L’ABSOLU, LA RÉALITÉ SUPRÊME QUE RIEN NE DÉPASSE NI NE SURPASSE, LA SOURCE DE TOUT…

L’Absolu désigne l’État au-delà de tout état.  Il s’agit de la Totalité qui comprend tout, au-delà du Père-Mère et même de la Source suprême, car il ne peut comprendre le moindre manque.  Il est Ce qui existe hors de toute condition et de toute dimension, Ce qui est fusion des dimensions dans la Source unique, l’Intime, et toutes ses manifestations, Ce qui est  Tout et contient Tout.  Il s’agit donc d’un état de Totalité indivisible, Source de la multiplicité apparente.  L’absolu signifie «sans limitation», «qabsoluui porte en soi-même sa propre justification», «réalisation de la Vérité au-delà de toute appréhension intellectuelle».  L’Absolu renvoie à la disparition totale de toute conscience, amenant à s’établir dans le Tout, où il n’existe plus aucun repère, ni de densité, ni de conscience, ni de localisation au sein d’un espace ou d’un corps, et encore moins, au sein d’un temps. Il ne s’agit pas d’une annihilation mais bien de la révélation de la Réalité ultime jusque dans la forme physique.  L’Absolu ne renvoie pas au néant ni à la perte de ce que l’être humain appellerait l’individualité, mais bien à la fusion de l’individualité dans le Tout, mieux dit, au Tout Un et indivisible.

Comme simple épithète, le mot «absolu» réfère à ce qui existe par soi sans dépendance et qui a sa propre raison d’être, ce qui est sans limite et sans condition, ce qui est indépendant de l’espace et du temps, donc ce qui n’est pas relatif, ce qui n’est pas né, ce qui ne change pas, ce qui est invariable, ce qui est silencieux, ce qui n’est pas divisible ni divisé, ce qui est sans relation.  Par relatif, il faut entendre ce qui change, ce qui ne dure pas, ce qui dépend d’une action, d’une circonstance, d’une autre réalité.  L’absolu ne peut pas être connu, ce qui n’empêche pas qu’il s’agisse de ce que sont tous les êtres, puisque l’absolu implique qu’il contient tout ce qui est.

Ainsi, avec une majuscule, l’Absolu désigne Dieu, l’Ultime, en tant qu’Être qui renferme tout, le seul Être qui ne suppose rien d’autre avant lui et ne se rapporte à rien d’autre, qui tient en lui sa propre justification (sa raison d’être) et qui est dépourvu de limitations, de restrictions et de conditions.  C’est la Première Cause et la Cause unique, l’Être d’où vient toute la réalité.   Nul ne peut en faire l’expérience, même si c’est ce qu’il est.  Il est ce qui est ultime et définitif dans l’Éternité et l’Inconnu, mais définitif dans le sens où il est très exactement ce qui soutient et permet toute expérience, toute vie, ici comme ailleurs parce qu’il sous-tend et permet même l’in-création, soutenant toute conscience et toute non conscience.  Il est le Moteur non mu qui meut tout, le Tout de Tout, l’Alpha et l’Omega sans rien entre les deux.  Il est la Conscience cosmique parfaite et complète qui embrasse chaque loi et qui œuvre dans l’harmonie constructive.  Il est la Force parfaite et infinie qui sous-tend toutes les manifestations de l’Univers, mais il existe détaché des autres formes d’existence et indépendamment de tout rapport avec autre chose.  C’est l’Être-Un en tant qu’Être total, irréductible au relatif et au contingent.

Pour l’être évoluant, l’Absolu désigne le Royaume éternel dans lequel le Tout est fusionné dans le Tout, le but et l’idéal de sa quête.  Cet état ne s’obtient que dans l’expression de l’Amour parfait puisqu’il en est la force de cohésion.  Ce niveau d’être montre à l’Humanité ce qu’elle est réellement, un immense canevas de causes à effets, où chaque petit geste de l’un se reflète dans la vie de l’autre.  Il aide à comprendre tout ce qui existe dans le Monde, au niveau multidimensionnel, sans limitation dans l’espace et le temps.  Voilà pourquoi l’Absolu désigne, en Alchimie, la pierre philosophale marquée du signe du Soleil.  Elle est pure puisqu’elle est formée des rayons concentrés du Soleil, l’Image de Dieu.  Dans la «Cabale», c’est «Ensoph»Ain-Soph») ou «Ayin».  Dans l’Hindouisme, c’est Brahmâ.

***

Voilà comment l’expression l’Absolu métaphysique désigne cet Être en tant que Principe éternel, infini, inconnaissable, inconditionné, qui ne s’exprime que par le silence, bien qu’il engendre la Trinité.  Et la Voie de l’Absolu désigne le Suprême Grand Œuvre, la fusion progressive dans la Totalité, la Source unique.

© 1997-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *