LES CRANES DE CRISTAL, DES PORTEURS DE CODES ÉNERGÉTIQUES…

  Dans la spiritualité contemporaine, on parle de plus en plus des crânes de cristal, dont on dit qu’ils jouent un rôle éminent dans le processus de l’Ascension.  Pourtant, peu de révélations expliquent leur nature et leur fonction.  Pour compenser cette lacune, disons que chaque crâne de cristal représente un être qui vibre de l’intensité de l’énergie de la Lumière blanche de cristal, la Lumière de Dieu, même dans la structure de son squelette, d’où son corps peut muter sur un plan supérieur.  Il est l’œuvre du Verseau.

  Une vieille légende des autochtones d’Amérique parle de l’existence de treize crânes de cristal immémoriaux, de la taille d’un crâne humain, pourvus de mâchoires mobiles et dotés des facultés de parler et de chanter.  Cette apparente fiction raconte que ces objets contiennent des informations importantes relatives aux grands mystères de la Vie et de l’Univers, car ils comporteraient un savoir relié à l’histoire antérieure de l’espèce humaine, à son but véritable et à son destin.  La version de la Nation Cherokee veut que, dans un lointain passé, il ait existé douze planètes de l’Univers porteuses de la vie humaine, d’où il existerait un crâne de cristal pour chacune d’elles, ainsi qu’un crâne supplémentaire dont la fonction aurait toujours consisté à relier tous ces douze mcrânes-cristalondes.   Elle ajoute que, un jour, à une époque à laquelle le besoin s’en fera intensément sentir, on redécouvrira tous ces crânes et on les réunira pour leur permettre de révéler leurs informations vitales pour la survie même de l’espèce humaine.  Mais elle averti du même souffle qu’à ce moment, l’humanité devra s’être suffisamment développée pour en être digne, par exemple en appliquant des valeurs morales et spirituelles élevés, afin de ne pas abuser de cet immense savoir.  Jusqu’en 1920, on aurait pu croire que, comme c’est souvent le cas, ces histoires répétées de générations en générations, n’étaient que des fables plaisantes, sauf que quelqu’un qui menait des fouilles archéologiques sur le site d’anciennes ruines maya, à Tikal, au Guatemala, en Amérique centrale, en découvrit un premier.

   À vrai dire, des révélations inspirées ont établi que les crânes de cristal sont des Bibliothèques conscientes du Paradigme cristallin, des Portails dimensionnels dynamiques, des Ordinateurs vivants et conscientes qui se mettent constamment à jour au moyen de projets adaptés de l’Esprit cosmique (ou Plan divin) qui soutient la Terre et l’Humanité, projetant les codes holographiques qui guident la transition de la matrice terrestre et les aspects de la conscience de la dualité.  En fait, les crânes de cristal, au nombre de treize, appelés le «Comité des crânes», représentent un don du Haut Conseil de Sirius aux Yzhnüni incarnés sur la Terre.

   Une version de ces entités en fait une création issue de la densification des douze Elohim, puisque leur cristallisation aurait résulté de la densification extrême de leur matériel génétique, afin de conserver la mémoire du Retour à la Maison du Père-Mère.  Ils auraient été programmés pour ouvrir les Portails de la Conscience multidimensionnelle afin que ce peuple puisse être guidé directement par les dimensions supérieures.  Ils ont été matérialisés en Atlantide, façonnés par l’action mentale d’êtres supérieurs, membres de la Famille de Lumière, venus de diverses dimensions pour participer à leur création.

   Les crânes de cristal auraient d’abord été déposés dans le temple de Nephtys, au fond d’une grotte d’améthyste, dans le sanctuaire intérieur leur servant de lieu de culte.  Chacun de ces crânes porterait le schème de l’un des douze brins (ou couches) de lumière de l’ADN de l’homo sapiens et il serait le dépositaire de l’intelligence dimensionnelle supérieure, ce qui, précisément, l’aurait amené à se cristalliser dans la sphère terrestre avec, en lui, toutes les fréquences vibratoires et toutes les formes de lumière.

   Au terme de leur collection, la réunion des douze crânes activera le Crâne-Maître placé dans le plans éthérique sous l’Osireion d’Abydos, en Égypte.  Autrement dit, le «Comité des crânes» de cristal devrait manifester l’Intention originelle de la Prêtrise blanche, ce qui devrait produire l’ouverture des Portails galactiques au moment où un nombre suffisant d’êtres humains, soit l’esprit collectif, aura atteint la fréquence vibratoire nécessaire pour entreprendre son ascension hors de ses limitations.  Le treizième crâne de cristal devrait représenter la condensation de la copie de l’hologramme de la Création à titre de Bibliothèque cristalline consciente.

***

   On peut profiter de cette occasion où on parle du crâne pour en donner la valeur symbolique et le relier à quelques acceptions métaphysiques ou spirituelles.  La boîte osseuse qui contient et protège le cerveau, relié à l’esprit et à l’intelligence, symbolise le commandement suprême.  Homologue de la voûte céleste, il illustre le microcosme humain, en tant que coupe ou ciel du corps.  Siège de la force vitale du corps et de l’esprit, il sert de réceptacle de la vie à son haut niveau.  On l’associe parfois à ce qu’il y a d’impérissable dans le corps, l’âme, qui assure son soutien spirituel.  Dans nombre d’Écoles initiatiques, il figurait la mort initiatique, le prélude à un niveau de vie supérieur, une condition pour que s’établisse le règne de l’Esprit.  En Alchimie, il figure le creuset de l’homme nouveau qui implique le détachement de toute fausse identification avec le corps, le monde illusoire de la perception des sens.  Dans la «Cabale», il est relié à «Kether», la Couronne, parfois comprise comme la Sphère d’Uranus.

   Dans une illustration, le fait de porter un crâne à la main attire l’attention sur un sujet empreint d’une nature illusoire ou romanesque qui se laisse aller à ses émotions comme guide de sa conduite.  Un crâne partiellement dénudé marque une évidente sagesse ou la sacralité.  Dans la Tradition islandaise, le crâne d’Ymer (Ymir) désigne la voûte du ciel puisque la tête de ce géant serait devenue le firmament à sa transition.

© 2014-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *