L’AMOUR DE DIEU, SOURCE DE LA VIE, LE LIANT DE TOUS LES AUTRES ASPECTS DE L’AMOUR…

Dieu doit être l’Alpha et l’Oméga de la quête amoureuse de tout être humain, à titre de Cause suprême de la Création cosmique.  Pourtant, celui qui dit aimer Dieu, sans le connaître, pour l’avoir éprouvé en lui, exprime un vœu pieux et une déférence superstitieuse, s’il ne ment pas vraiment.  En effet, il révèle, dans son affirmation, la simple présomption qui résulte de son admission, parce qu’on le lui a dit, que, si Dieu existe, en tant qu’Être suprême, omnipotent, il ne peut être qu’éminemment admirable et aimable, mais qu’il peut également être redoutable, d’où il a intérêt à l’aimer et à le révérer.  Car on ne peut vraiment aimer, au sens propre du terme, que ce qu’on connaît profondément et qu’on sait, par son expérience personnelle, digne d’amour.

Le concept le plus élevé que l’être humain puisse avoir de Dieu, l’Être absolu, c’est qu’il est Amour, autant dans son Essence (son Image) que dans sa Nature (sa Ressemblance).  Mais, en général, il éprouve de la difficulté à évaluer la portée de cette réalité, du fait qu’il ne parvient pas à saisir la dynamique des manifestations de la Nature, apparemment cruelle et impitoyable dans bien des circonstances.  Aussi est-il plus porté à redouter Dieu qu’à l’aimer, à lui conférer des attributs réducteurs, comme la partialité, la subjectivité et l’arbitraire, et à lui rendre un culte primitif, mais comAmour divinplexe, d’adoration.  Cette incompréhension, amplifiée par l’ignorance des ministres religieux, qui interprétaient les Textes sacrés à la lettre, plutôt qu’en Esprit, oubliant de les situer dans le contexte de l’époque où ils avaient été écrits, à conduit l’être humain, globalement, à se réfugier diversement dans la dévotion bigote, l’indifférence religieuse,
l’agnosticisme, le scepticisme ou l’athéisme.

Au plus profond d’eux, peu d’êtres humains nient vraiment l’existence de Dieu, ce qui n’est souvent qu’une frime pour exprimer son dépit de ce qui en est dit ou pour retarder l’échéance de se conformer à ses préceptes.  On en trouve la preuve dans le fait que, dans sa jeunesse, tout être humain conteste, à divers degrés, la foi des ses aînés, mais que, plus il se rapproche du terme de sa vie, plus il s’ouvre à une forme quelconque de croyance, renouant souvent in extremis avec la religion de son enfance, si son sens spirituel n’a pas évolué avec ses autres dimensions.  Mais il y en a qui croient que, en dehors des religions, dans lesquelles ils ne croient plus, il ne peut y avoir de spiritualité vivante, ce qui, au contraire, devient une Voie de découverte libre et un principe d’Illumination.

Quant à ceux qui  vénèrent Dieu tout au long de leur vie, ils lui prêtent longtemps des visées impérieuses et des attitudes de béate complaisance, le considérant comme le Maître lointain et distant de l’Univers, peut-être soucieux du bien collectif et du bien personnel, ce dont ils ne sont pas très sûrs, dans leur compréhension infantile et subjective.  Aussi, l’aiment-ils davantage parce qu’il est le Créateur qui leur permet d’exister, mais peut les condamner et les damner, comme leur accorder sa grâce, et qu’il leur commande de l’aimer, d’aimer toutes les créatures et toutes les manifestations de la Vie.  Aussi comptent-ils plus sur son Amour paradoxal, sur sa Clémence providentielle et sur son Salut par procuration, que sur la Causalité éthique, le Principe cosmique qui fonde la Justice immanente et la Responsabilité universelle.  Les Messagers divins, qui semble-t-il, ont parlé avec autorité, ont demandé d’aimer Dieu de toutes ses forces, de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit, de tout son être.  Ils ont dit qu’à travers toutes ses façons d’aimer et tous ses objets d’amour, il l’invitait à l’aimer, à s’aimer lui-même, à aimer les autres, jusqu’à ses ennemis, sans préférence, sans favoritisme, sans attente, sans jugement et sans condition, sim
plement pour lui faire plaisir, et qu’ainsi, ils obtiendraient le Salut.

Et ils avaient raison, jusqu’à un certain point, puisque l’expérience personnelle démontre, bien qu’on ne puisse la démontrer aux autres, qu’un être ne peut contenir l’amour de Dieu, soit la reconnaître et l’intégrer, à titre de co-créateur libre, que dans la mesure et de la manière qu’il comprend Dieu, accueille son amour et le lui retourne directement et à travers ses créatures.  Dieu révèle son amour à celui qui sait l’aimer de façon libre et inconditionnelle, lui gardant son statut d’Être suprême, au lieu de le rabaisser à sa mesure, ce qui explique l’amour limité qu’il reçoit en lui et perçoit autour de lui.

Il faut savoir que, suite à la Révolte des Anges et de l’Homme, Dieu a déserté la planète Terre pendant des millénaires, abandonnant la Gouverne de ce schème à ses faux-dieux, des Maîtres de bon vouloir, parés de bonnes intentions, mais orgueilleux, impérieux, zélés, obstinés, sévères et austères.  Ceux-ci ont établi la loi arbitraire du Karma, qu’ils régissaient en accord avec les notions de Ciel, de Purgatoire et d’Enfer, ces états qu’ils avaient artificiellement créés, conformément à la dynamique de la Roue des Existences qu’ils avaient mise en branle, un Grand Système de Rétribution qu’ils avaient inventé, pour régir la multitude à la nuque raide, mais qui a peu à peu emprisonné l’Humanité dans un Cloaque de négativité.

Dieu a laissé à l’Humanité tout le temps qu’elle a demandé pour vérifier les marges extrêmes de son libre arbitre et pour comprendre, dans la douleur et la souffrance, son erreur de l’avoir rejeté, afin qu’elle se détermine à ne plus jamais répéter son péché contre l’Esprit, mais sans la moindre intention de la punir.  Sauf qu’elle a été sevrée de son amour fort longtemps, ce qui l’a amenée à s’en donner une idée fort déficiente.  Il y a très peu d’années, après des appels sincères, puissants et répétés en provenance de la Terre, qui voulait retrouver sa Lumière originelle, Dieu s’est enfin laissé infléchir, dans son Amour rempli de compassion, et il s’est rapproché d’elle, reprenant la Gouverne entière de son destin, écartant en quelque sorte la Hiérarchie qui la gouvernait, sans l’annuler, par respect pour le beau travail qu’elle a tout de même réussi à accomplir.  Voilà ce qui explique l’ancienne dynamique évolutive fort périlleuse que la Terre et l’Humanité ont connue, pendant des éons de temps, qui a amené les êtres humains à se former une idée si réduite de l’Amour de Dieu.  Mais, désormais, Dieu régit lui-même la planète Terre, selon ses voies insondables et ses méandres amoureux, pour compléter son processus d’Ascension qui la ramène à lui.  En 1984, il a aboli tous les karmas antérieurs de la Terre et il en a complètement purifié l’atmosphère, les années suivantes, ce qui explique les phénomènes bizarres et incompréhensibles, des plus inquiétants aux plus réconfortants, qui se produisent actuellement.

Sous peu, l’Humanité comprendra l’ampleur et la splendeur de l’Amour de Dieu, comprenant mieux ce que signifie que tout amour ne doit s’adresser qu’à lui, à travers tous les êtres de la Création, le seul moyen de ne jamais centrer son amour sur une partie de l’ensemble, ce qui entretient le sens de la division, la cause précise de son antique égarement et de tous les maux qui en ont résulté.  Ainsi, les êtres humains n’hésiteront plus à admettre son Autorité souveraine, tellement elle s’exerce dans la douceur ferme, mais dans la joie et le respect.  Les Maîtres antiques disaient avec raison à l’homme : «Que Dieu soit le seul Adoré dans ta vie, le Bien-aimé unique.  Lui seul peut sublimer et transfigurer ton être en dissolvant tes voiles.»  Le temps est venu d’établir ce genre de relation avec Dieu, dans la dynamique du Triangle, de rétablir avec lui son Alliance, que lui n’a jamais rompue, au-delà des apparences.

Dieu invite ses Fils et ses Filles à se rapprocher de lui, car lui s’est rapproché d’eux, devenant plus intime à eux qu’eux-mêmes.  Il ne demande rien de moins que de lui révéler la Splendeur et la Gloire de son Visage amoureux, qui est également le leur.  Aussi demande-t-il présentement qu’on détruise les idoles hideuses qui le représentent, partout sur la Terre, particulièrement dans les temples et les monuments érigés en son honneur.  Il demande également d’oublier la notion d’Autorité qui le recouvre dans les Textes sacrés et engendrent des distances, dans les expressions comme Père divin ou Mère céleste ou, plus brièvement, dans l’expression Père-Mère.  Ces notions peuvent encore servir pour faire comprendre les Principes primordiaux de la Polarisation originelle de l’Émanation, mais elles ne doivent plus servir dans les relations intimes qu’on veut établir avec Dieu.

Dieu ne veut plus être perçu comme un Créateur silencieux, esseulé, lointain et distant, impénétrable et impassible.  Il demande que l’être humain écarte toutes les notions de transcendance qu’il n’est pas capable de s’appliquer à lui-même à titre de Dieu-Homme, d’Homme universel ou de Fils de Dieu ou qui ne contribue qu’à compliquer la notion qu’il a de lui.  Il veut qu’il sache qu’il n’est rien d’autre que la Source de l’Amour infini, parce qu’il est tout cela, la Source divine, remplie de compassion, toujours impassible et imperturbable, donc ni courroucée ni facile à vexer, qu’il faut désormais appeler l’Ami des amis.  Voilà la seule manière de concevoir l’intimité que Dieu offre présentement à l’Humanité, en tant que Chef de la Famille cosmique.

Dieu a fait un Édit universel de cette appellation d’Ami des amis, qui le rétablit dans sa Réalité divine unique, à titre de Source d’Amour qui émet tout et recueille tout dans le Tout unique.  Dieu a repris les Rennes du Pouvoir terrestre et il guide sûrement le Destin de l’Humanité.  Depuis la promulgation de son Édit de Complaisance à ses Fils et Filles bieamour de Dieun-aimés, il assure que plus personne n’a désormais à se demander quoi faire, comment être, où aller, quand agir, pourquoi agir.  Car, à leur demande, il fournira instantanément une réponse à leur question, une solution à leur problème, une résolution à leur dilemme, s’ils savent observer, pour découvrir, dans la synchronicité des événements du quotidien, où les trouver.  Dieu demande à chacun de se concentrer sur l’instant présent, oublieux du passé et du futur, pour échapper à la trajectoire linéaire du temps et de l’espace, qui l’empêche de percevoir la synthèse multidimensionnelle qui s’opère présentement à son insu.  Il lui demande de plutôt concentrer son attention sur son cœur, dans l’immédiat, pour saisir les énergies en provenance de la Bethléem céleste, par le Réseau réticulaire d’Excelsius, et qui l’entraîne présentement dans le Paradis terrestre, en le délivrant de la densité de la Terre antique.

Dieu s’offre présentement à écarter, pour chacun, les défis et les difficultés, afin de tout transformer, de son vécu, en simple expérience d’ouverture de conscience, de manière à accélérer l’avènement du Nouvel Age de Diamant, par la dissolution des derniers obstacles.  Il apporte présentement son aide discrète pour aider chacun à se souvenir de ses lointaines origines dans Shamballah ou Shangri-la, pour qu’il puisse mettre ce pouvoir latent en pratique.  Il assure que personne, désormais, ne pourra se sentir seul, isolé ou oubli, séparé de lui, car il achève de dissoudre le dernier voile ténu de l’Illusion ou de Maya.  Il est en train de redonner chaque être humain à lui-même dans sa sphère de conscience de Fils de Dieu, désireux de sauver tous ses enfants.  Il s’agit d’un accomplissement dans l’amour de l’Amour, l’Énergie primordiale du Cosmos, qui fait de la Terre le Prototype idéal universel des mondes denses en évolution.

Dieu offre désormais à chaque être un partenariat amoureux d’égalité dans l’exercice de sa co-créativité.  Il a aboli la sueur de bras et la sueur de front, établissant l’Ère de Grâce, éliminant toute velléité d’effort pour atteindre son bonheur, proclamant que toute réalisation peut désormais se produire dans la douceur, la facilité et la rapidité.

© 1981-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

 

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *