L’ATLANTIDE, UN MYTHE POUR L’HISTOIRE, MAIS UNE RÉALITÉ POUR LA SPIRITUALITÉ…

Mythe pour les uns, réalité pour les autres, l’Atlantide désigne un continent insulaire habité, selon les versions, par la troisième colonie galactique de la Terre ou par la quatrième race-mère, la race rouge, celle de l’Adam incarné.  En lien avec l’histoire des Pléiades, il serait apparu il y a 65 à 1,6 millions d’années.  Une source spirituelle précise qu’elle aurait été créée en 50 731 av. J.-C.  Dans la version la plus sûre, ce territoire de bonne taille, un peu plus grand que l’Australie actuelle, aurait surgi au milieu de l’Atlantique, symbolisant que la Terre, se matérialisant ou se densifiant, pouvait permettre à la race humaine de poser les pieds sur un sol ferme.  Il aurait émergé en même temps que la Lémurie s’enfonçait, en Atlantique nord, entre l’Amérique du nord, lAtlantide1’Amérique centrale (les Caraïbes), l’Europe de l’ouest et l’Afrique, entouré de neuf îles (une au nord, une à l’est, une au sud et six à l’ouest).  Par comparaison avec les Lémuriens, les Atlantes présentaient un rapport au monde dominé par le mental, donc déconnecté du cœur.

On raconte que, sur ce continent, s’élevait un riche empire, pourvu à profusion de plantes utiles, d’animaux et de métaux. Ne se contentant pas de ces richesses naturelles, les Atlantes étaient des commerçants et des navigateurs accomplis; ils avaient doté leur ville, éloignée de cinq milles de la mer, d’un port artificiel remarquable. En outre, ils étaient d’excellents architectes et de grands artistes qui avaient élevé des constructions où le blanc, le noir et le rouge se combinaient en dessins variés.  L’Atlantide peut être considérée comme le berceau de la civilisation.  On a cherché cette île fantastique dans le Matto Grosso, au Brésil, puis on l’a cherchée au Maroc, au Sahara, dans le Cyclades, dans le mer du Nord, en Sibérie et… en Belgique!  Mais des voyants Hindous rappellent qu’il a existé deux continents qui ont disparu dans des circonstances étranges et très rapidement : l’un dans l’Atlantique, l’Atlantide;  l’autre, dans le Pacifique, Mu.

C’est en cette contrée que l’espèce humaine aurait reçu la faculté mentale de la part des Seigneurs de la Flamme, en provenance de Vénus.  À la fin de son cycle, une période de ruse et de perversité se serait établie du fait que le mental naissant se serait difficilement allié à l’astral, d’où il se serait rempli de convoitise et d’esprit de domination.  Au cours de cette expérience, l’atmosphère de la planète commença à s’éclaircir, devenant moins humide.  Le corps vital de l’être humain put prendre sa place définitive, jouant un rôle distinct de celui du corps physique, pour l’animer.  Ainsi, l’homo sapiens aurait spécifié son œil simple de Cyclope et il l’aurait physiquement divisé en deux (œil solaire et œil lunaire), les plaçant à droite et à gauche de son visage, afin de voir plus clairement les choses avec leurs contours nets et définis, tandis que tout son véhicule se matérialisait de plus en plus.  Mais, du même coup, il perdait progressivement la faculté de percevoir les réalités intérieures.

Du reste, jusque là androgyne, la race humaine devint de moins en moins apte à produire seule des descendants dans le monde concret.  Elle dut chercher la collab
oration d’un être complémentaire, la femme.  Jusqu’alors, n’étant pas doué de la conscience objective, de la faculté d’effectuer un retour volontaire sur ses actes, pouAtlantider les comprendre et les analyser, elle ignorait tout de sa naissance et de sa mort et il ne pouvait pas jouir.  Elle ne dirigeait pas davantage sa sexualité qui s’exprimait spontanément à l’approche de la saison automnale uniquement par impulsion naturelle.  Ainsi, la force créatrice ne rencontrait en elle nulle opposition, d’où l’enfantement se produisait dans l’agrément. L’Esprit ne prenait conscience de la chair en densification progressive qu’au moment du contact intime.  Alors, avec le temps, l’espèce humaine se densifia toujours plus, poussée par son corps de désir, et commença à manger des fruits matériels.

Pour avoir abusé de la force du cristal, ce continent explosa, par le jeu de l’air, et il s’engloutit.  Les êtres les plus évolués, qui avaient tenté d’imprimer dans la conscience du monde que Dieu est amour, furent sauvés.  Au  moment de sa destruction, suite à de nombreuses manipulations génétiques malveillantes, la conscience de l’espèce fut fortement limitée.  À ce moment, ce continent aurait compris dix villes principales, étalées selon des vortex énergétiques à partir d’Udal, épousant la forme de l’Arbre de vie des Séphires de la Tradition juive.  Selon les avis, ce continent aurait sombré sous les eaux en une seule nuit, il y a de 12 000 à 37 000 ans.

Il y aurait tant à dire, à propos de l’Atlantide, puisque l’humanité vit encore les séquelles de sa chute.  Mais on peut trouver facilement des renseignements supplémentaires sur la Toile mondiale, qu’on peut compléter par la lecture de channels lumineux, qui en parlent souvent.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *