donnant des gousses oulentilles cosses courtes, mais large, plates et oblongues contenant une à deux graines, prenant la forme d’un petit disque renflé en son centre.  Probablement originaire d’Asie mineure, où on en a trouvé des fossiles vieux de plus de huit mille ans, elle représente l’un des premiers aliments cultivés par l’homme.  On peut conserver ce fruit sec pour le consommer en légume car il constitue la légumineuse la plus riche en protéine et en vitamine B2, présentant une grande diversité de minéraux, notamment du fer, mais la plus pauvre en matières grasses.  C’est l’aliment idéal pour combattre en douceur les problèmes de transit intestinal paresseux.  Dans la culture populaire, il évoque un milieu qui se signale par la pénurie et des aspects malsains, donc émotionnellement éprouvant.

MAÏS (Zea maïs) : Graminée céréalière de grande dimension à racine fibreuse, à tige unique, à longues feuilles lancéolées, dont les fruits se présentent en gros épi de grains en rangs serrés. mais En Europe, on l’appelle diversement blé d’Espagne ou blé de Turquie.  Au Canada, curieusement, on l’appelle communément blé d’Inde.  Cette graminée riche en amidon exige, pour sa culture, de la chaleur et de l’humidité.  Par là, elle symbolise l’action combinée du feu et de l’eau.  Elle sert d’aliment de base dans de nombreux pays, notamment en Amérique centrale et en Amérique du Sud.  Plante vénérée des Mayas, des Aztèques et des Incas, elle symbolisait pour eux la semence de la vie et la prospérité.  Son épi, de forme phallique, évoque le linga mystique, image du Principe mâle.  Il illustre la fructification des forces de la Terre pour satisfaire les besoins des hommes.  Il évoque le processus entier de l’évolution, soit de l’élan vertical.  Il suggère que, plus un être s’épanouit spirituellement, plus il développe son pouvoir de guérison et ses potentialités amoureuses.  Il évoque la protection, il favorise la divination et il attire la richesse et les bonnes occasions.

Des chercheurs ont constaté que le maïs aide à mieux accepter la promiscuité des villes, des foules, des collectivités, des groupes.  Il contribue à la détente de l’organisme et du mental, rendant plus patient et plus apte à ressentir son lien avec la Terre-Mère.  Il confère le sens pratique aux personnes trop rêveuses ou inaptes à se concentrer.  Il se révèle très utile au moment d’élaborer un projet à long terme.  Il favorise le détachement émotionnel, amenant à accepter les choses comme elles sont.  Il équilibre le corps astral.  Il est associé à la Balance et au Soleil.

En thérapie, on utilise surtout les stigmates (aussi appelés cheveux, barbes ou filaments) pour leurs vertus diurétiques.  Mais le maïs renforce également l’immunité générale, notamment dans les cas de cancer et de leucémie.  On le recommande dans toutes les maladies des reins et de la vessie.  On s’en sert également pour renforcer la glande prostatique en cas de miction douloureuse.

L’épi de maïs désigne le Fils issu de la hiérogamie du Ciel et de la Terre, synthèse ou résolution de la dualité fondamentale des plans de conscience inférieurs.

NAVET (Brassica napus) : Plante basse à feuilles arrondies, parsemées de poils raides, à racine charnue, une crucifère alimentaire cultivée pour sa racine comestible.  Bien que, culturellement, le navet serve d’insigne médiocrité, il symbolise d’abord, au sens concret, la stabilité des sentiments à travers le quotidien banal ou routinier et la charité (la compassion) navetdu navetcœur simple.  Il annonce la prospérité ou une perspective brillante.  Au sens mystique, associé à la protection, il symbolise la nourriture simple d’immortalité, qui rend donc impérissable.  On parvient à l’état d’immortalité en transmutant les éléments ordinaires de l’instant présent.  On dédie cette plante à la Lune et au Cancer, d’où elle appelle à trouver en soi-même, au-delà des apparences, les clés de son bonheur et de sa réalisation.  Au lieu de les chercher dans les mirages, les yeux tournés vers la terre, on les trouvera dans tous les éléments valables de son être, si on tourne les yeux vers le Ciel.  Dans la culture populaire, on offre ses fleurs pour mettre un terme à une relation.

En thérapie, on recommande l’infusion de la racine du navet comme pectoral et incisif.

OIGNON (Allium cepa) : Plante potagère à bulbe à couches superposées plus ou moins aplati, fortement piquant au goût, à feuilles creuses et pointues, mais à racines fines et blanchâtres à la base, de la famille des liliacées.  Elle symbolise la  structure de l’ego que l’expérience spirituelle, en cours d’évolution, épluche couche par couche jusqu’à la vacuité de la fusion en Dieu.  Elle exprime la force vitale.  Elle symbolise également les sept cieux qui s’enroulent autour de la Lumière divine, dont ils transmettent, hiérarchiquement, l’intensité.  oignon oignonsEn Magie, on s’en servait autrefois dans les rituels d’exorcisme.  Au niveau de l’homme, ces sept cieux identifient les robes, de la densité à l’énergie la plus subtile, dont l’homme habille son Centre divin, la dernière robe constituant sa robe de noces évoquée dans la Bible (Cantique des Cantiques).  Ces robes symbolisent la protection et elles identifient les multiples couches de l’apparence qui recouvrent le Centre divin, du plus dense au plus subtil.  Elles invitent à traverser tous les aspects d’une situation ou d’une réalité pour les connaître en profondeur.  On dédie cette plante à Mars et au Bélier pour rappeler la voie évolutive qu’il faut suivre avec ardeur et détermination.  L’oignon aide à s’ouvrir pour partager avec ceux qui en sont dignes ses secrets intimes douloureux ou pour fournir de judicieux conseils.  Il élimine les tensions du mental rigide ou timoré.  Il dissout les nœuds permettant aux émotions réprimées de se ventiler.  Il purifie le plexus solaire, clarifie l’aura, permettant de laisser aller les illusions et les expériences décevantes.  Il accorde les corps subtils engendrant une vision plus sereine et constructive de la vie.  Sur tous les plans, il élimine les toxines ou leur équivalent,  améliorant l’efficacité des autres traitements énergétiques.  Il permet d’ouvrir un canal clair entre le monde matériel et le monde spirituel.  Dans la culture populaire, il évoque la prospérité, la guérison, la lascivité et on assure qu’il provoque les rêves prémonitoires.  Il annonce qu’on vaincra toutes les oppositions.  Dans son sens inversé, l’oignon peut annoncer des petites contrariétés, sans conséquences, ou des attaques fondées sur  la jalousie, le mépris, l’envie, en raison de son succès.  Il peut encore éclairer sur une santé qui périclite, sur des petits désagréments ou des petites peines faisant obstruction à ses désirs ou sur un comportement qui repousse les autres.  On présume que l’oignon rouge est dédié à Pluton et au Scorpion.

En thérapie, on range l’oignon parmi les plantes astringentes, mucilagineuses et adoucissantes.  Il facilite la digestion, fait mûrir les clous et les abcès (usage externe), guérit le cancer d’estomac.  On s’en sert encore dans les cas de gravelle, de pierres, d’asthme, d’affections des voies respiratoires et de maladies de la vessie.  Il active le foie et améliore l’état de la peau.

OLIVE et OLIVIER (Olea europaea) : Arbre des régions méditerranéennes (oléacées), à bois clair présentant de jolis motifs, à feuilles lancéolées, vert pâle à leur face supérieure, blanchâtres à leur face inférieure, produisant l’olive.  C’est l’arbre béni  consacré à Déméter et à Athéna.  En Égypte, on employait ses branches pendant la cérémonie des mystères olivesd’Éleusis.  De non jours, l’huile de son fruit alimente toujours les lampes votives, servant  en outre en cuisine et en pharmacie.  Cet arbre est diversement associé à Mars, au Soleil, à la Terre et au Lion.  On le relie aux premiers jours de l’année pour signifier le réveil, un début, une initiation, souvent l’impatience d’agir.  Mais on le relie aussi au 23 septembre, date conventionnelle du début de l’automne dans l’Antiquité.  C’est le bois qui chasse les démons.  En passant, rappelons que les Anciens préféraient l’associer à Mercure.  L’olivier symbolise le retour à la vie, la paix, la réconciliation, l’alliance, la fécondité, la récompense, la victoire, la force, la purification, l’amour, la valeur tutélaire.  Création d’Athéna, attribut de Minerve, Aristée aurait appris aux nymphes l’art de le cultiver.  Dans la Bible, il figure l’hospitalité d’Abraham et il évoque le Paradis des élus.  Cet arbre béni de la Lumière désigne souvent l’Homme universel.  Parmi les arbres, il représente ce que l’or signifie dans le règne minéral.  Il rappelle l’harmonieuse croissance spirituelle quand elle est supportée par les forces christiques.  Comme message concret, l’olivier annonce des marques d’amabilité.  Il suggère le succès dans des études, des projets ou des entreprises.  Il prévient de bons retours de la vie ou éclaire sur ses expériences passées.  Par son apparence, il exprime son degré d’amour, sa volonté de servir le bien, la force de la compréhension universelle agissant  présentement dans sa vie.  Il invite à suivre ses certitudes intérieures, à explorer ses positions de force, à rendre ses pensées constructives et évolutives.  Capable de raviver les souvenirs, il aide à ajuster sa manière d’interpréter les événements passés et présents et supporte l’atteinte des réalisations prévues.  En fait, il prime la Conscience universelle qui traverse le temps et l’espace.  Il suscite des visions extraordinaires qui permettent d’accomplir de grandes choses dans la vie.  Il révèle souvent des contacts avec des niveaux élevés de la Conscience cosmique.  Il apporte une grande force dans ses projets actuels.  L’olivier est partout considéré comme un gage d’abondance et de gloire, comme un compagnon infiniment tutélaire.  On dit que son bois évoque l’amour, ses vibrations correspondant à celles de l’or.  En Chine, on assure qu’il peut neutraliser les poisons et les venins.  Au Japon, on le considère comme l’emblème de la victoire.  On le dit propice aux intellectuels, aux artistes, aux gens d’armée et aux membres des entreprises civiles.  Dans l’Islam, on l’identifie à l’Axe du Monde, centré sur la Source de la Lumière.  Dans la Bible, après le déluge, la colombe rapporta à Noé une branche d’olivier pour lui confirmer que la terre était enfin découverte.  Dans l’Évangile, on voit Jésus méditer au Jardin des oliviers.

Le fruit de cet arbre, l’olive, rappelle l’Œuf cosmique aux parfums concentrés.  Il symbolise l’immortalité, l’amitié fidèle, la satisfaction.  Il donne l’huile de l’onction, donc de l’élection, qui éveille les potentialités de la vie en soi.  Dans le langage commun, l’olivier désigne un être sage et pacifique qui veut vivre libre.  Il veut vivre comme bon lui semble tout en laissant les autres faire de même, sans jamais interférer dans leur vie.  Il agit de façon tellement discrète qu’il semble indifférent.  Il sourit toujours, quoi qu’il arrive, sachant se maîtriser, peu enclin aux tracas, communiquant une sérénité contagieuse.  Il est promu à une ascension professionnelle remarquable, ce qui n’est cependant pas l’apanage des serviteurs et des domestiques.

En thérapie, on considère l’écorce de cet arbre comme fébrifuge.  Mais on apprécie davantage son huile médicinale décrite comme nutritive, émolliente, laxative, cholagogue, chylogénésique, dissolvante (cholestérol),  stimulantes du péristaltisme intestinal.  On s’en sert dans les cas d’hypertension, d’athérosclérose, d’obésité, de diabète, de lithiase rénale, d’angine de poitrine (usage prolongé).  Elle sert encore de diurétique et d’hypotenseur sans effet cardio-dépresseur.

OLIVIER (Rameau d’) : Il symbolise la victoire définitive et sans appel de l’Amour.  Il envoie un message de pardon, de réconciliation, d’espoir, de paix recouvrée, de salut assuré.  Il évoque la révolution d’un conflit et la disparition d’un poids de ses épaules.

OLIVIERS (Les deux) : Dans l’Apocalypse, ils désignent deux assesseurs du Roi du Monde, qui pourraient être ceux que l’on connaît sous les noms de Moïse et Élie.  Ils peuvent encore identifier les deux Piliers de la Lumière (rigueur et clémence).  Ils peuvent encore rappeler les deux courants de la dualité créatrice.

PANAIS (Pastinica sativa ou sylvestris) : Plante potagère (ombellifères) à racine conique ou ronde, aux feuilles glabres composées et à fleurs jaunes, aussi appelée «pastenade» ou «racine blanche».  Elle est l’un des premiers aliments exploités depuis le néolithique et, en Europe, du bassin méditerranéen jusqu’aux montagnes du Caucase, depuis la plus haute panaisantiquité, elle a servi de fourrage pour les animaux et de nourriture de base pour les gens des campagnes et des bourgs jusqu’à l’apparition de la pomme de terre.  Du reste, étymologiquement, son nom de pastina signifierait nourriture.  Très rustique, il résiste fort bien au froid, même qu’il peut passer l’hiver sous la neige, bien qu’il redoute la sécheresse et le contact de l’air.  Ce légume ancien, souvent délaissé, constitue un légume délicat et raffiné qui, par son arôme prononcé, peut remplacer le persil tubéreux.  Il est notamment une excellente source de fibres, d’acides aminés, de potassium, d’acide folique (vitamine B9), de vitamines B1, B2, B3, B5, B6, C et E.  Il symbolise les qualités masculines, gage de fécondité.  Il annonce une ascension ou un avancement à cause de ses talents confirmés ou notés.  En fait, il détient à peu près le même symbolisme que la carotte.  Sa sève peut avoir des effets sensibilisateurs aux rayons du soleil.

 

PIMENT (Capsicum) : Plante à tiges dressées, ramifiées, presque ligneuses, à feuilles lancéolées, à fleurs blanches solitaires, étoilées, à l’aisselle des feuilles, donnant un fruit crepimentux de formes variées, d’abord vert, puis tournant au jaune ou au rouge plus ou moins foncé, à maturité.  On l’associe soit à Uranus et au Verseau soit à Mars et au Bélier.  Au premier chef, le piment exprime l’amour, dans ses divers états, selon sa force.  Par exemple, le piment chili évoque l’amour intense, mais fidèle, et on lui attribue la faculté d’écarter la guigne ou les revers.  Dans la pensée des gens, il signifie des émotions fortes.  Il symbolise les potentialités innombrables qui se préparent dans le sein de la Matrice cosmique.  Il explique le principe de la causalité.  On l’appelle diversement piment rouge, piment des jardins, capsique ou poivre de Cayenne, et on pourra aller voir à Cayenne et à Capsicum.

En thérapie, on l’accepte comme aphrodisiaque, excitant, stimulant et anti-dysentérique.  On le consomme pour stimuler les viscères, guérir les ulcères d’estomac et réduire les hémorroïdes.  On s’en sert également dans les cas de dyspepsie, de paralysie et de goutte.  Il donne une lotion stimulante pour prévenir la chute des cheveux (alopécie).  Cette solanée stabilise la circulation, corrige la débilité du système digestif, supprime le froid dans le dos et réduit les effets d’un refroidissement.

 

POIREAU (Allium porrum) : Plante potagère (liliacées) aux longues feuilles vertes engainantes, étalées en éventail vers le bas, formant à leur base un cylindre blanc, qui en constitue la partpoireauxie la plus appréciée, à racines simples et blanches.  On la dédie à Mars et au Bélier.  Elle offre à peu près le même symbolisme que l’oignon, soit l’amour, la protection, la victoire.  En Magie, on s’en est servi dans les rituels d’exorcisme.

En thérapie, on la dit rafraîchissante, digestive, adoucissante et diurétique.  On s’en sert dans les cas de gravelle, de pierres, de lithiase, de rétention d’urine, d’hydropisie.

poiréePOIRÉE (Beta vulgaris) : Plante cardée voisine de la betterave, à racine peu charnue et ramifiée, communément appelée bette à cardes.  On consomme les feuilles, les côtes et les pétioles.  Pour connaître son symbolisme, se référer au mot Bette.

 

POIS : Plante herbacée à tiges grêles et creuses (papilionacées), à feuilles composées terminées par une vrille, à fleurs blanches ou violettes naissant à l’aisselle des feuilles, donnant des fruits enpois gousse avec ou sans parchemin.  Il symbolise l’abondance et la générosité de la Terre amoureuse.  Il atteste de la validité de sa confiance dans ses relations actuelles.  Dans la culture populaire, il évoque les petits ennuis, les problèmes mineurs, mais récurrents.

Le pois chiche (Cicer arientinum) est une plante voisine des pois, mais s’en distinguant par ses gousses courtes donnant seulement  deux grains et les poils glandpois-chicheuleux qui recouvrent toute la plante.  Elle se plaît dans les sols profonds, secs, calcaires, siliceux, graveleux.  Paradoxalement, elle symbolise autant la prospérité qu’elle annonce l’austérité.  Elle évoque l’amour, la prévoyance, la prévention, l’adaptation, la constance, la persévérance, le plaisir durable, la satisfaction de sa vie telle qu’elle se présente.  Elle invite à résoudre le problème de la dualité.  Elle suggère parfois une vie heureuse en couple et le bien-être au foyer.  Et surtout, il n’a de chiche.  On l’appelle communément gesse, jarosse ou pois cassé.  Dans la culture populaire, on l’offre pour faire signe à quelqu’un, pour lui donner rendez-vous, pour lui imposer une assignation.

 

POIVRON : Piment doux à gros fruits verts, jaunes, rouges ou violet foncé, utilisés en cuisine comme légume.  Il symbolise la vitalité, l’ardeur amoureuse, l’esprit ingénieux et ludique, les bonnes occasions, la guérison.  Il exprime l’amour et la compassion.  Mais pour la majorité des gens, il garde un sens d’individualisme, d’autoritarisme, poivrons-piment douxd’agressivité, de prospérité.

POMME DE TERRE (Solanum  tuberosum) : Plante originaire de l’Amérique du Sud, de la famille des solanées, cultivée pour ses tubercules riches en amidon, aliment de base des pays occidentaux, du moins en Europe et en Amérique.  Plante associée à Mercure et à la Vierge et à Saturne et au Capricorne, elle symbolise la générosité de la Terre nourricière qui peut Pomme-de-terreassurer la sécurité et l’aisance de ses créatures en les mettant à l’abri du besoin.  En psychologie, on relie son tubercule au scrotum de l’homme pour évoquer la virilité et la fécondité.  Symboliquement, elle peut suggérer que l’un des partenaires d’un couple fait preuve d’une libido plus élevée que l’autre.  Populairement, elle souligne un lien affectif fondé sur l’intérêt, mais plutôt prosaïque.  Elle souligne le compromis qu’il faut faire, dans une relation, pour la rendre plus satisfaisante ou plus harmonieuse.  Elle aide à mieux s’enraciner dans la Terre, à devenir plus pratique, plus simple et plus modeste.  Dans la culture populaire, elle évoque la vie frugale, les soucis financiers, la paresse et la stupidité.  Pourtant, par la magie de l’image, elle confère la guérison.  Au Canada, par déformation du mot anglais potato, emprunté à l’espagnol, on l’appelle familièrement patate ou pétaque.

En thérapie, on recommande la consommation de son tubercule aux diabétiques en remplaçant du pain, qui contient plus de glucose.  On peut se servir de sa fécule ou de sa pulpe en cataplasme pour traiter certaines dermatoses (ecchymoses, contusions, blessures).  La pomme de terre contient environ cinq grammes de potassium par kilogramme, combinés à des acides aminés qui se changent en carbonate de potassium dans l’organisme.  En Chine, on la considère comme apéritive, digestive, antispasmodique et cicatrisante de l’estomac.

 

RADIS (Raphanus sativus) : Plante à racine comestible (crucifères), à feuilles vertes, velues, implantées sur la racine, à tige florale très ramifiée donnant des fleurs blanches, à racine ronde ou allongée, charnue, de couleur blanche, rose, jaune, écarlate ou noirâtre, selon les variétés.  Cette plante un peu piquante symbolise la protection, l’ardeur, la vivacité d’esradisprit, le sens de l’humour, la joie de vivre, le désir de conquête, la vitesse de décision, une forte volonté.  On la relie aux désirs du cœur réalisés et à la lascivité et elle peut évoquer les légères blessures d’amour propre.

 

ROQUETTE ou ROUQUETTE (Eruca sativa) : Plante basse (crucifères) à tige velue, dressée, lisse et rameuse, à feuilles radicales un peu épaisses et oblongues, à fleurs assez granroquettedes, blanches ou jaunes, veinées de violet.  On consomme les jeunes feuilles piquantes en salade.  Elle symbolise tous les aspects martiaux de vitalité, de dynamisme, d’ardeur, de fougue, de volonté, de détermination, d’affirmation à exercer cependant dans le respect de l’ordre pour éviter des répercussions sévères de la Justice immanente et distributive.  Dans la culture populaire, on l’offre pour signifier qu’on risque de se frotter à un rival, qu’on a de la concurrence.  On l’appelle aussi julienne.

 

SALSIFIS (Tragopogon porrifolius) : Plante à longue racine charnue comestible, de couleur blanc jaunâtre (composées), à feuilles très longues, droites, d’un vert glauque, donnant des fleurs bleues ou roses.  Sa racine n’est comestible que la première année de sa culture.  On l’appelle communément scorsonère.  Cette plante dont l’héliotropisme de la fleur est remarquable symbolise la concentration des énergies vitales dans une direction précise pour obtenir des résultats fructueux et satisfaisants.  Elle aide à s’enraciner dans la terre sans salsifisperdre son désir d’évoluer spirituellement.  Plante d’énergie virile, elle aide les sujets débordants de vitalité et de dynamisme, emportés par la hâte des résultats, à s’investir dans la patience et la constance afin de bien mener leurs entreprises à terme sans avoir à reprendre certaines étapes.  Elle explique que le chemin le plus court vers la réussite consiste dans la lenteur qui permet d’approfondir chaque étape du processus d’une manifestation.  Elle suggère qu’il n’existe aucun raccourci évolutif autre que l’amour de ce qu’on fait qui amène à prendre le temps de bien le faire.  Elle incline vers le sens du détail, développant la minutie et la précision.  Elle stabilise les sujets trop versatiles, bouillants d’émotions ou prompts à la colère.

 En thérapie, on recourt à la tisane de racine, diurétique et dépurative, dans les cas de goutte, de rhumatisme, d’affections cutanées et de faiblesse de la rate.

 

TOMATE (Lycopersicum) : Plante ramifiée (solanées) à grosses tiges verdâtres, sarmenteuses, à feuilles ailées dont les folioles sont dentées et ovales, à fleurs jaunâtres, donnant une grosse baie plus ou moins arrondie, la tomate.  On dit en mystique qu’elle contient une parcelle vivante génératrice, d’où elle symbolise la fécondité.  On l’associe à l’amour, à la bonne tmatesanté, à l’harmonie conjugale et au bonheur domestique.  Dans un songe, son jus est directement associé au sang.  On appelle souvent la tomate pomme d’amour.

En thérapie, on l’accepte comme un condiment diurétique.  On la recommande contre le cancer de la prostate, des poumons, de l’estomac, de la poitrine, du côlon, du cerveau et contre les autres formes de cancer.  En effet, elle contient de la lycopène, un pigment qui lui donne sa couleur rouge, d’effet antioxydant.  On se sert de ses feuilles en cataplasme émollient.

topinambour

TOPINAMBOUR (Helianthus tuberosus) : Plante vivace à tiges dressées, vigoureuses, très élevées, souvent ramifiées à la base, donnant des fleurs jaunes assez semblables à celles de l’hélianthe (composées).  Du reste, on lui attribue à peu près le même symbolisme solaire : adoration, fierté, hommage, période lumineuse de sa vie, si on sait suivre la Lumière.  Dans son sens inversé, elle témoigne de prétention, de fatuité, d’arrogance.  Elle donne des tubercules alimentaires jaunes ou roses par lesquels la plante se perpétue.  Diurétique, on en recommande la consommation en cas de goutte et de rhumatisme.

 

© 2009-2015, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.    

 

A propos de l'auteur

2 Responses

  1. RIZZI Baghdadi

    Bonjour!
    Merci M. Bertrand pour tous vos efforts .C’est un beau travail sur les plantes potagères que je découvre par hasard.Bien explicite et claire avec images . Depuis déjà quelques années j’ai commencé à m’intéresser aux plantes en général pour pouvoir « briller en société  » comme en dit.Vraiment ça m’a plu et je vous en remercie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *