PLUSIEURS LIMITENT LEUR INTÉRÊT À LA CONSCIENCE OBJECTIVE: S’ILS SAVAIENT DE QUOI ILS SE PRIVENT!

Chaque être individuel représente un Atome divin ou une Étincelle spirituelle de l’Absolu.  Au-delà de sa conscience objective, qu’on appelle aussi la «conscience connaissante», il existe deux plans de conscience nettement supérieurs.  La conscience objective exprime la perception qui relève des cinq sens ordinaires et qui sert de canal entre le monde terrestre et le monde abstrait.  Elle informe sur le monde extérieur.  Principe fondamental de toute expérience concrète, elle exprime la sensation, la perception, l’action mécanique, fondant les impressions des sens physiques.  Mais à titre d’attribut de l’âme, son activité ne se limite pas à ces fonctions.  Elle recouvre encore des aspects psychiques et mentaux, tels l’aperception, le raisonnement (le classement des données de la conscience), dont les principes actifs sont l’imagination, l’aspiration et l’inspiration.  Cependant, à proprement parler, l’aspiration et l’inspiration relèvent surtout de la conscience subjective, qui informe sur les plans supérieurs.  Mais, du fait qu’ils s’expriment en fonction du degré de l’imagination et de l’expansion de la conscience personnelle, même du degré de sensibilité psychique, au point d’action où s’alignent les impressions captées, on peut les accepter comme des fonctions partielles de la conscience degrés-de-conscienceobjective.  Pour la Gnose, il s’agit de la Pensée éternelle dont l’Absolu se servit pour ses manifestations extérieures après des siècles de sommeil et de silence.

Ainsi, le degré supérieur de conscience peut-être relatif au contexte du propos.  Dans l’Échelle de l’Évolution, on donne généralement, dans l’ordre ascendant, le plan physique, le plan éthérique, le plan astral ou sensible (mental inférieur), le plan mental (le plan astral supérieur), le plan causal, le plan intuitif (ou bouddhique), le plan atmique (animique ou christique) et le plan monadique.  De là, tout plan qui est plus subtil qu’un autre peut être appelé un «plan supérieur».  Toutefois, en général, la Conscience supérieure désigne le Moi divin qui vibre à l’unisson de la Source divine de Pouvoir et de Vérité.  Cet aspect souverain de l’Esprit s’identifie à la Lumière spirituelle et il la diffuse de façon créatrice et constructive à travers les pensées, les sentiments, les ressentis, les paroles et les actes.  Quant à la Conscience divine, plus élevée que la Conscience christique, elle désigne l’Intelligence vaste et débordante d’amour qui œuvre en tout et partout.  Un être peut élever sa conscience très haut, dans l’Infinité, dans la mesure qu’il sait s’embrancher dans le Ciel et s’enraciner dans la Terre au moment de son choix d’en faire l’expérience.

Dans ce contexte, la Conscience christique, qu’on appelle aussi la «Conscience atmique» ou la «Conscience supérieure», désigne le plan de conscience de l’Âme universelle ou la réalisation (au sens de fusion) dans l’Âme universelle qui produit la Transfiguration et qui confère le Bien-être et la Béatitude.  Elle se loge dans le Lotus aux mille pétales, de couleur mauve.  C’est l’aspect de la Conscience divine ou cosmique qui manifeste sa présence au niveau de l’Éther dans toute la Création et dont chaque être vivant ou conscient fait partie.  C’est la Conscience unique qui donne naissance à toutes les individualités vivantes.

Ce Champ énergétique omniprésent exprime la Lumière infinie, le reflet de l’Intelligence parfaite, issue du mystère insondable de l’Absolu.   Elle produit progressivement l’ouverture de la conscience des êtres, développant toutes leurs potentialités et leurs facultés jusqu’à l’Illumination.  Elle s’appuie sur des impulsions cycliques agissant dans l’individu, mais entraînant parfois l’incarnation d’Avatars et la réincarnation de Grands Maîtres pour les soutenir dans leur rayonnement planétaire.  La Conscience christique opère par la passion qui engendre la rédemption, la fusion sans perte de l’individualité dans le Christ.  Car elle entraîne tous les êtres, chacun à son rythme, à s’extraire de la périphérie du Monde, où ils sont englués dans les Ténèbres, écartelés entre les apparentes oppositions extrêmes, perdus dans l’illusion de la séparation, dans la découverte du Centre divin et éternel qui unit tout.   Elle passe par la réconciliation de l’Esprit et de la Matière qui s’en trouve transmutée, favorisant l’expression de la Vie et l’expansion de la Conscience.  Elle suit la Conscience bouddhique, mais elle précède la Conscience cosmique.  Elle permet à un être de réaliser qu’il fait partie des univers et du Cosmos tout entier.

C’est à travers les multiples épreuves quotidiennes, des leçons de vie, que chacun peut incarner cette Énergie christique et fusionner avec elle, en optant pour l’amour inconditionnel et le service désintéressé.  Cette quête spirituelle induit toujours à traverser, dans la confusion, les frontières de la souffrance, chaque fois que ces vibrations sont accélérées.  On peut définir la Conscience christique comme l’Énergie de Conscience-Amour et comme la réalisation de la Perfection du moi dans le Christ en tant que Fils de Dieu.  Elle résulte de la Foi rendue parfaite par le désir de faire la Volonté de Dieu, qui, seule, assure le salut ou la transformation spirituelle, par la voie de la justice du Christ accomplie en soi.  C’est l’excellence de la Charité ou de la Compassion dans l’amour le plus pur qui donne et accueille dans le Seigneur de la Vie.

Au-delà de la Conscience christique, il y a la Conscience cosmique, l’état de la Monade divine.  On l’appelle diversement la «Conscience divine» ou la «Conscience pure», parce qu’elle éclaire la Conscience que l’Absolu éternel a de lui-même dans le Cosmos en tant qu’Être cosmique.  Elle se loge dans le Soleil central spirituel de l’être, un centre blanc de cristal.  L’Humanité peut atteindre ce niveau de conscience en passant d’abord par la Conscience christique.  Alors, elle réalise sa fusion complète avec Dieu, le Créateur Père-Mère.  Dans le domaine individuel, un être évolutif entre dans un état d’accord parfait, au niveau de son âme, avec la Conscience universelle.  Cette fusion engendre une telle harmonie qu’elle permet de réaliser faire partie de la Totalité.  Sur ce plan, il détient la conscience qu’il vit, existe et se meut à l’intérieur de la Conscience du Soi cosmique de Dieu.  Alors, il réalise qu’il est en train d’accomplir les cycles du Cosmos, le Corps de Dieu, à l’intérieur du Grand Moi divin et à travers lui.  Il prend conscience de lui-même comme faisant partie de Dieu dans des dimensions absolues, parfaites, infinies, illimitées et éternelles.  Il entre en possession de son Soi divin dans l’Être-Un ou l’Être cosmique.

La Conscience cosmique pénètre tout l’espace et toutes choses, connaissant le passé, le présent et l’avenir, car elle vibre dans l’immédiateté du Moment ou de l’Instant éternel.  Elle possède la Vitalité, le Pouvoir constructif et l’Intelligence universelle et elle confère la «poly-voyance» et le «poly-ressenti».  Elle confère la Connaissance de Tout et du Tout.  Dans cet état d’achèvement, l’esprit reçoit l’inspiration dont il a besoin pour manifester ses objectifs directement de la Source divine.  Le sujet ressent une félicité ou un bonheur qui transcende et affine les plaisirs ordinaires, leur donnant d’abord un goût de cendre.  Alors, il se met à aimer tout ce qui existe tel que cela est et il perçoit le bien en toute réalité.  Surtout, il devient disponible à toutes les bénédictions de l’Univers.

En fait, la Conscience cosmique, aussi appelée la Conscience suprême ou la Conscience-Une, contient toutes les autres formes de conscience.   C’est elle qui les exprime sous la forme d’Étincelles spirituelles, d’Atomes permanents ou de Monades divines qui jouissent des mêmes attributs qu’elle.  Elle pénètre tout l’Éther, toute l’Essence, tout l’Espace, toute la Substance cosmique ou tout le Plasma originel.  Omnisciente, omnipotente, omniprésente, omniagente, de potentiel androgyne, donc parfaite, elle sert de Véhicule intermédiaire pour pénétrer  toutes les choses, tous les êtres, tous les phénomènes, tous les événements, toutes les situations de la vie, même les éléments les plus matériels.  Mais elle y parvient par la Conscience christique, ce qui explique l’adage mystique selon lequel nul ne peut parvenir au Père sans passer par le Christ, bien que le Père et le Fils ne fassent qu’Un.

En réalité, sur ce plan sublime d’élévation, Dieu n’a pas conscience des individus, perdu dans sa Perfection inaltérable.  Dans l’être individuel, elle s’exprime par son Individualité ou son Soi supérieur.  Source sublime de l’Amour pur, elle tend naturellement à protéger ses créatures, à les entretenir, à les approvisionner et à préserver leur vie.  Dès qu’un être fusionne avec elle, il peut tout voir, entendre, goûter, sentir, toucher sans recourir à ses facultés objectives.  Il peut se mettre en résonance et en communication avec la conscience de tous les autres êtres, même avec l’Intelligence universelle elle-même, qui contient les Archives akashiques ou le Livre de Vie.  Tous les êtres possèdent depuis toujours un plan d’évolution personnel ou individuel totalement englobé et harmonisé dans la Conscience cosmique.

Pour se servir efficacement de la Puissance de la Conscience unique, un être humain doit maîtriser deux principes fondamentaux.  D’une part, par le principe de la projection des pensées, des sentiments et des ressentis, il peut libérer des impressions de sa propre conscience et les faire circuler à travers ce Grand Véhicule jusqu’au point précis qu’il a établi d’avance.  D’autre part, par le principe de l’harmonisation, il peut à tout moment mettre sa conscience en accord, au diapason, en syntonisation ou en résonance avec lui pour en recevoir des impressions ou des informations utiles sous la forme d’intuitions, d’inspirations, de messages télépathiques ou autrement.  On notera que, puisque la Conscience cosmique est parfaite, elle émane des informations infaillibles, donc des renseignements qui échappent à l’erreur ou à l’illusion, si paradoxaux qu’ils puissent paraître.  Elle ne connaît et ne transmet que la vérité à titre de Véhicule de la Vérité absolue.

La Conscience cosmique opère en trois phases.  Sa première phase, associée au Subconscient cosmique, part de Dieu lui-même, la Source suprême, tel un vaste courant d’énergie, et descend comme une onde de conscience à travers l’être humain et toutes les créatures dans toutes les dimensions.  Les niveaux de cette Conscience unique s’étendent derrière les perceptions conscientes et au-delà du monde extérieur.  Dans une deuxième phase, la Conscience cosmique devient subjective pour inclure touts les faits et les phénomènes abstraits.  Ce niveau inclut notamment les concepts mentaux, la volonté, le souvenir, l’imagination, le raisonnement, etc.  Cet état de conscience est directement relié à la fois à la Conscience cosmique et à la conscience objective, la conscience du monde concret.  Dans sa troisième phase, la Conscience cosmique devient purement objective.  Alors, elle confère à l’être pensant la perception du monde extérieur, de son environnement, des phénomènes concrets, tangibles et palpables.  Elle agit à travers les cinq sens physiques de l’être humain : la vue, l’ouïe, l’olfaction, le goûter et le toucher.  À la frontière de la conscience objective et de la conscience subjective, s’inclut, comme un pont, la faculté d’aperception.

© 1995-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *