LES CHŒURS ANGÉLIQUES, LES MEMBRES DE LA HIÉRARCHIE DE SUPPORT DU COSMOS… 

choeurs angéliques

La Hiérarchie de Support, émanation directe de l’Absolu, comporte plusieurs degrés, conformes aux plans de la Conscience cosmique.  En général, on les range en neuf catégories qu’on appelle le Chœur des Anges bien que, à proprement parler, l’Ange désigne uniquement l’une de ces catégories, en remontant, celle qui suit l’humanité.  Chacun peut compter sur ces entités tutélaires pour obtenir de l’aide dans la mesure où ce qui est demandé correspond à son Rayon, donc à ses attributions spécifiques.  

MANECHA  ARELIM ou ERELIM : Dans la «Cabale», ce mot qui signifie «Très fort» désigne la catégorie des bons démons.  Il s’agit des Élus, les êtres humains qui ont accédé à leur Maîtrise spirituelle personnelle et qui se sont ainsi élevés au niveau des Anges.  Ils donnent aux hommes l’intelligence et la compréhension des choses divines, des arts et des connaissances ordinaires, les ayant précédés sur le Sentier de la Montagne sacrée.  Ils les protègent dans l’ordre physique, les conseilles spirituellement, représentant en eux l’écho de la mémoire collective ou de l’expérience héréditaire (atavique, pourrait-on dire), formant le substrat de la conscience humanitaire.  On leur assigne Michaël comme Recteur.


ISSIM 
ou
ISHIM : En principe, ce sont les Anges, ces créatures célestes et lumineuses désignent des esprits délivrés de toute matérialité qui servent de messager divin pour rappeler aux créatures de Dieu sa Parole, soit son message évolutif, à savoir que tout doit ascensionner vers la Vie céleste.  On leur assigne «Zephaniel» comme Recteur.

Cette créature qu’on dit ailée, un symbole de célérité dans l’action, agit comme l’intermédiaire immédiat entre Dieu et les êtres humains pour leur rappeler son Vouloir, soit ses ordres et ses plans.   Il peut agir diversement comme directeur, guide, gardien, protecteur, inspirateur, guérisseur ou harmonisateur, support céleste, ministre divin, exécuteur des lois, conducteurs des astres, afin de favoriser l’évolution spirituelle.  Auxiliaire divin dépourvu de liberté, il porte toujours une bonne nouvelle pour l’âme : il donne les signes avertisseurs du sacré, annonçant ou réalisant une intention divine.  Il vise à illuminer les êtres en leur conférant les dons divins, pouvant dissiper les brouillards et les ténèbres, opérer une conversion, favoriser la communion avec le Monde divin, intensifier l’union des êtres, assister dans un tournant majeur de la vie, conférer un sentiment de sécurité, mais toujours dans le respect du libre arbitre.  Il donne l’image de l’assistance du Ciel, suite à son alliance avec la Terre, là où est formulée une demande ou une prière.

Dans la «Cabale», l’Ange appartient à la catégorie des «Issim» («Ishim»), la classe inférieure de la Hiérarchie subtile, divisée en neuf Chœurs et en trois Triades.  Relié à «Yesod» (la Lune), il est gouverné par «Jéhovah» et il est régi par «Gabriel», assisté de «Damabiah», «Manakel», «Ayael», «Habuiah», «Rahael», «Yabamiah», «Haiael» et «Mumiah».  C’est la même catégorie qui accueille les Maîtres réalisés ou les Élus divins d’un schème évolutif matériel.  Le niveau angélique constitue l’échelon invisible de la Hiérarchie cosmique qui accueille les Créateurs de la Forme.  Pour certains, il représente l’état originel de l’être humain, cette portion de lui qui ne s’incarne pas.  De ce fait, l’être incarné lui attribue les qualités et les limitations inhérentes à un esprit incapable, par nature, de participer directement à ce que, lui, il a entrepris de réaliser dans le Monde matériel.

Les Anges président à la genèse des êtres humains, en tant qu’individus, veillant à les mener à la vie éternelle, les protégeant sans cesse et leur accordant toute leur attention tutélaire empressée.  Ils révèlent les Volontés divines à l’humanité et ils interprètent ses pensées, en lui conférant le discernement éthique.  Ils régissent le foyer, la famille, la maison, les petites commodités et les petites inventions pratiques.  Ils règlent les mœurs de la société et tous les aspects de la vie publique.  Ils régissent : l’amélioration des assises matérielles;  la poussée spirituelle;  le besoin de changement et de variété;  le lancement des courants nouveaux;  les incursions dans l’inconscient;  le monde la femme-mère;  la compréhension des cycles et des mécanismes transitoires du monde;  de même que la connaissance de la structure des atomes du corps.

BENE ELOHIM : Cette expression hébraïque, qui signifie les «Fils des Dieux», réfère aux Archanges, le second niveau de la Hiérarchie angélique.  Elle peut désigner les Dieux solaires, les Sept Esprits de la Présence ou les Sept Esprits devant le Trône divin, qui furent engendrés au commencement du Ciel et de la Terre.    Il s’agit des Générations mythiques qui donnèrent forme au règne animal.  Ils accordent à l’être humain la domination sur toutes les choses qu’il a le droit, par sa nature et les circonstances courantes, de gouverner.  On leur assigne parfois «Hofniel» comme Recteur.     Il s’agit d’entités s rattachées au Soleil et au schème de Mercure (Hod), reliée au signe du Cancer, régie plutôt par «Mikaël», on le considère comme un Esprit de Feu.  D’après la Bible et la Cabale, elle appartient à la deuxième hiérarchie des anges.  Collectivement, établis entre le Ciel et la Terre, mis au service de l’expression de la Vérité, les Archanges constituent les précurseurs de la Vie et ils agissent comme les Luminaires de l’Esprit divin.  Ils guident les règnes animal et humain, maintenant le Juste Milieu et procédant à l’initiation aux Mystères.  Ils régissent l’intellect, l’imagination et la mémoire et ils développent la compréhension spirituelle et la vision subtile.  Ce sont eux qui ont conféré à l’être humain la domination sur toutes choses, donc sur toutes les créatures inférieures, et qui veillent à ce qu’il les traite avec compréhension et compassion.  Ils établissent une communication efficace entre les êtres et interviennent pour produire des changements rapides.

Chez un sujet particulier, ils président à l’expression juste de lui-même, à son appréciation correcte des phénomènes et au développement de son sens des valeurs.  Ils guident sa raison, veillent sur sa réflexion sur lui-même, reliant son mental à son cœur.  Dans sa vie, ils font surgir les changements constructifs.    Ils ouvrent la Porte qui permet la réunion des pôles mâle et femelle et ils favorisent la compréhension des nouveaux concepts.  Ils instillent en ceux qui le demandent la bravoure et le courage.  Comprenant toutes les perspectives, bien qu’ils ne soient pas toujours écoutés, ils assistent encore les gouvernements et les systèmes, leur prodiguant leurs conseils judicieux.  Ils sont les inspirateurs et les guides des grandes communautés, des tribus et des peuples, présidant à la formation de l’âme d’un peuple ou d’une nation.  Parmi eux, on peut compter «Memamiah», «Yeialel», «Harahel», «Mitzrael», «Umabel», «Iahhel», «Anauel» et «Meluel».

Les Archanges engendrent le règne animal, inculquant leurs vertus et leurs propriétés aux animaux.  Ils confèrent à l’humanité la domination sur toutes les choses qu’il a le droit de gouverner, par sa nature divine.  Ils développent le désir de se mette au service de la vérité;  le don d’apprécier correctement les choses;  la réflexion sur soi-même ou l’appréciation de soi à sa juste valeur;  la découverte du juste milieu;  la dissolution de la personnalité (abolition de l’égocentrisme);  l’élucidation des mystifications.  Ils favorisent la correction de ses erreurs;  le support pour faire connaître fermement son opinion;  la saine communication avec autrui;  l’élimination des vains propos;  le rejet des discussions stériles et des commérages;  la rencontre d’interlocuteurs logiques et perméables;  l’amélioration des capacités d’étude;  l’intellect rigoureux et la mémoire;  l’assimilation facile et rapide des concepts ardus;  l’acquisition ode nouvelles lumières  ou de nouvelles connaissances;  l’aptitude à extérioriser les tendances propres;  le rejet des idéations perverses.  Ils assurent  encore, notamment, l’accroissement du discernement sur les motivations intimes;  le refus d’être induit en erreur;  le désir d’être le messager fidèle de la Vérité;  l’expression juste de son être réel;  l’enrichissement des relations avec le prochain;  la riche moisson d’expériences créatrices;  l’acquisition de la félicité;  l’accroissement de la sincérité et de la foi.

MALAKIM : Il s’agit des Principautés, reliées à Vénus, qui engendrent le règne végétal, conférant leurs vertus aux simples (plantes médicinales).  Ils président dans une Sphère de splendeur, de puissance, de grâce, de beauté et d’amour sensible.  On leur assigne «Uzziel» comme Recteur.  Ils attirent les forces subtiles nécessaires vers l’homme et lui accordent la domination sur toutes choses.  C’est leur Rayon qui engendre la sensibilité, le sentiment et le désir, établissant la priorité de la vie affective dans l’humanité.  Ils favorisent de meilleurs soins aux personnes chères;  la réconciliation générale;  les relations harmonieuses avec tous les êtres;  le développement des unions et des sociétés;  l’attention aux petits détails de la vie, notamment de l’amitié.  Ils aident à présenter une meilleure image de soi;  à développer le don de soi sans attente ni intérêt;  à dissoudre les conflits entre les générations.  Ils régissent le royaume de la femme séductrice; la compréhension spirituelle de la bonne apparence physique;  l’achat de vêtements et de parures;  la quête de beauté du corps et de l’âme;  l’expression optimale de la tendresse;  l’offrande de cadeaux symboliques qui entretiennent les sentiments;  la prévenance et la gentillesse;  la grâce et la douceur;  l’expression artistique;  l’esprit pacifique;  la procréation de beaux enfants;  l’échec à l’impuissance génitale;  l’harmonie de la personnalité (attitude, comportement, conduite, démarche, gestes, expressions agréables).  Ils s‘impliquent dans l’harmonisation des intérêts divergents;  les relations constructives;  la cohésion du couple humain; la réunion des êtres séparés;  le rejet des affrontements sociaux.  Autrement dit, ils veillent à ce que tout soit imprégné d’amour ou soit marqué de simplicité (rejet de la vanité);  à la compréhension mutuelle;  au bannissement de l’égoïsme;  etc.

HASCHMALIM, HASHMALIM ou HASMALIM : Dans la Cabale, la Hiérarchie angélique des «Dominations», appelés les «Dominateurs étincelants».  Ils façonnent l’Effigie réelle des corps et ils assurent leur pérennité.  Ils inculquent en l’homme la force nécessaire pour vaincre l’ennemi intérieur, pour exercer son rôle fonctionnel et pour atteindre sa fin ultime.  Ils sont régis par «Tsadkiel».  On leur assigne encore «Hashmal».

Ces entités travaillent avec magnanimité et ils manifestent l’opulence, œuvrant à l’édification du Paradis terrestre.  Elles assurent la manifestation effective et cohérente de l’effigie des corps physiques et les perpétuent.  Ils donnent à l’être humain le ressort et la force pour dissiper ses mirages intérieurs et pour parvenir facilement à la fin qui lui est assignée : évoluer jusqu’à sa perfection.  Ils l’aident notamment à trouver le fil conducteur, le fil d’Ariane, qui conduit à la béatitude.   Ils contribuent à l’amélioration de la condition financière et matérielle.  Ils inspirent l’usage des biens matériels à des fins évolutives.  Ils favorisent l’éveil des aspirations profondes de l’âme; l’éclosion de la bonté, de la douceur, de la tolérance, de la clémence, de l’altruisme, de la générosité;  la collaboration à une meilleure distribution de la richesse collective;  la réalisation des ambitions légitimes;  l’union fraternelle avec le prochain ou le désir ardent de fraternité humaine.  Ils accordent l’aide pour se tirer de la solitude ou de l’isolement;  la capacité d’excuser l’incompréhension et les mauvais traitements d’autrui;  l’oubli du mal et de la vindicte;  le développement normal de tous les projets honnêtes;  l’aptitude à insuffler la joie et l’enthousiasme.  Ils inclinent vers l’accueil impartial et le traitement égalitaire et vers le partage universel des biens.  Etc.

TARCHISIM ou TARSHISHIM : Dans la Cabale», ce mot hébreu désigne l’ordre angélique des Puissances.  Ces entités produisent les quatre élémentaux subtils (air, feu, eau et terre), protégeant l’humanité contre les agressions extérieures et contre les ennemis de la forme corporelle.  Hénoch en faisait partie.  On leur assigne «Tarschiel» et «Sabriel» comme Régents.  Recteurs de la Justice immanente, ils imposent l’honnêteté, l’intégrité, la rectitude et la rigueur des actes.  Ils développent l’aptitude à passer à l’action, instillant la vitalité, l’ardeur, l’audactarchisime, le courage qui forment le dynamisme et l’enthousiasme.  Ils renforcent l’aptitude à affronter ses faiblesses afin de les transmuter en forces;  le renoncement à ce qui encombre la
voie de l’Évolution;  la manifestation de tous les instruments utiles.  Ils assurent  la guérison physique;  la victoire contre le serpent rampant; le refus des relations qui écartent des objectifs personnels;  le déni de la tolérance vicieuse et de la complaisance béate;  l’abandon des œuvres avilissantes;  la suppression des attitudes perverses et des justifications fumeuses;  le changement d’habitudes;  la guerre à la corruption et à la malhonnêteté.  Ils favorisent les entreprises vaillantes concourant à l’édification d’un monde meilleur;  la compréhension des lois invisibles;  la destruction des injustices et des inimitiés;  la suppression des manières vainement flatteuses;  la rupture avec les coutumes délétères, les traditions anachroniques, les mœurs sclérosantes; l’acquisition de la force;  etc.

SHINNANIM : Dans la Cabale, il s’agit des «Vertus» qui engendrent le règne minéral et les moyens thérapeutiques à partir des gemmes.  On leur assigne «Zedekiel» (ou «Zadkiel») comme Régent, avec «Gabriel».  Ils protègent contre les mensonges et les faux documents, ils accordent les récompenses à laquelle l’humanité est destinée au terme de son pèlerinage terrestre.  Émanant les forces de régénération, de guérison et d’élimination des déchets et des toxines, ils instillent la vitalité, la clarté mentale, la puissance du raisonnement logique.  Ils inspirent les chefs d’État;  ils favorisent l’élévation et la magnanimité;  ils inspirent le sens de la vie impersonnelle;  Ils régissent la compréhension de la va leur d’échange;  l’usage correct de l’énergie sexuelle;  l’amour ardent dans le dépassement et le don de soi;  les hauts pouvoirs;  la liberté de conscience;  le repos mérité.  Ils établissent la communication avec celui que l’être humain prend pour le Créateur de son univers.  Etc.

CHERUBIM : Dans la Cabale, la hiérarchie angélique de la Sphère de Hockmah (le Zodiaque ou Uranus) qui regroupe les Puissants ou les Conducteurs, régis par «Jophiel» (ou «Ratziel»).  Associés à la constellation du Lion, ce qui les identifie comme sages et forts, ils président à la genèse des êtres humains en tant qu’individus, les menant vers la Vie éternelle.  Ils font de cette créature l’annonciateur des volontés divines et l’interprète de sa Pensée, leur conférant à cette fin le sens moral.  Ils maintiennent et démontrent les archétypes de la Pureté et de l’Innocence intérieures, ce que certains appellent la Conception immaculée.  Ils aident à guérir pour qu’émerge l’Enfant intérieur, cet aspect intérieur qui garde la foi dans la réunification intérieure, un phénomène sans lequel aucune ascension spirituelle n’est possible.

Les Chérubins accordent les mouvements des planètes les uns avec les autres pour unir en un système parfaitement harmonisé les impulsions particulières.  Ces Esprits des Harmonies engendrent la plénitude de science ou l’effusion de sagesse.  Encadrant l’Arche, ils tirent le char de Dieu, à titre de monture même de l’Éternel, assurant la conformité à son endroit.  En effet, chevauchés par la Présence divine elle-même, ils volent de leurs quatre ailes, présentant leurs quatre visages, accompagnés de roues tourbillonnantes ou de glaive flamboyants. Siégeant immédiatement auprès du Créateur, ils dispensent les plus hauts dons de la Lumière.  Ils président à l’Illumination de l’Univers, d’où on peut leur attribuer l’aphorisme biblique : «Que la Lumière soit!»

Les Chérubins ont d’abord le mandat d’illuminer l’Univers et chaque créature, consacrés à ordonner et à dégager le Chaos primordial.  Ils confèrent à l’homme la lumière de la pensée, la force de la sagesse, les idées élevées et les figures qui permettent de visualiser les choses divines.  Ils l’amènent à la croisée des chemins pur lui faire trouver la voie du Royaume du Père-Mère.  Ils inculquent énergie, initiative, vie dans la Lumière pure.  Ils assurent l’équilibre des opposés apparents (froid et chaud, sec et humide).  Ils favorisent l’équilibre entre l’intellect et l’intuition, la raison et le cœur.  Ils instillent le désir de devenir un porteur d’énergie spirituelle et un constructeur dans le Monde nouveau.  Ils abolissent les extrêmes et résolvent les oppositions apparentes (faisant découvrir la complémentarité des Ténèbres et de la Lumière).

Ainsi, les Chérubins débrouillent le Chaos ou le Néant primordial, y engendrant l’ordre permettant à la Manifestation de prendre le sens de l’Idée originelle de Dieu.  Ils reçoivent les illuminations primordiales, les apparitions de Dieu et les plus hautes perfections, fondées sur la Sagesse divine, et ils instillent les idéaux élevés. Ils se consacrent à l’expansion et à la protection de la Flamme de l’Amour.  Ils collaborent à l’œuvre de l’Esprit à l’aide du glaive et du jugement du rayon rubis.  Postés devant la porte de la Conscience christique, ils gardent la Voie de l’Arbre de Vie. Ils attendent toutes les créatures évolutives à la Croisée des chemins du Royaume céleste.  On compte dans leurs rangs «Haziel», «Aladiah», «Lauviah», «Hahaiah», «Yézalel», «Mebahel», «Hariel» et «Hébamiah».

OPHANIM : Dans la Cabale, ce mot hébreu désigne l’Ordre angélique des Trônes, les «Roues» ou les «Formes du Ciel».  Celui-ci ordonne et dégage le Chaos primordial et il manifeste l’Harmonie cosmique.  Il communique à l’Humanité la lumière de la pensée, la force de la sagesse, les idées élevées et les symboles et les figures par lesquels elle peut visualiser ici-bas les choses divines.  Il est régi par «Tzaphkiel».  On leur assigne aussi Rapahël et Hashmal.  «Il s’agit des Esprits des lois célestes, subtiles, abstraites et fondamentales, reliés à «Hochmah», les Entités les plus lumineuses qui dominent le monde des lois célestes.

Les Trônes entretiennent au sein de la matière subtile les formes et l’ordonnance primordiales.  En quelque sorte, ils fournissent, par leur force de cristallisation, un décor à la vie, un substrat à l’expérience.  Manifestant la Providence, la Justice immanente, dans le jeu de la Causalité (action et réaction, cause à effet), ils confirment la volonté personnelle de chaque être dans la voie du bien.  Ils confèrent notamment : le sens de l’union;  le goût de l’intériorisation (méditation et recueillement);  la coagulation des forces spirituelles;  la destruction jusqu’aux fondements des projets instables;  l’aptitude à transformer les énergies subtiles en formes concrètes;  la formation de l’expérience dans la créativité; l’ouverture à de nouvelles orientations;  le règlement des karmas (le règlement des dettes, la réparation des torts et la fin des ressentiments).  Ils inspirent les prières pour les opprimés, les captifs, les exilés et les fugitifs;  le sentiment de profonde acceptation de la vie telle qu’elle est;  le respect des institutions et des lois sociales;  le maintien de tout ce qui mérite d’être et de croître;  la fidélité et l’équilibre personnels;  le moyen de devenir le gardien des normes, l’exécuteur des lois ou le constructeur d’un monde harmonieux.  Ils aident à accepter les délais et de la rigueur compensatrice;  à restreindre les désirs purement jouisseurs et à réfréner le laxisme;  à développer la patience dans l’adversité.  Ils développent le sens de l’engagement;  l’action réfléchie dénuée de passion;  l’amour des actes qui améliorent son sort;  la compréhension du sens du travail assidu;  l’enrichissement du savoir;  l’oubli des injustices et de la méchanceté pourvus de sens;  le traitement d’affaires délicates avec des sujets nerveux ou angoissés ;  l’amélioration des relations avec les personnes âgées;  le besoin du repos sabbatique (désir de mettre ses soucis et ses griefs entre parenthèses pour regarder s’écouler la vie);  l’exercice en plein air;  les occupations spirituelles;  l’aptitude à tirer de meilleurs fruits de ses lectures;  l’amélioration de la vie de famille;  la structuration des plans personnels;  l’équilibre des élémentaux dans son être;  etc.

SERAPHIM : Dans la Cabale, l’Ordre angélique de «Kether», Recteur du Zodiaque, qu’on disait gouverné par «Metatron Serpanim» et «Raziel», assistés de «Vehuiah», «Yéliel», «Sitaël», «Elemiah», «Mahasiah», «Lelahel», «Achaiah» et «Cahetel».  Associé au Feu principiel, il produit les quatre éléments (air, feu, eau et terre).  On représente ces entités subtiles comme des Serpents venimeux qui entourent le Trône de Dieu, porteurs de six ailes, deux pour se voiler la face, deux pour se cacher les pieds et deux pour voler.  Ils tirent de la Trinité les buts qui président à la Création d’un système universel.  Dans le Zodiaque, reliés au Taureau, ils donnent et répartissent le Principe de Vie, communiquant l’Amour divin qui unit entre eux les systèmes cosmiques et qui assure la stabilité et l’évolution.  On peut les associer à Kether Au niveau humain, ils donnent leur appui contre les ennemis extérieurs de sa forme seraphimcorporelle.  Ils détiennent les codes-clés et les modèles qui servent à la manifestation dans le corps de la beauté et de l’élégance originelles.  Ils activent le cristal-germe placé dans le cœur, en contact avec le thalamus du cerveau qui déclenche la sécrétion de l’hormone de la Jeunesse éternelle et de la Beauté infinie.  Ils gèrent les transformations alchimiques du corps.  Ils portent des braises qui effacent le péché (le karma).  Ils instillent le désir de se conformer à la Volonté du Père et d’évoluer sans cesse.  Ils guident vers le Bien suprême et ils confèrent la Plénitude et la Félicité divines.  En fait, ces entités se vouent à concentre la Flamme divine et la Conscience de la pureté devant le Trône de Dieu, dans les anneaux de feu du Grand Soleil central et dans tout le Cosmos, sur tous les plans.  Commandées par Justin, ils desservent l’Autel de Dieu dans le Grand Soleil central et la Flamme de l’ascension dans le Temple de Louxor.  Initiateurs des serviteurs du Seigneur sur la Terre, elles lavent et purifient ceux qui ont été choisis pour devenir des ministres (prêtres, prophètes et messagers).  Détenant la qualité de pénétrabilité cosmique, elles peuvent traverser la forme charnelle de l’être humain, lire ses pensées et saisir ses sentiments.  Ces Anges de haut niveau effacent les séquelles des karmas sans laisser de résidus pour transmuter instantanément toute substance.  Ainsi, ils inculquent la dévotion intense au Feu blanc et l’aspiration à la pureté.  Ils confèrent le pouvoir de chasser les Démons et de dominer le monde extérieur de la forme.  Leur mantra réside dans la formule : «Saint, Saint, Saint est le Seigneur des Armées; toute la Terre est remplie de sa Gloire

Les Séraphins vibrent à l’unisson de la Volonté de Dieu, agissant comme ses Rayons premiers, mandatés de donner et de répartir le Principe de la Vie universelle et de manifester partout la Gloire de l’Absolu.  Ils communiquent à l’homme l’Amour pur qui lui permet d’émettre des pensées, des paroles, des sentiments et des actes harmonieux.  À la tête de toutes les Forces de l’Univers, ils communiquent le désir de se conformer au Plan suprême de la Manifestation et d’avancer spirituellement.  Ainsi, ils interviennent dans les domaines de : la bonne santé physique (transmutation);  l’aptitude à s’écarter de ce qui est pervers, médiocre, illicite, retors;  la consumation des scories et des impuretés d’un désir non transmué en amour sincère;  la confirmation de la vérité en chacun;  l’intention de rendre service et de se rendre utile;  la dissipation de l’inquiétude spirituelle et de l’angoisse existentielle;  le besoin de découvrir ceux qui partagent un même idéal et de s’unir à eux;  la détermination à faire connaître les sentiments réels dans son milieu;  l’intention de toucher les bénéfices et les dividendes de ses entreprises illicites;  la quête pour établir des relations fraternelles avec des groupes de personnes;  l’envie de mieux mobiliser ses sentiments et d’équilibrer ses émotions;  l’acceptation spontanée de l’adhésion des gens en affinité avec ses projets;  la liquidation des engagements antérieurs et l’oubli des projets passés peu inspirants;  la découverte des qualités d’autrui;  l’accord des projets à long et à court terme;  la demande d’appui moral dans la société;  une meilleure implantation de ses projets matériels valables;  la maturation adéquate des projets constructifs;  l’union des entreprises multiples dans une seule direction;  etc.

© 1996-2012, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *