LE BUT: L’OBJECTIF OU L’IDÉAL QU’ON VISE À ATTEINDRE…

Plus un but est grand, amoureux, noble et élevé, plus il attire d’énergie à un être.  Il suffit de viser le but et de laisser l’Univers y conduire.

Un but, c’est une fin objective ou subjective, une intention concrète ou abstraite à manifester.  C’est un défi pour mieux se situer.  Mais, comme le disait Goethe, ce poète initié: «Ce n’est pas assez de faire des pas qui doivent un jour conduire au but, chaque pas doit être lui-même un but en même temps qu’il nous porte en avant.»  En effet, l’unité des mobiles et des efforts constitue le plus puissant moyen d’atteindre le but désiré.  Rien ne doit être laissé au hasard.  Mais le but doit être clair puisque seule une influence pénétrante peut abut-objectifgir toujours dans la même direction pour produire le résultat désiré.  Quant au but ultime ne s’atteint que par des buts intermédiaires, conçus de façon claire, nette et précise, classés selon les priorités.  Ce sont les buts qui motivent à l’action.  Nous devons donc nous fixer des buts si nous voulons échapper à l’arbitraire de la Vie et du conditionnement grégaire.  Nous évoluons en passant de la réalisation d’un but à celle d’un autre.  Voilà la seule façon d’apprendre et de progresser.

Le Maître, Janakanandâ affirmait: «Notre but ne peut pas être stable puisque les conditions de notre vie changent et que notre évolution nous apporte des perceptions nouvelles.  Elles nous font modifier le but que nous nous étions fixés dans le passé.»  C’est par son but qu’un être humain se motive à agir et qu’il peut échapper à l’arbitraire apparent de la vie et au conditionnement de la mentalité grégaire.  Car il évolue au gré des objectifs qu’il se fixe, passant de la réalisation d’un premier à un autre, jusqu’à son accomplissement complet.   Mais il faut veiller à se fixer des objectifs dans un esprit de souplesse puisqu’ils peuvent toujours changer en fonction des compréhensions nouvelles qu’on acquiert.  D’elle-même, l’Évolution ouvre des perspectives toujours nouvelles, d’où chacun doit savoir modifier son but au besoin.  Et il gagne à modifier son but en l’ajustant à la nouvelle lumière qu’il capte et à la nouvelle orientation qu’elle précise.   Ce qui satisfaisait hier peut toujours perdre son intérêt dans le présent, le but d’hier devenant suranné.  Qui ne sait respecter cette dynamique de la vie sombrera tôt ou tard dans l’ennui, le rassasiement, de désœuvrement.  Toute expérience sert de pont entre deux accomplissements: elle ne marque jamais le terme de la route.

Mais quel est le but de la Vie humaine? Les Textes sacrés répondent: «Connaître et servir amoureusement l’Eternel, notre Dieu.  Un Sage précise: L’âme de l’homme est identique à la Totalité.  L’homme est capable de parvenir, par des disciplines appropriées, à réaliser cette identité, et le but de toute vie est précisément de réaliser cette conscience de la Vérité profonde.»  Atteindre la perfection de son caractère, la purification de son être de tout élément et de toute condition qui limitent l’homme, le découragent, contribuent à maintenir le malheur dans le Monde et dans la vie, favoriser la fusion de son égo en Dieu, voilà le but de tout mystique! Sri Aurobindo l’exprime dans les termes suivants: «Être et être pleinement, tel est le but que la Nature poursuit en nous…et être pleinement, c’est être Tout ce qui est.»  Et comment atteindre le but?  Par le service amoureux.  Par son intuition et son illumination, l’adepte cherche à étendre son champ d’influence à l’intérieur vers la Source et à l’extérieur vers le Monde des ténèbres.  Il veille à donner sans effort, soit impersonnellement, dans le silence et le secret, de la Lumière aux autres, à stimuler et à vivifier toutes les vies avec lesquelles il entre en contact.  Il s’occupe de rayonner amoureusement la Lumière vers tout et tous.

Chacun gagne à définir son but en restant au service de son Être intérieur, en évoluant, en aidant les autres, en étant prêt à faire ce qui s’accorde avec sa plus haute vision.  Mais chacun vise un but propre.  Alors, on ne peut pas juger autrui sur ce qu’il fait.  Chacun accomplit un programme particulier afin de s’épanouir et de parvenir à un idéal.  À l’inverse, ce qui ralentit le plus l’évolution, c’est l’absence d’un but.  En naissant, chaque être arrive avec un but, une raison de venir sur la Terre, comme émissaire de Dieu, pour valider l’un ou l’autre de ses concepts.  Dans sa vie, ce but doit devenir sa priorité absolue.  Chaque expérience qu’il vit complète une phase antérieure pour en préparer une autre, même si ses diverses activités paraissent sans lien.  Nul ne doit juger de son but, ni des objectifs qui y mènent, à travers les schémas des autres ou de la société, surtout qu’ils cherchent toujours à dire ce qui est la meilleure chose à faire et comment le faire.  Certains sont nés pour accomplir de grandes tâches concrètes tandis que d’autres sont venus sur Terre uniquement pour développer des états d’être, comme la paix d’esprit ou l’amour rayonnant.  Pour assurer l’évolution des formes-pensées, certains explorent des domaines de l’intellect alors que d’autres se consacrent au monde des affaires pour concrétiser ces formes-pensées dans le monde.

                Tout but doit favoriser la Perfection spirituelle ou l’Union avec Dieu.  Il doit devenir un trait d’union dans toutes les couches de la conscience où la vie s’insinue.  Nul ne peut savoir où il va sans savoir ce qu’il veut et sans établir ses priorités à partir d’où il en est.  Nul ne peut se contenter de se fier à sa bonne mémoire, d’où il doit écrire ses objectifs.  Chacun gagne à planifier sa vie par écrit en se fixant des objectifs en regard de son but ultime.  À titre d’individu, chaque être doit faire ses choix à partir de lui-même pour avancer dans le mieux-être en progressant sans cesse à tous les niveaux.  Voilà pourquoi, dans l’établissement de ses objectifs,  tout commence par l’identification de ce qui manque à son mieux-être, dans l’immédiat, dans son temple de chair, ce qu’il faut ensuite proclamer comme un plein.  Bien qu’il convienne de réaliser les buts de libération avant ceux d’accomplissement, il faut commencer par proclamer ce qui comble ses besoins fondamentaux réels : qualité d’énergie, instruments, moyens et auxiliaires.  Mais tout cela doit être logique, raisonnable et applicable.  Ensuite, on doit choisir comme objectifs ce qui accroît sa conscience, soit son aptitude à exprimer une pensée plus illimités et un amour inconditionnel.  Voilà comment un être peut croître spirituellement.

Car le but véritable, c’est ce qui permet de manifester son Soi profond afin d’être en harmonie avec son âme et avec l’Univers, ce qui permet de mieux prendre conscience de sa Nature divine.  Le véritable but consiste à se lier parfaitement à sa Superconscience afin de puiser en elle les connaissances, les révélations et le pouvoir dont on a besoin.  Mais, puisqu’un but se définit par une motivation vers quelque fin, il faut bien comprendre ce qu’on entend par là.  Car Dieu ne vise aucun but particulier.  Ce qui se suffit à lui-même ne peut poursuivre aucun but.  La Vibration totale ne poursuit aucun but, se contentant d’être.  La Vie est un Grand Jeu amoureux et le Phénomène cosmique n’est orienté vers nulle fin.  De ce fait, à proprement parler, aucun être n’a de but à réaliser.  Dieu n’a qu’une volonté, ou mieux, une inclination, celle de révéler au grand jour Ce qui est déjà et de rendre partout évident la  trame de paix et d’harmonie sur laquelle tout repose et sur laquelle la Terre, avec ses créatures, doit prendre place.  Dans la Conscience du Créateur, il n’existe rien qui soit plus ou moins important, plus ou moins utile.  Rien n’est inférieur ou supérieur.  Alors, ce sont les êtres humains qui ont besoin de but pour élargir leur conscience, pour augmenter leurs satisfactions, pour s’approcher de leurs réalisations, pour compléter leur expression d’eux-mêmes.

D’autre part, nul ne parviendra à un but en suivant l’enseignement d’un guide, ce qui ne signifie pas que son enseignement ne puisse pas être utile, voire salutaire.  Toutefois, chacun doit découvrir que la voie, la vérité et la vie se logent dans son cœur.  Chaque être humain possède son état, son espace et ses caractéristiques propres.  Nul ne pourra découvrir ce qu’il veut en attendant une révélation divine, une vision mystique, la voix de Dieu, une certitude absolue.  Nul ne doit davantage s’attendre que les autres disent ce qu’il devrait faire ou ne pas faire.  Chacun doit se porter vers ce qui l’attire, le fait vibrer, l’inspire, vers ce qui touche son cœur, en se demandant si les efforts et l’engagement que cet objectif sous-tend en vaut la peine.  Autrement dit, chacun doit éviter de jongler trop longtemps avec les idées et de se poser trop de questions avant de décider du but à poursuivre.  Mais il atteindra son but en alliant la méthode, la patience et la persévérance.  C’est d’un but à un autre que se poursuit l’évolution personnelle.

Tout but, comme toute attente, est vain.  Il représente une projection de la conscience.  Or, il n’y a pas de but autre que l’Absolu, l’État au-delà de tout état.  Et la Voie pour y accéder, si Voie il y a, réside dans l’Amour, la simplicité, l’humilité, l’effacement de tout ce qui n’est pas l’Absolu, ce qui permet de ne plus s’identifier à quoi ni à qui que ce soit.  Au-dessus de ses conceptions, chaque être est son propre but, il est le but, car il est l’Ultime ou l’Absolu, chacun étant indissolublement uni au Tout.  Chacun est, de toute éternité, ce qu’il attend.  Il est l’Absolu qui résulte de la coïncidence ou de la résonance parfaite de l’être particulier avec la Source divine.

© 1993-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *