LA CONCENTRATION, UNE DES CLEFS DU SUCCÈS DANS TOUS LES DOMAINES…

Beaucoup  de gens échouent dans leurs démarches de créativité parce qu’ils  ne parviennent pas à se concentrer correctement.  Cela n’a rien pour surprendre si on se rappelle que, dans sa phase de formation scolaire, les maîtres proposaient la concentration comme un effort intense d’attention ou de réflexion.  Or, quand on force pour obtenir un résultat, celui-ci ne peut que ne pas se produire, du fait que le processus se déroule dans la tension.  Là où intervient la tension, il se produit un blocage qui réduit le flot d’énergie et limite le pouvoir créateur.  En outre, pour bien se concentrer, il faut concentrationpréparer un climat propice.

Voilà pourquoi il faut redéfinir la concentration comme l’action de faire converger ses énergies, sans effort, sur un point unique.  Autrement dit, elle consiste à fixer son attention sur un seul sujet, à l’exclusion de tout autre .  Cela implique de rassembler toutes ses pensées, ses sentiments, ses forces de motivation, afin de le diriger vers un seul point fixe et, mieux dit, ce qu’on est en train de faire.  Car, loin de ce qu’il croit, l’être humain ne peut faire qu’une seule chose à la fois.  C’est la vitesse à laquelle il peut mentalement passer d’un point à un autre quilui fait penser le contraire.  Mais, en augmentant les points d’attention, on parvient à mesurer la croissance de la dispersion qui aboutit à l’inefficacité.  Ainsi, dans la concentration bien comprise, le point fixe choisi devient le point central de l’intérêt, le but ou le point de mire de la conscience du sujet qui s’adonne à cet exercice.

En réalité, se concentrer consiste à diriger, à n’importe quel moment, les forces de l’esprit, ce qui rassemble celles de tout l’être, sur un objet donné, excluant, du coup, tous les autres objectifs, toutes les autres aspirations, toutes les autres préoccupations, soit en les dirigeant vers le même but ou le même idéal.  C’est la seule manière d’obtenir la force concentrée qui, avec le temps, peut préparer la maîtrise de la création presque instantanée.  Car, aux dires des Maîtres spirituels, avec de la pratique, dans le monde de la densité, un être peut parvenir à créer toutes ses réalités en 34 secondes de concentration absolue, donc exclusive, sur une image précise.

Du reste, si on se réfère aux miracles de Jésus, c’est le délai que la majorité des scribes qui les ont rapportés identifient par les expressions «il entra en lui-même, puis…», «il s’intériorisa…», «il fit silence…», «il leva les yeux au ciel…», lorsqu’ils rapportent ses interventions spectaculaires.  En cela, la concentration permet de réaliser l’unité intérieure.  De ce fait, elle ne consiste pas à s’immobiliser dans l’isolement pour ressasser une idée de manière fébrile et bornée.  Au contraire, elle représente le jeu vivant de toutes les forces d’un être, dans la détente complète, donc sans crispation ni tension, dans une direction donnée, portée par la volonté ferme d’atteindre le but, d’éviter de céder avant qu’il ne soit atteint.  Car la concentration réussit d’autant mieux qu’on porte foi dans la réussite de l’objectif que l’on poursuit et qu’on ne choisit pas les moyens de l’atteindre. concentration2

Il n’y a pas d’autre manière par laquelle un être puisse s’assurer que la réalité vers laquelle il dirige son attention devienne celle qui se manifestera dans sa vie et la dominera.  Même s’il entretient de grands désirs ou de nobles aspirations, celui qui ne parvient pas à fixer son attention sur un objet ou sur un état d’être précis, bien définis, visualisés de manière claire, nette, précise et vivante, bien ressentis, ne pourra rien introduire de nouveau dans sa vie.  Il vivra d’incertitude et d’attente vaine, s’exposant à sombrer dans le désespoir et à voguer à la dérive.  Sans la concentration, la volonté n’est d’aucune utilité.  D’ailleurs, la volonté ne détient aucun pouvoir en elle-même.  C’est la force d’un désir qui déclenche la motivation.  Et c’est le degré d’affect ou d’attrait qui attise le désir.

Cette dernière remarque laisse entendre qu’il n’existe pas vraiment de paresseux, comme on nous l’a fait croire si longtemps.  Celui qu’on appelle un paresseux ou un tire-au-flanc manque simplement d’intérêt ou de motivation pour ce qu’on lui propose.  Il ne se sent pas d’affinité avec ce qu’on lui présente ou de goût pour elle.  Du coup, c’est indiquer où il faut intervenir si on compte obtenir son adhésion et son concours.  La concentration est la faculté de maintenir son attention sur l’activité en cours sans se laissez distraire.  En plus d’améliorer le potentiel créatif, une meilleure concentration rend plus efficace dans la majorité de ses activités quotidiennes!

© 1999-2016, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *