LA COMMUNICATION DOIT ENRICHIR ET UNIR PLUTÔT QUE DIVISER…

La communication, qui peut être tangible ou uniquement subtile, doit préparer une fusion d’âme à âme, contribuer à ramener à l’Amour et à l’Unité.  Toute communication vise à se faire entendre, écouter, comprendre et répondre.  Deux êtres ne peuvent se comprendre que s’ils se rejoignent sur la même longueur d’onde, partagent dans la transparence et se polarisent convenablement.  Pendant que l’un émet correctement, l’autre doit recevoir tout aussi judicieusement.  Ainsi, celui qui émet doit le faire de façon claire, nette et précise, en ponctuant au besoin son message d’un support non verbal adéquat, tandis que l’autre écoute de façon active, évitant de formuler ses arguments de réplique mentalement pendant que l’autre parle.  Chacun doit parvenir à coconversation-discussionmmuniquer tout ce qu’il sait devoir communiquer sans se faire interrompre.  Hélas, la communication verbale, qui s’appuie sur le raisonnement logique, entraîne généralement les jeux d’influence et la confrontation.  Aussi convient-il souvent de préférer d’autres moyens plus subtils d’atteindre l’autre, comme la transmission ou la suggestion
télépathie menée en son absence, surtout pendant son sommeil.

L’expérience de la communication entre les vibrations s’opère toujours par la polarisation.  Il existe deux pôles dans l’être humain, un pôle magnétique et un pôle électrique, soit un pôle réceptif et un pôle émissif, un pôle visible et un pôle invisible.  Ces deux pôles communiquent par l’énergie subtile.  L’être humain absorbe l’énergie subtile par sa respiration, qui anime l’activité vitale du métabolisme sous toutes ses formes.  Quant à la force d’attraction qui la sous-tend, c’est l’amour.  En conséquence, toute communication doit se dérouler dans un climat amoureux et respectueux, alors que la majorité du temps elle s’exerce dans la domination.  Pour qu’une communication soit efficace, chaque pôle doit tenir sa place et n’intervenir qu’à son tour.  Quand l’émissif entre en action, le réceptif doit l’accueillir tant qu’il a besoin de rester émissif, malgré ses  pauses pour réfléchir ou pour produire un effet.  Et, dès que l’émissif s’est acquitté de son rôle, le réceptif peut entrer en action, mais jamais avant.  Toute personne porte en elle les deux pôles.  Deux interlocuteurs émissifs ne se comprendront jamais, du fait qu’ils s’éloignent, favorisant le choc des idées plus que la compréhension.  Au cours d’une conversation, il faut intervertir les rôles, selon les besoins de la situation, pour que la lumière jaillisse.  Entreprendre une conversation en comptant gagner son point ou river le nez à son adversaire, c’est se couper de la moitié de la vérité qui veut jaillir dans toute sa splendeur.  Il faut développer la même aptitude de réversibilité dans la communication intérieure.  Il faut savoir quand demander et quand se mettre en état de réceptivité pour recevoir.  On ne peut recevoir si le mental reste agité, continue son débat ou sa requête, après que la prière a été complétée.

À vrai dire, le Centre divin intime représente une extension de la Conscience cosmique.  La conscience personnelle est, en puissance, d’une suprême sagesse.  Mais pour que cette sagesse imprègne la conscience objective (concrète), elle doit d’abord s’ouvrir à la connaissance intuitive de la conscience subjective (abstraite).  Tous les êtres humains feront l’expérience de cette communication, entre le Moi cosmique, le subconscient, et la personnalité consciente, à la première initiation.  Et, alors, ils comprendront que, dans la communication, nul ne peut tromper ou frauder l’Esprit qui l’habite.  Alors, inutile de tenter de lui raconter des sornettes.  La communication vise à entrer en relation avec un autre être dans l’intention d’échanger avec lui ses idées: on désire livrer un message, révéler un fait, expliquer ses intentions, partager son intimité, exprimer son point de vue.  La communication implique donc forcément deux pôles, réversibles au besoin, pour que l’échange soit complet: un émetteur et un récepteur.  Mais il ne peut y avoir de communication entre deux êtres sans qu’un contacommunicationct psychologique s’établisse.  Ils doivent se parler, s’écouter, en un mot, parvenir à se comprendre, sans quoi tout abouti à un dialogue de sourds.  Puisque les mots ne peuvent tout dire, la communication laisse une bonne part à l’intuition et à l’apport non-verbal: gestes, mimiques, pauses, intonations, rythme respiratoire, postures, impositions, retraits, absences, lapsus, etc.  Le langage non-verbal complète la révélation de l’état d’esprit des interlocuteurs.  Il précise le degré de fluidité de l’échange.

On ne communique bien que lorsqu’on reste ouvert, de part et d’autre, et qu’on décide mutuellement de parvenir à s’entendre et à se comprendre.  Sinon, il s’agit d’un monologue, non d’un partage d’idées.  Et il y a de fortes chances que ce monologue vise à dominer l’autre par la confrontation.  On ne parvient à s’entendre et à se comprendre que dans la mesure où on saisit ce qui se dit au lieu de l’interpréter.  Il faut donc s’entendre sur le sens des mots et rester sur la même longueur d’ondes pour ne pas commettre, à un moment ou à un autre, l’erreur des astronautes.  En passant, la Loi de la Communication est régie par la Constellation du Capricorne, qui enseigne qu’on ne peut bien échanger verbalement que si on est rempli du sens de l’équité et de l’objectivité.

***

En spiritualité, on parle de la communication avec l’Esprit, qui s’effectue par la Présence Je Suis, le Partenaire divin, par le biais du treillis cosmique qui répartit l’énergie de l’Univers.

© 2009-2016,  Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

2 Responses

  1. Lise patenaude

    Merci pour cet enseignement que je mets en pratique .Aussi je voulais vous demander s’il y a des choses que j’écris et qui pour vous sont irrespectueuse j’aimerais le savoir pour corriger ma façon de communiquer avec vous.Soyez BÉNIS.

    Répondre
    • Bertrand Duhaime

      Tu peux dormir en paix, la mise en garde récente qui te fait réagir ne concerne pas les anciens étudiants, surtout ceux de longue date, car, s’ils avaient fait quelque chose de nature à me déplaire, ils auraient déjà été mis au fait individuellement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *