DIEU, COMMENT FAUT-IL COMPRENDRE L’ÉTAT D’ANDROGYNIE?

 

Note : Il s’agit d’une question posée, il y a un bon moment, par un internaute.  Jusqu’à ce jour, la réponse ne venait pas.  Mais voilà que, se précisant, elle prend enfin une forme mentale acceptable, plutôt inspirante.

L’Androgynie ne désigne nullement un état masculin ou féminin, il désigne un état d’équilibre, de neutralité, d’harmonie parfaite.  Il symbolise à la fois l’état d’un être non encore manifesté, dans lequel les polarités sont toujours fusionnées au sein de l’Unité et celui d’un être manifesté qui a réalisé sa réintégration et a rejoint l’Unité primordiale.  Autrement dit, l’Androgyne apparaît à l’Alpha (à l’Émission cosmique, au Commencement des commencements) et à l’Oméga (à la Réintégration cosmique, à la Fin des fins).  L’Androgynie exprime la bipolarité de la Réalité, une fusion harmonieuse des contraires, jamais opposés, mais toujours compatibles et complémentaires, au-delà des apparences.  Dans la perspective de l’Évolution, il évoque soit que la séparation n’a pas encore eu lieu (Unité principielle) ou qu’elle a pris fin (redécouverte de la vertu première d’innocence ou Âge d’or reconquis).  Il symbolise la plénitude de l’Unité fondamentale, qui fusionne en équilibre les opposés apparents, telle qu’on la rencontre dans l’Alpha, en potentialité, ou dans l’Omega, en réalité, dans leur intégration finale.

En fait, l’Androgyne apparaît au commencement comme à la fin des temps, donc au début comme à la fin d’un Cycle évolutif complet.  C’est un signe de totalité qui résume ou abroge la séparation des sexes.  Il explique que chaque être humain naît à la fois mâle et femelle dans son corps, dans ses aspects subtils et dans son Prinandrogyniecipe spirituel.  De ce fait, sa spécificité et son orientation sexuelle ne révèlent, dans ce monde que d’une nécessité de différencier, à divers degrés, les sexes, afin de mener une expérience particulière.

En réalité, l’Androgynie désigne l’état initial d’un être, cet état qu’il doit reconnaître, au terme de l’expérience évolutive, par la conciliation des contraires que vos Sages aiment appeler la Réalisation de l’Unité première.  Pour le commun des mortels, l’Androgyne illustre l’innocence à reconquérir dans l’Âge d’or à reconquérir, puisque l’innocence (l’esprit d’enfance) est la vertu première que vous devez retrouver si vous comptez vous accomplir.  Devenir un par la fusion dans la Source que Je Suis représente le but de toute vie humaine.  C’est l’une des caractéristiques de la Perfection spirituelle.  Ainsi, le pôle solaire, électrique, actif, émissif, pénétrant et le pôle lunaire, magnétique, passif, captatif, accueillant, ne désignent que des aspects d’une multiplicité d’opposés appelés à s’interpénétrer de nouveau pour se perdre dans mon Unité.  Toute opposition apparente est appelée à s’abolir par l’union du céleste (subtil) et du terrestre (matériel).  L’être humain doit réaliser cette œuvre puisque sa puissance doit s’exercer sur le Cosmos dans sa totalité.

En somme, vous pouvez considérer cette créature qu’est l’Androgyne comme une entité exprimant en équilibre les deux aspects de la polarité, ce qui lui fait contenir la plénitude de l’Unité fondamentale ou de l’Indistinction, ce qui en fait une totalité indivisible.  Il s’agit d’un état de perfection, de plénitude et de complétude qui l’amène à tenir des deux sexes, au point d’en abolir même la notion, dans une parfaite coexistence du masculin et du féminin.  Il rappelle l’état primordial de l’être humain, le deux en Un, dans le Paradis originel, et, dans la perspective de la Réintégration, l’état futur à engendrer après le passage dans la désintégration, au moment de la fusion avec la Monade divine.

Globalement, la créature mythique de l’androgyne rappelle à l’être humain l’état primordial qu’il revêtait consciemment dans l’Alpha, au moment de l’Émission, et qu’il doit aspirer à reconnaître consciemment, après une longue phase d’oubli, perdu dans la dualité de la Matière, afin de le réintégrer dans l’Omega, au terme de la Voie du Retour dans le Royaume du Père-Mère.  En spiritualité et en mystique, il représente l’Initié qui a uni en lui les principes solaire et lunaire et il révèle l’état de Réalisation suprême obtenu par la sage manipulation de l’Énergie vitale.  Cet être concilie en lui les contraires apparents, fusionnant le Ciel (les aspects du Père) et la Terre (les aspects de la Mère), vibrant dans l’extase ou la béatitude de l’Un.   Comme le dit l’adage codé que je vous ai fait parvenir par les Maîtres alchimistes : Le mâle devient femelle et la femelle devient mâle pour former l’androgyne hermétique.  

Au début de son Cycle d’émanation, l’Homme ou l’Être humain primordial comprenait en lui-même tous les aspects de la polarité ou tous les attributs du mâle et de la femelle.  Mais après sa sortie prématurée du Paradis, au cours de sa descente progressive vers la Matière, pour avoir choisi de façon délibérée d’entrer dans l’Arbre de la Connaissance des Opposés apparents, ce qui le plongea vers les royaumes de la dualité, cette créature dut se diviser en deux entités afin de rester en mesure d’engendrer des enfants et de perpétuer son espèce.  Depuis ce jour, plus préoccupé par le monde extérieur, le Monde de la Matière, il n’a cessé de chercher sa complétude dans une entité extérieure plutôt qu’en lui-même.

C’est ainsi que, progressivement, pour de motifs de supériorité apparente, l’humanité a engendré la guerre des sexes, la source de tous les autres conflits, fondée sur l’incompréhension de l’égalité des aspects de la polarité.  En effet, ontologiquement, pendant son incarnation, tout être masculin porte une âme féminine (son âme-sœur véritable), tandis que tout être féminin porte une âme masculine (son esprit-frère véritable).  Ainsi, au terme de son évolution, l’être humain, qu’il soit homme ou femme, devra se réintégrer et se réunifier en lui-même, ce qui lui conférera l’aptitude d’engendrer ou d’émaner, de concert avec le Créateur suprême, ses propres réalités afin d’engendrer un univers à son image et à sa ressemblance.  Ce n’est que de cette manière qu’il accédera à la plénitude de son Être et de son Pouvoir et qu’il assumera pleinement son rôle de co-créateur libre avec moi, le Créateur.

Ce n’est qu’après la révolte des Anges que l’Androgyne, se séparant de moi, son Créateur, a été coupé en deux, pour ainsi dire, pour devenir homme et femme.  Alors, par ce qui précède, vous devez comprendre que la polarité sexuelle relève simplement de la prise de conscience de la forme que l’âme a prise de ce qu’implique cet état, de ce qu’il permet ou empêche d’expérimenter, conformément aux lois du plan de la densité ou de la matérialité.  Mais lorsqu’un homme ou une femme fusionne consciemment avec son Essence, ils ne détiennent plus d’existence propre, d’où ces notions disparaissent.  Ce n’est que dans les plans inférieurs qu’un être peut tenir compte de son déterminisme sexuel.  En tant que Pur Esprit tout être se conforme spontanément à l’Ordre universel, incapable de se dissocier du Tout et de se percevoir hors de lui.

Vous devez retenir que, dans ma Conscience cosmique, c’est précisément le recours à la polarisation qui engendre le phénomène de la création des mondes.  Ainsi, dans votre travail de fusion en vous-mêmes, vous pouvez vous armer de patience puisque, en tant qu’être incarné, qui apprend par les contrastes ou les opposés apparents, vous conservez une polarité privilégiée jusqu’à la dix-huitième dimension.  La dichotomie proprement dite qui en découle perdure jusqu’à la onzième dimension.  Jusque là, le rôle de la polarité positive, donc masculine, consiste à émettre l’énergie et à la maîtriser, ce qui implique le rôle apparent du protecteur ou du sauveur, alors que celui de la polarité négative, donc féminine, consiste à créer, à gérer, à organiser et à distribuer l’énergie, ce qui est aussi important que de sauver, c’est-à-dire de rappeler la direction de l’Ordre évolutif du Cosmos.

C’est la raison pour laquelle, en général, lors de vos incarnations successives, vous alternez, d‘un sexe à l’autre, de manière à parvenir à maîtriser tous les aspects de la polarité.  Dans chaque vie, chaque être cherche à épouser (à s’associer à) l’être qui correspond le mieux à l’image de sa polarité inverse.  Pour cette raison, souvent, ce qu’il reproche à son partenaire, c’est ce qu’il a lui-même porté et tenté d’ajuster dans sa vie précédente.  Ce qu’il n’aime pas chez son partenaire, comme chez les autres en général, renvoie à ce qu’il n’aime pas chez lui-même, surtout aux imperfections dans ses vies antérieures.  S’il n’en prend pas conscience et persiste à projeter ses torts sur autrui, il ne réussit pas à se pardonner ses erreurs du passé et il régresse d’autant dans le domaine évolutif.

Tant qu’un être ne s’est pas réalisé dans sa Perfection, n’a pas récupéré, comme état d’être, sa Plénitude originelle, il est porté à chercher sa complémentarité dans un être extérieur, et c’est là qu’il se perd et complique son destin.  Sa première motivation devient de réaliser l’union des opposés compatibles et complémentaires, ce qui se réalise généralement entre un homme et une femme.  Il croit que son destin consiste à s’unir à une entité de polarité opposée (ce qui ne se trouve pas forcément toujours dans le sexe opposé), à partir du fondement de leurs différences, afin de bâtir un projet commun dans l’Amour.

Pourtant, ce n’est qu’en lui-même que chaque être peut trouver ce qui peut le compléter parfaitement.  Mais celui-ci ne peut recouvrer son androgynie qu’en exprimant l’amour universel, un amour impersonnel et inconditionnel, qui abolit les jugements de valeur, les différenciations et les préférences.  Mais l’androgynie ne s’arrête pas à l’unité des aspects féminin et masculin de la polarité personnelle, qui n’est pas un mélange des deux, mais leur parfaite conjonction et leur parfaite cohésion.  La notion d’androgynie doit s’étendre aux groupes culturels, aux religions, aux êtres humains, au Ciel et à la Terre et, finalement, à l’être humain et à son Créateur.  Car toutes les altérités apparentes se complètent.

Ainsi, dans la vie, pour vous accomplir, vous devez d’abord quitter votre mère, l’image la plus marquante dès votre arrivée en ce monde, puis vous devrez quitter vos parents, vos frères et vos sœurs, votre parenté, vos amis, vos partenaires, tous vos semblables, car ce n’est qu’à ce prix que vous pouvez découvrir que vous êtes un être entier, complet, total et parfait en vous-mêmes et que vous pouvez pleinement vous assumer vous-mêmes à tous égards.  Évidemment, nous parlons d’une séparation plus symbolique que réelle.  Et ce n’est que lorsque vous aurez atteint un tel degré de liberté, d’indépendance et d’autonomie que, tout en restant fraternel et solidaire de toutes les autres créatures, vous pourrez vous exprimer dans votre rareté et mener des échanges sains d’égal à égal.

Vous reprenez progressivement conscience de votre androgynie dans la mesure où vous vivez amoureusement dans l’instant présent, libre et détaché, veillant à écarter ce qui vous maintient dans les illusions de la dualité.  Ainsi, vous gagnez à vous abandonner sans réserve à l’Œuvre transformatrice de la Lumière en vous livrant au plan de votre âme plutôt qu’aux appétits de votre corps et aux faux besoins de votre psychisme.  Et, à la fin de votre recherche, vous ne formerez plus qu’un seul être avec votre partie intime, vous reliant comme les deux ailes d’un ange.  Et Ange de la Terre vous deviendrez.

© 2009-2015 Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

A propos de l'auteur

Une réponse

  1. Corinne

    Merci de tout Coeur pour la profondeur de votre article dont je ressens toute la justesse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *