L’élémental désigne un Esprit de la Nature qui préside aux éléments subtils de l’air (sylphes et sylphides), du feu (salamandres), de l’eau (ondins et ondines) et de la terre (gnomes et gnomides), régissant surtout les gemmes, la flore et la faune.  Chacun des Esprits archétypes associés à l’un des quatre éléments de la Nature.  Chaque élément subtil de la Nature, issus par densification progressive de l’Éther, est animé par un élémental et régi par un Maître de son royaume propre.

deva-elemental-de-larbre

Mieux dit, cette Entité subtile agit sous la direction de Devas de la Nature et des Constructeurs de la Forme, œuvrant à maintenir l’écosystème dans l’harmonie et la régénération, préparant le terrain de l’évolution spirituelle des êtres incarnés en favorisant l’expansion de la Flamme consciente directrice.  Dans ce contexte, la terre désigne la forme concrète;  le feu, le mouvement, la locomotion et l’aspiration;  l’eau, la croissance, les sentiments et le pouvoir de reproduction;  et l’air, le pouvoir créateur de la parole, l’éclair fulgurant et la vérité du Jour éternel.   Selon les diverses Traditions, on les appelle devas, nymphes, dryades, oréades, épiméliades, agréades, fées, lutins, elfes, feux follets, gobelins, spirites, truges, lémures, phantasmes, djinns, tattvas, etc.  Dans le «Tarot», ils sont respectivement représentés par l’épée, le bâton, la coupe et le denier.  Ailleurs, ils le sont par la lampe, l’épée, le bâton et l’autel de cristal.  Dans certains contextes, les élémentaux réfèrent aux formes-pensées ou aux égrégores.  Les élémentaux, issus de l’Éther ou de l’Essence subtile, réagissent les uns sur les autres, tour à tour se produisant l’un de l’autre ou se détruisant l’un par l’autre.  Chacun conduit vers une autre réalité que lui-même dans le sens involutif ou évolutif.

L’air et le feu agissent comme principes actifs, tandis que l’eau et la terre, passifs, leur servent de révélateur.  Les diverses combinaisons de ces élémentaux et de leurs rapports révèlent la complexité et la diversité infinie de la Manifestation, ainsi que leur perpétuelle évolution d’une combinaison à une autre, suivant la prédominance de tel ou tel élémental.  Les divers phénomènes de la vie se ramènent aux manifestations des élémentaux qui déterminent l’essence des formes de la Nature.  Autrement dit, la Nature réalise son œuvre de génération et de destruction au moyen des élémentaux.  Chacun d’eux est issu de la combinaison des deux principes primordiaux.  Ainsi, l’eau procède de la froideur et de l’humidité;  l’air, de l’humidité et de la chaleur;  le feu, de la chaleur et de la sécheresse;  et la terre, de la sécheresse et de la froideur.  Chacun d’eux est représentatif d’un état : liquide, gazeux, igné ou solide.  Et à chacun d’eux est associé un ensemble de conditions données de la vie, dans une conception évolutive où le déroulement du cycle commence avec l’eau, animée par l’air (parole), activée par le feu (amour) pour finir avec la terre (densification).

C’est sur le fondement de ces valeurs universelles que reposent les opérations de l’Alchimie et des disciplines initiatiques : formation, épanouissement, culmination, déclin-transition.  Dans le processus initiatique, on voit le candidat sortir de terre, se purifier (eau), se réduire (feu) et s’envoler (air), s’affranchissant par paliers de la vie matérielle pour accéder à l’Illumination pure.  L’air désigne l’intellectualité et il s’associe aux signes des Gémeaux, de la Balance et du Verseau;  le feu, l’ardeur, le courage, l’aspiration et l’enthousiasme, et il s’associe au Bélier, au Lion et au Sagittaire;  l’eau, la sensibilité, les sentiments, l’échange et la reproduction, et il s’associe au Cancer, au Scorpion et aux Poissons;  enfin, la terre, indice de matérialité ou d’Esprit cristallisé, s’associe au Taureau, à la Vierge et au Capricorne.

Les esprits de la Nature font partie du processus de la Création et ils appellent l’être humanité à collaborer au Plan divin.  Ils rendent possible la croissance et le développement des formes naturelles.  Plus anciens que la Terre physique, ils se déplacent librement à l’intérieur les énergies de la créativité cosmiques.  Ces Maîtres du Royaume des bâtisseurs et de ceux qui extériorisent la forme, des Constructeurs inférieurs de la forme matérielle, comprennent parfaitement les besoins de la Terre et de l’Humanité, mais ils exercent leur autorité d’abord dans la Nature.  Ils n’inventent pas les modèles de la Nature, mais ils les construisent conformément à ces archétypes et ils les maintiennent en existence tant qu’ils sont utiles.  Ils ne sont pas au service du règne humain, bien que le Créateur les ait appelés à collaborer avec ceux qui agissent de façon évolutive.  Ils obéissent au Seigneur Pan.

Alors, si un être humain requiert leurs services, il doit leur laisser leur liberté en évitant de tenter de les contrôler.  En fait, ils sont les égaux des êtres humains, bien qu’ils jouent un rôle fonctionnel différent, servant d’abord la Gloire de Dieu.  Pour l’instant, leur pouvoir apparaît plus puissant que celui de l’être humain parce qu’ils savent mieux que lui rester en relation harmonieuse avec les énergies cosmiques.  Ils savent que dominer ne consiste pas à contraindre par la force, en s’appuyant sur un droit de régence, mais conduire par l’exemple amoureux dans la communion, la compréhension, l’attention et le service à l’Idéal.  Et c’est ce qu’ils font en établissant et en entretenant le plan physique qui sert de plateau à l’évolution des âmes.

Comme on le voit, les Élémentaux désignent les modalités vibratoires successives de l’Éther qui agissent à tous les niveaux de la Manifestation.  Ces entités vitales, qui habitent les éléments, sont revêtues de formes prâniques ou énergétiques.  Ils sont les Gardiens hiérarchisés de l’Univers et ils veillent à assurer l’Ordre harmonique des systèmes et des planètes.  Ils suivent une trajectoire évolutive distincte de celle des humains, détiennent leur  propre forme de vie et ils œuvrent en groupes.  Gentils et habiles, mais souvent distants, selon le taux vibratoire des êtres qu’ils rencontrent, ils entretiennent la Nature dans ses moindres détails.  Leur Hiérarchie subtile regroupe tous les êtres des Régents des planètes aux Gardiens des atomes.

Le monde de la Nature est régi par des entités subtiles qui président au développement et à l’entretien de la Création, sous les ordres du Créateur suprême et des Élohim.  Ils sont reliés aux éléments simples et primitifs, issus de l’Éther ou de la Substance universelle, que sont l’air, le feu, l’eau et la terre.

LE GNOME ET LA GNOMIDE : Premières entités dans l’échelle ascendant des élémentaux, reliées à la couleur rouge, leurs désignations proviennent du latin modifié «gnomus», provenant d’un mot grec signifiant esprit, et désignent une entité subtile, qu’on dit laide et difforme dans le «Talmud» des Juifs, un être reliée à l’élément terre et qui garde les trésors de la Terre.  Il s’agit d’un «Savant», d’un Génie de la Terre, qui constitue le tissu du Monde.  Il fournit la vitalité et les matériaux utiles à l’élaboration des corps.  Il contribue à la régénération de l’être en éliminant, à sa demande, les matériaux usés et les éléments nuisibles.  Il est capable de réorganiser les atomes du corps et d’accroître les courants vitaux.  Il confère la puissance au niveau matériel, le magnétisme et il révèle le sens de l’Évolution.  Il conduit aux trésors ceux qui savent un moyen, non une fin.

 gnome02    Cet esprit n’est pas doté de volonté propre de sorte qu’il obéit à tout être qui l’appelle, sans juger de sa conscience ou de son but.  S’il ne peut guider vers la caverne au trésor précieux un être faible ou dominateur, c’est qu’il en est empêché par le Gardien du Seuil.  Ce Génie de petite taille habite sous la terre, détenant les secrets des pierres et des métaux précieux.  Il symbolise l’être invisible qui, par l’intuition, l’imagination, l’inspiration ou le rêve rend visible les objets invisibles.  Dans l’âme humaine, il exprime des éclairs de connaissance, de révélation ou d’illumination.  Il figure l’âme cachée des choses organiques ou spirituelles.  Quand il s’en retire, elles meurent ou se dissipent, devenant inertes et ténébreuses.

On leur attribue un caractère instable qui peut les amener à aimer ou à détester successivement un être.  Alors, on en fait un Nain laid, difforme, malicieux et méchant.  Il est le serviteur de la Terre.  La polarité de ce Génie peut varier, d’où on parle de gnome ou de gnomide, selon qu’il est magnétique ou électrique.  En général, on décrit la gnomide comme une créature d’une grande beauté qui porte des babouches, l’une de rubis, l’autre d’émeraude.  Elle figure la Lumière de la Terre et de l’Univers.  L’un et l’autre hantent les mines, les grottes, les montagnes, les pieds des arbres et le sous-sol des forêts.  Ils détiennent une science prodigieuse des cristaux, des pierres et des minéraux.  Ils sont les Gardiens qui renforcent les fondations de la planète et donnent une nouvelle vision de la vie.  En hiver, pendant le sommeil de la terre, sous le manteau de la neige, ils entretiennent la vitalité des plantes et ils élaborent des cristaux à partir des rayons des astres et des étoiles.  Au printemps, dans la lumière solaire, ils les offrent au Ciel, produisant les jours de douces pluies, les arcs-en-ciel.

Les Gnomes symbolisent l’union de la famille humaine et du monde de la Nature qui fusionnent dans l’harmonie.  Ils peuvent servir de canaux de la guérison ou de la prospérité.  On peut les trouver inesthétiques, leur trouver une apparence grotesque ou ridicule, du fait que leur conformation physique ne correspond pas à nos normes de la symétrie et à nos critères de beauté.  Ils peuvent vivre dans le sol parce que leur substance éthérique ne lui offre aucune résistante.  Malgré qu’ils puissent être fort peu communicatifs, mais très espiègles, ils se laissent apprivoiser par les êtres purs d’intention.  Ils ont une taille d’environ deux fois la paume de la main et, vêtus comme à la paysanne, ils peuvent paraître très âgés.  Ils se déplacent à une grande vitesse, se trouvant toujours à temps au moment désiré.  Ils se confondent avec les éléments matériels pour ne pas être aperçus et dérangés.  Très sensibles, les émotions négatives les font fuir.  Le gnome dédoublé figure l’alliance en tout être de la Terre et de la Lumière.

L’ONDIN ET L’ONDINE : Deuxième catégorie d’entités dans l’échelle ascendant des élémentaux, reliées à la couleur argentée, leur nom, d’origine latine, signifie «onde» et, dans la Tradition romaine et la mythologie nordique, il désigne un Génie ou Sortilège de l’Eau, dont le rôle est de dissoudre les éléments morts afin de purifier l’organisme et le mental et de faire croître les végétaux.  Il aide un être à se régénérer et à se purifier en éliminant les déchets et les toxines du corps et en favorisant le lâcher prise (détachement ou renoncement) en regard de ce qui ne sert plus et encombre la conscience sur la Voie de l’Évolution.  Régissant les échanges magnétiques, surtout au niveau de l’équité des échanges (le donnant et donnant), il contribue à équilibrer les aspects de la polarité, il favorise la clarification mentale, le développement logique et l’activation du discernement, stimule la reproduction et la gestation des formes et des êtres.  Il intervient encore dans le phénomène de la mémoire automatique et de la transmission de pensée (télépathie).

Mais il fautondine-400 échapper aux dangers de la séduction qu’il exerce et à laquelle on s’abandonne sans contrôle.  En général, les voyants décrivent ces Élémentaux, dotés d’une grande beauté, comme des ondes ou vagues prenant une forme humaine un peu plus grande que celle des gnomes et gnomides, mais d’apparence plus féminine.  Dans les icônes, on les figure souvent comme des femmes à longue chevelure en train de se peigner qui peuvent enchanter les voyageurs solitaires.

Les Génies de l’eau, qui comprennent les Fées, dont le rôle consiste à faire croître les végétaux et à dissoudre les éléments morts pour purifier l’organisme et le mental.  Ils aident à produire la régénération et la purification de l’être, en éliminant les déchets et les toxines du corps et en stimulant au renoncement, à laisser aller ce qui encombre la conscience et bloque la Voie de l’évolution. Ils favorisent la clarification du mental, forment le discernement, président aux échanges magnétiques (équilibre des aspects de la polarité), régissent la reproduction et la gestation des formes et des êtres.  Ils interviennent dans les phénomènes de la mémoire automatique et de la transmission de pensée.  On les décrits comme des Esprits d’une grande beauté, à forme humaine, un peu plus grands que les gnomes, dotés de longs cheveux, donc d’apparence plutôt féminine, qui peuvent enchanter les voyageurs solitaires qui passent près des eaux, leur domaine.  On dit qu’ils lancent les sortilèges de l’eau et de l’amour, d’où il faut veiller à échapper à la séduction des ondes et réprimer sa complaisance dans le plaisir.

LA SALAMANDRE: Troisième entité dans l’échelle ascendant des élémentaux, relié à la couleur orangée, son nom lui provient du grec et il désigne un batracien urodèle, petit reptile noir taché de jaune, qui vit dans les lieux humides ou souterrains, dont la peau secrète un mucus très toxique et corrosif.  Toutefois, cette entité est une créature de feu  et ellle symbolise la puissance solaire capable d’allumer et d’éteindre l’élément igné.  Il établit un lien entre les éléments terre et eau, il évoque les souvenirs de l’âme reliés à la vie primitive sur la Terre et il révèle la faculté de changer d’apparence en présence d’un danger.  On lui associe les notions d’aspiration, de changement, de motivation évolutive, d’amour de la vie, d’expression créatrice, de quête de Lumière et de Beauté.  On l’associe aux âmes méritantes que rien ne peut anéantir parce que Dieu les protège tout au long de leur vie.  Celles-ci ont acquis ces mérites en apprenant à maîtriser les feux de l’instinct.  Il annonce souvent une inspiration spontanée, une ascension spirituelle.  Il identifie la vivacité d’esprit ou des sentiments enflammés.  Il confère le sens de la dignité et de la fierté.

939985702La Tradition antique décrit la salamandre comme une espèce de triton qui vit dans le feu sans en être consumé.  En fait, elle exprime l’image des flammes elles-mêmes, constituant la manifestation vivante du feu.  Elle figure le Juste qui garde la paix de son âme, gardant sa confiance en Dieu au milieu des tribulations.  En Alchimie, elle désigne la pierre fixée au rouge qui donne son nom au soufre incombustible.  Le mot salamandre signifie homme de l’habitation, désignant un esprit du feu.  Curieusement, on associe cet animal à l’hiver.  À titre de génie du feu subtil, il engendre dans un être la sensibilité et le sentiment qui permettent la perception sensible et subjective.  Il transmute un être en transformant ses désirs en aspiration et en amour pur, brûlant les scories du petit moi ou de la personnalité.  Il instille l’ardeur, la force, le courage, la sagesse et l’ordre, amenant le mental à s’illuminer en se formant des buts élevés sur un idéal divin.

Qu’on l’appelle Esprit ou Génie de l’élémental Feu, la salamandre ne se laisse pas fréquenter ni apprivoiser facilement, mais elle devient l’amie des mages et des initiés.  Elle produit le feu et la foudre.  On la décrit comme l’élémental le moins perceptible et le plus éloigné de la forme de l’être humain en expérience d’incarnation.  Pour le voyant, elle apparait comme un petit serpent noir qui engendre notamment les formes étranges de  l’éclair et les effets particuliers de la foudre.  Cet animal évoque l’aptitude à vivre en harmonie malgré le mépris et le dédain d’autrui, le discrédit, le malheur, les embarras, voire la honte personnelle.  Il invite à s’insérer dans la réalité du moment présent en se liant aux mystères de la Terre.  Il enseigne à faire bon usage du feu intérieur.

LE SYLPHE et LA SYLPHIDE : Quatrième entité de la hiérarchie ascendante des élémentaux, relié à la couleur bleu électrique, il s’agit, d’après la Tradition grecque, de créatures subtiles dont l’étymologie signifie «lutin de la forêt», et qui désignent les Esprits de l’Air, Protecteurs des bois, dsylphideétenant le pouvoir créateur et le pouvoir curatif.  Beaucoup plus grands que l’être humain, majestueux, doués d’une grande intelligence, ils régissent le Souffle divin, soit les phénomènes aériens.

Autrement dit, ils expriment le Logos ou le Verbe divin.  Amis des philosophes et des penseurs, qu’ils aiment instruire par l’intuition ou par les sons ambiants de l’air, ils peuvent changer de forme, de visage et de dimension à volonté, modelant les nuages pour éclairer l’avenir.  Ils président à la raréfaction ou à la spiritualisation des êtres, ce qui leur permet de s’élever sur les plans spirituels, de maîtriser la Nature et d’entrer en communication avec Dieu.  À cette fin, ils libèrent des obsessions psychiques et des peurs intimes, ce qui permet un contact progressif plus intime avec la Lumière divine.  Associés au Monde des Causes, ils permettent de devenir un penseur libre ou un co-créateur avec Dieu.  Ils instruisent encore par les sons de l’air.  Comme il s’agit d’entités polarisées, on rencontre des Sylphes et des Sylphides.  Ils proviennent du schème de Jupiter et s’apparentent aux Satyres.  Dans les récits populaires, on les confond avec les Anges.

Dans la Tradition cabalistique, il s’agit des Esprits de l’Air, des formes éthériques qui peuvent chevaucher les rayons du Soleil et prendre toutes les formes souhaitées, particulièrement celles de jeunes femmes et de jeunes hommes.  On leur reconnaît des forces magiques prodigieuses.

Pour compléter votre culture, on peut faire savoir que l’expression «élémental du corps» désigne un être invisible de la Nature qui opère discrètement sur le plan physique, à l’insu d’un être, collaborant avec l’ange gardien, sous l’autorité du Moi christique.  C’est l’ami et l’assistant invisible de chaque être humain, qui assure sa régénération constante, qui sert son âme sur les plans matériels, depuis le moment de sa première incarnation, pour veiller sur son corps physique.  Au voyant, il apparaît comme une entité d’environ un mètre, parfaitement ressemblant à la personne qu’il accompagne et sert.  Dans la spiritualité contemporaine, on identifie «Akasha» (Éther), «Ariès» et «Thor» (air), «Agni» (feu), «Neptune» et «Lunara» (eau), «Virgo» et «Pelleur» (terre) comme Directeurs des élémentaux.

© 2015 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.

 

A propos de l'auteur

4 Responses

  1. bertand

    c »est formidable ces connaissances ;j’avais appri dans une école de mystère mais j’aimerais savoir comment invoquer ces élémentaux afin de tavailler avec eux.Merci

    Répondre
  2. blue

    Bonjour,
    Je trouve ces connaissance fabuleuse mais comment les reconnaître extérieurement et comment les invoqués et dans quelle condition ils apparaissent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *