SAVOIR S’IMPOSER UN MINIMUM DE DISCIPLINE

Napoleon Hill a suggéré : «La discipline porte en elle le potentiel de créer des miracles à venir.»  Le Grec Eschyle avait dit avant lui: «La discipline est la mère du succès.»

Avez-vous déjà pensé que la majorité des échecs qui mènent à une vie terne, morne, monotone, ennuyeuse, proviennent de la hâte et d’un manque de discipline?  La discipline est gage de liberté parce qu’elle amène discipline-imagesun être à vivre le plus sûrement ce à quoi il aspire.  C’est autant la clé du succès que de la réalisation.

Le mot «discipline» en rebute plusieurs, moi le premier, mais je dois avouer sans prétention que, sans elle je n’aurais jamais atteint l’expansion de conscience que je détiens présentement. L’être humain peut devenir rapidement une victime de la «discipline», parce que ses griffes le prennent dès sa plus tendre enfance, dès son plus jeune âge.  La discipline, c’est d’abord l’affaire des parents.  Ne représente-t-elle pas l’ensemble des mesures qu’ils prennent pour apprendre à leur ou à leurs enfants ce qui convient et ce qui disconvient dans un milieu particulier?  Dans ce contexte, elle sert à protéger, à former ceux-ci, mais aussi à leur enseigner comment bien se comporter. La discipline consiste à fixer des règles essentielles et réalistes et des limites dans le but de protéger l’enfant; de l’aider à développer la maîtrise de lui-même et d’apprendre le respect des autres.

Mais c’est à l’école qu’elle commence à peser sur ses frêles épaules, et son poids augmente avec les années.  Il est évident que l’enfant a besoin d’être guidé, conduit, orienté, parce qu’il est un petit animal sans éducation qui a besoin de se faire enseigner certaines règles pour parfois réfréner ses instincts naturels, notamment son penchant à l’indolence ou au moindre effort. Toutefois, il apparaît pas que la discipline ne peut atteindre le but qu’elle poursuit, c’est-à-dire, donner à un jeune être, qui sera plus tard un adulte responsable, des règles et un enseignement lui permettant d’acquérir de l’ordre et de la méthode, des qualités indispensables à la bonne harmonie des sociétés.

Même dans l’ordre de la spiritualité, nul ne peut développer des facultés psychiques et ouvrir sa conscience au gré de ses impulsions de chaque moment, car il passerait son temps à faire autre chose que ce qui y concourt.  Alors, cela devient plutôt une question de s’imposer une discipline, dans la juste mesure, le temps de développer un engramme de service, pour éviter que la personnalité, plutôt laxiste, n’entraîne dans n’importe quel sentier et n’amène à s’illusionner sur son degré d’évolution.

Pour beaucoup, la discipline évoque d’abord l’ordre martial qui, dans les armées, engendre des robots humains capables de tuer certains de leurs semblables, en venant à obéir mécaniquement à des ordres parvenues de haut lieu, quitte à vivre des traumatismes importants au retour du combat ou des missions.  Un certain J. Chasoff a proposé :  «La discipline fait la force des armées et, à l’armée, discipline est synonyme d’obéissance, de soumission, de respect aux ordres du chef, quels que soient ces ordres et quelles qu’en soient les conséquences.  discipline0On a dit sur l’armée tout ce qui pouvait en être dit et si ce n’était que l’on connaisse son rôle, sa discipline nous paraîtrait comique.  Notre Molière moderne, Georges Courteline, l’a ridiculisée avec un rare talent, en a souligné les travers, les mesquineries, les petitesses, et l’a marquée au fer rouge de l’ironie.  Mais l’ironie n’a tué ni l’armée ni la discipline. C’est que l’armée est la force sur laquelle se repose le capitalisme, et c’est pourquoi elle exige pour tous ceux qui forment ses cadres, qu’ils abandonnent toute personnalité pour devenir des automates animés par un cerveau extérieur, dont les ordres sont infaillibles et indiscutables. 

Malheur à celui qui ayant franchi les murs de la caserne, se permet encore d’être un homme! Avec le costume civil qu’il quitte, il doit se dépouiller de tout ce qu’il sait, de tout ce qu’il connaît, de tout ce qu’il a appris à l’expérience de la vie. Il doit faire le vide en son crâne comme en son cœur, il ne doit plus être lui-même, mais la millionième partie d’un tout, d’un corps immense, d’un corps sans âme, sans idée, sans pensée, qui tourne à droite ou à gauche, lorsqu’on le lui dit, qui mange et qui boit, non pas lorsqu’il a faim ou soif, mais lorsqu’on le lui permet, qui dort lorsqu’un autre le veut bien ; un corps qui n’est qu’un objet semblable au jouet mécanique que l’on donne à un enfant.  Ainsi le veut la discipline militaire, pour que le soldat exécute sans protester les actes criminels qu’il est appelé à accomplir.  Et si, malgré le costume militaire, le cœur continue à battre et le cerveau à penser, alors, la sanction est là, menaçante, et s’abat terriblement sur la victime.»

N’empêche que nul être humain, en raison de l’instabilité de ses pensées, des fantaisies de ses désirs et des caprices de sa sensualité, ne parviendrait à s’épanouir et à se maîtriser sans s’imposer un minimum de discipline, en commençant par se façonner une façon juste de penser, puisqu’elle met le ressenti en mouvement, et détermine par là son destin agréable ou désagréable.  Chacun doit se rappeler que ses pensées sont des effets dont il est la cause, ne serait-ce que parce que, s’il ne les distille pas, au moins, il les attire par son taux vibratoire.  Or l’attraction des pensées, des réalités qui préexistent dans l’Éther cosmique, reste de son pouvoir et relève de sa responsabilité.  Nul ne peut les diriger autrement que par l’imposition d’Une discipline préparant la maîtrise personnelle.

La discipline consiste à vivre dans l’ordre et à s’imposer une méthode d’intervention.  L’être discipliné, c’est celui qui sait organiser sa vie au lieu de tout laisser aller au gré des pulsions, car, à ce moment, le juste retour devient redoutable.  De là, il importe de mettre de l’ordre dans ses pensées et de surveiller son agir.  Et, pour intervenir ou œuvrer dans l’ordre, il faut au préalable se fixer un but clair, net et précis et en prévoir la meilleure voie d’accomplissement.  En outre, il faut se développer une ferme volonté, appuyée sur un agir tenace, donc patient et persévérant, pour y arriver.

Pour l’être incarné, la discipline représente le meilleur moyen de vivre en paix avec soi-même parce qu’il peut alors largement prévoir ce qu’il s’attire pour l’avenir.  En cela, il s’agit de laisser le Centre divin, qu’on peut appeler l’Esprit, guider son intellect afin qu’il harmonise les émotions et dompte, pour ainsi dire, les passions.  Car ces facteurs déstabilisants, d’excellents saboteurs d’une existence, proviennent d’un intellect qui veut rester seul à la barre et qui en vient rapidement à se laisser dérégdisciplineler et dominer par les sens et l’ego.  Puisqu’il est l’artisan de sa vie et le salut de sa conscience, chaque être humain doit agir en maître et en directeur dans son univers, sans quoi c’est la débandade et la déroute qui s’annoncent.

Celui qui décide de suivre une voie, chacun gagne, au début, à se forcer afin de réussir à changer ses habitudes.  Puis, quand il se sent en harmonie avec ses nouveaux comportements, avec cette inclination qui lui parle du plus profond du cœur, il peut se détendre et s’abandonner, vivre simplement.  Car, dans le présente contexte, il faut entendre le mot «discipline», non au sens harassant et ringard, des études au collège, mais au sens d’un engagement à un Idéal qui amène à prendre, à sa manière, à son rythme, selon sa compréhension, tous les moyens licites et légitimes pour le réaliser, en commençant par en faire une priorité de vie.  La discipline ne tient que le temps de se former des habitudes saines et efficaces et d’imprimer des engrammes adéquats et pertinents afin de se faciliter la vie dans ses choix conscients.

© 2014-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *