L’ATTENTE, PARFOIS UNE MANIÈRE DE PERDRE SON POUVOIR OU D’ÉVITER DE S’EN SERVIR…

Dans le présent contexte, l’attente réfère à l’espérance ou au souhait de voir un autre agir de la façon qu’on le désire.  Dans plusieurs traditions spirituelles, cet état dans lequel on se fait l’idée qu’un autre être se comportera d’une façon précise, pour être agréable ou pour rendre un dû, se manifestant sous la forme qu’on croit ou à laquelle on aspire, est considéré comme un relent d’égocentrisme, donc comme un attachement stérile et involutif.  À leur avis, une telle attitude, le besoin de résultat précis ou le désir de réciprocité, réduit la liberté personnelle et limite l’expression de l’amour, en plus dAttentese lancer dans l’escalade des exigences.  Une fois que les choses sont bien faites, la patience est de mise, mais l’attente qui amène à ne rien faire, à hésiter à passer à l’action, peut diminuer la joie d’expérimenter, de recourir à sa créativité personnelle.

Celui qui se sent plein de lui-même, parce qu’il a atteint la plénitude intérieure, n’a plus besoin de rien.  Ainsi, il récupère son libre arbitre du fait qu’il ne sent plus le besoin d’agir pour acquérir quoi que ce soit ou pour payer une dette à quelqu’un.  Il n’a plus qu’à être, sans avoir à rien faire d’autre, d’où il ne peut être jugé selon ce qu’il fait ou selon la façon qu’il le fait.  Ne pouvant être jugé, il ne peut pas davantage être condamné.  Parce qu’il ne peut être mesuré ni condamné, il peut s’ouvrir à l’amour gratuit, inconditionnel et impersonnel.  Pour lui, il n’y a plus de rang ni de hiérarchie.  L’homme ordinaire passe sa vie à chercher ce qu’il possède déjà pleinement en lui-même, mais il le cherche toujours à l’extérieur de lui, vivant dans le besoin et la frustration.  L’élu détient ce qu’il est et il sait être un rayon de l’Amour infini.

Mais il existe aussi, dans le vocabulaire de certains théoriciens, la «loi des Attentes».  Celle-ci laisse entendre que, puisque l’énergie suit la pensée et le ressenti, chaque être doué d’un mental attire à lui ce qu’il imagine, rien de plus.  Autrement dit, ce qu’un être croit ou espère du plus profond de son être a tendance à façonner sa réalité extérieure, car la pensée et le ressenti précèdent l’énergie.  Chacun attire ce qu’il imagine, mais jamais davantage ni par-delà.  Les attentent déterminent l’expérience de tout individu et elles l’aident à dépasser ses limites.  Ce à quoi il s’attend a tendance à se manifester dans sa vie parce qu’il libère en cela des forces subtiles qui servent de force d’attraction.

Voilà pourquoi un être ne peut jamais aller au-delà des limites qu’il suppose ou prétend exister, bien que le subconscient puisse modifier ces données à partir de ses expériences antérieures.  Ce qu’un être prend pour acquis, ce à quoi il s’attend ou ce en quoi il croit engendre son expérience individuelle et lui donne son contenu, sa couleur et ses contours.  De ce fait, s’il espère obtenir davantage, il doit apprendre à dépasser ses croyances profondes qui façonnent son expérience à son insu.  C’est la seule manière de changer son expérience de vie et de donner plus d’ampleur à sa réalité personnelle.

Ce sont les croyances et les convictions profondes qui modèlent l’expérience de chacun.  En cela, sa vie prend la réalité de ses attentes plus que de ses expériences.  Rien ne peut apparaître dans un univers sans passer d’abord sous la forme d’une pensée ou d’une image dans l’esprit d’un individu.  Les croyances superficielles ont peu d’impact dans une vie, mais les convictions profondément ancrées ont le pouvoir de diriger sa réalité.  Ces croyances mettent en branle des processus et des mécanismes subtils ou intérieurs qui influencent sa façon d’évoluer, d’agir, de sentir.  Elles influencent les choix qu’il fait, l’orientation qu’il prend, même les circonstances, les êtres et les choses qu’il attire sur son parcours, déterminant ainsi sa destinée.  Qui veut réussir ou progresser doit y croire, le ressentir, s’y attendre vraiment, sans l’ombre d’un doute.

Chacun détient ce pouvoir inné qui lui permet d’engendrer une existence à son image et à sa ressemblance.  Pour cette raison, la première étape du changement consiste à dépasser les croyances négatives ou limitées qui empêchent de réaliser ses désirs et de combler ses besoins.  Conformément à la loi de l’Esprit, il n’existe pas d’autre limite que celle de ses croyances et de ses convictions.

Pour transformer sa vie, il faut donc commencer par exposer ouvertement tous ses doutes et à les extraire jusqu’à la moindre radicelle en les dissolvant dans la lumière de sa conscience.  Le changement doit passer par un examen de ses vieilles convictions, le remplacement de ses doutes par des images nouvelles, le fondement de nouvelles croyances sur des intentions bien nettes.  En centrant son attention sur les solutions qu’on veut plutôt que sur les problèmes, on amène sa réalité à prendre de l’expansion.  Chacun renforce ce à quoi il destine son énergie.  Les attentes nouvelles amènent de nouveaux choix.  En créant une nouvelle vision de ce qu’on veut devenir, on force cette vision à se réaliser à coup sûr.

Évidemment, les attentes les plus nuisibles sont celles qui concernent les autres.  Le fait, de tempérer vos attentes à l’endroit des autres, ne peut que réduire considérablement une frustration destructrice et des souffrances inutiles, autant dans sa vie que dans son entourage ou ses relations. Cela porte à se recentrer sur les choses qui comptent vraiment, à exprimer son propre pouvoir.  Ainsi, notamment, chacun gagnerait à cesser d’attendre que tout le monde l’aime;  que tous soient toujours d’accord avec lui;  qu’il soit respecté plus qu’il ne se respecte lui-même;  que les gens soient ou se comportent comme il le veut ;  que les gens devinent ce qu’il pense sans devoir l’exprimer; que les gens soient toujours à leur meilleur ou lui accordent le meilleur.  Pour son propre bonheur, chacun doit également cesser de chercher à changer les gens

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

2 Responses

  1. Lise patenaude

    Bonjour,merci de me rafrechir la mémoire car à chaque fois que je fais ce que vous nous avez appris dans vos cours j’ai toujours de très bon résultat .J’espere que vous allez bien quand vous aurais le temps ça me ferais plaisir d’avoir de vos nouvelles.Soyez BENI

    Répondre
    • Bertrand Duhaime
      Bertrand Duhaime

      D’accord Lise, mais les attentes personnelles doivent plutôt s’exprimer par le courrier intérieur de «Facebook» ou par courrier électronique (visualix@hotmail.com). Ici, ne doivent apparaître que les appréciations, les commentaires ou les échanges relatifs aux articles. Merci de ta compréhension.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *